Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
94 Nouveaux Articles

Criminalité financière en Afrique de l’Ouest: Vers la mise en place d’un réseau inter-agences de recouvrement des avoirs

SOCIÉTÉ
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Pour renforcer les échanges et synergies entre les différents acteurs impliqués dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme,  un atelier régional initié par l’Onudc réunit depuis hier des magistrats, des procureurs, des analystes et des enquêteurs des pays de la sous-région ouest-africaine. Pendant quatre jours, les acteurs vont se pencher sur la mise en place d’un réseau inter-agences en de recouvrement des avoirs.

Organisation des groupes criminels
Selon Ludovic D’Hoore du Programme mondial contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les produits de crimes (Gpml), cette activité n’aurait pu se tenir sans l’appui du département d’Etat américain et du gouvernement français. M. D’Hoore a ainsi rappelé que ces dix dernières années, la plupart des régions, de par le monde, ont connu un accroissement des menaces liées à différentes formes de trafic illicite, à des détournements de fonds publics, ainsi qu’aux flux financiers illicites liés à ces phénomènes (blanchiment d’agent, financement du terrorisme, etc.).

Selon lui, l’Afrique de l’Ouest n’échappe pas à cette dynamique. Et de préciser que « le degré de sophistication et d’organisation des groupes criminels connaît un accroissement rapide. Cette évolution requiert des stratégies de riposte innovantes et l’introduction de nouveaux concepts dans les politiques criminelles existantes ». Et parmi ces concepts innovants de la lutte contre le crime, a-t-il fait savoir, il faut relever l’approche axée sur les avoirs. « Cette approche, qui est de plus en plus encouragée au niveau international et régional, met l’accent sur la recherche par les forces de l’ordre et les autorités judiciaires du véritable moteur du crime, c'est-à-dire les fonds qu’il génère et qui permet aux réseaux criminels d’exister », a souligné M. D’Hoore. Il a noté que l’identification, la saisie, la confiscation et la gestion des avoirs produits par le crime constituent un aspect essentiel de cette approche. Les Etats membres du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent (Giaba) ont, selon lui, déjà pris d’importantes mesures dans ce domaine notamment l’adoption d’outils juridiques relatifs à la confiscation des avoirs au travers des lois contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les produits du crime. Toutefois, a-t-il souligné, « il se pose la question de l’effectivité de tous les efforts consentis dans cette lutte, si à l’issue des procédures le produit du crime confisqué ne revient pas renflouer les caisses de l’Etat, que cette manne financière censée être récupérée des criminels ne permet pas de contribuer réellement à la mise en œuvre des politiques de développement au bénéfice des populations ». Par ailleurs, il a relevé que les standards internationaux ne se focalisent que, depuis peu, sur ces questions très techniques et pratiques de mise en œuvre des décisions de saisie et de confiscation.

Amath Sigui NDIAYE


EVALUATION MUTUELLE PAR LE GIABA
« La nouvelle méthodologie d’identification 2013 du Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux (Gafi) met davantage l’accent sur les aspects pratiques en recommandant aux pays de disposer de mécanismes pour gérer et disposer des biens saisis ou confisqués », a dit Ludovic D’Hoore. Il a  souligné la nécessité de faire ressortir ces différents aspects lors du prochain cycle d’évaluation mutuelle par le Giaba. Pour Abdoulaye Bâ, directeur adjoint des affaires criminelles et des grâces qui représentait le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme est un défi majeur qui doit être relevé. Et, selon lui, cet atelier permettra aux différents acteurs de se familiariser et de s’approprier les outils modernes d’investigation en matière de criminalité financière, à l’effet d’augmenter leur efficacité dans le traitement des dossiers.

A. S. Ndiaye
source: http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=37736:criminalite-financiere-en-afrique-de-louest-vers-la-mise-en-place-dun-reseau-inter-agences-de-recouvrement-des-avoirs&catid=78:a-la-une&Itemid=255

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?