Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
97 Nouveaux Articles

Le «suukeru koor» en période de jeûne un cadeau qui hante le sommeil des femmes mariées

SOCIÉTÉ
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Toutefois, cette couturière qui habite à Dieupeul précise que cela ne doit être en aucun cas une exigence car, dit-t-elle, on doit le donner selon nos moyens. Allant dans le même Sens, moussa Sow, tailleur, rappelle que le «suukerou koor» était juste un geste symbolique mais aujourd'hui, cette pratique commencent à briser des ménages. «J'ai vu une jeune femme qui est toujours ignorée par  sa belle famille parce qu'elle n'a pas les moyens pour offrir des présents alors que ses coépouses qui travaillent le font chaque année. Elle est ainsi devenu la risée de toute sa belle famille», raconte-t-il.
 
Des tissus, de l'argent et des paniers à la place du sucre
 
Même si on appelle toujours cette pratique «suukerou koor», en ce sens qu'à l'origine on donnait du sucre, de nos jours, les gens offre à la place de cette denrée des tissus, de l'argent et des paniers de «ndogou» bien remplis. «Chaque année je fais tout pour avoir de quoi payer des tissus que j'offre  à ma belle mère ainsi que mes  belles sœurs. Même si je dois contracter une dette pour cela, je le ferais pour avoir la bénédiction de ma belle famille», confie Khady Faye, une ménagère rencontrée à Grand-Yoff. Un avis que partage Adama Ndiaye âgée de 55 ans.

Selon cette mère de famille, trouvée dans une grande maison aux Hlm 5, offrir des cadeaux à sa belle famille est une obligation pour toute femme mariée. «C'est un devoir pour une jeune mariée d'offrir le «suukeru Koor» aux membres de la belle famille. Cela consolide les liens du mariage. Ma belle fille nous a offerts des tissus en ''Thioub'', ma jumelle et moi, et aux belles sœurs qui sont au nombre de 6, elle a donné des coupons de ''Wax'' à chacune d'elle», se vante-t-elle. Et sa jumelle Awa Ndiaye de renchérir: «nous sommes une famille qui tient beaucoup à cette tradition  car «djiguéen dafay am téranga» (une femme doit être généreuse envers sa belle famille, en wolof)».

 

source :http://www.sudonline.sn/un-cadeau-qui-hante-le-sommeil-des--femmes-mariees_a_20040.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?