Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
09
Ven, Déc
108 Nouveaux Articles

Latmingue - risque de mévente dans la commercialisation de l’arachide les producteurs lancent l’alerte

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ce qu’ils ont d’ailleurs énergiquement déploré. Ils ont fait aussi savoir que les seuls opérateurs présents dans leurs villages, partent souvent avec des productions, mais reviennent toujours des usines sans un sou pour les personnes contractantes. Bien qu’on peut encore distinguer l’existence des points de collecte dans ce village et qui sont d’ailleurs installés un partout dans le périmètre environnemental, il faut toutefois se persuader de l’impossibilité de trouver des entreprises de commerce suffisamment armées  pour acheter la production.
 
Les Chinois qui commençaient à faire le tour des villages aux premières lueurs de la campagne, ont tous rebroussé chemin, à cause d’une taxe qu’ils ne peuvent pas supporter. Une modique somme de 40 Frs ou pas, mais qui constitue en partie un réel facteur de blocage dans l’écoulement des produits sur le marché. Ajoutés les multiples besoins qui interpellent les chefs de famille villageois dans leur quotidien, et le retard de financement noté dans les usines, ces producteurs craignent le retour du marché noir dans cette nouvelle campagne de commercialisation de l’arachide et redoutent la réapparition prochaine des bons impayés dans le système. Car, dans la plupart des villages de Latmingué et même du pays entier, Serigne Mor Sokhna et ses pairs trouvent qu’il n’est plus possible pour le paysan de couvrir ses petites dépenses sociales et de prise en charge sanitaire.
 
A chaque fois qu’il est sollicité, ce paysan-là  se donne souvent l’obligation d’aller vendre à vil prix quelques sacs d’arachide pour satisfaire son besoin. Et pour y remédier, ils lancent un appel solennel au président de la République  afin qu’il intervienne de manière spontanée devant cette situation confuse. Mais ils somment tout aussi le président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse, les députés Khoureychi Niasse et Awa Guèye qui sont des fils du Saloum, à se saisir de la question et plaider le retour des Chinois dont la présence au Sénégal facilite la volonté du pouvoir de payer l’effort paysan.

SOURCE/http://www.sudonline.sn/les-producteurs-lancent-l-alerte_a_37607.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?