Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
09
Jeu, Fév
5 Nouveaux Articles

Pamecas : La Direction générale se lave à grande eau

SOCIÉTÉ
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

La Direction générale du réseau Pamecas est enfin sortie de son mutisme. Après la parution du rapport final de la mission DRS/Bceao, qui accable une gestion peu orthodoxe de la direction, avec des détournements, cette dernière a finalement réagi. A l’occasion d’une conférence de presse tenue hier, le Directeur général Mamadou Touré a réfuté toutes ces accusations de détournements et de gabegie au Partenariat pour la mobilisation de l’Epargne et du crédit au Sénégal. Tout ce qui a été raconté ne constitue, selon lui, "qu’une campagne d’intoxication visant à ternir l’image de Pamecas". 


Pour rappel, EnQuête avait annoncé dans son édition du 15 octobre dernier que le Directeur général de Pamecas et le président du Conseil d’administration étaient dans le collimateur du ministère de l’Economie et des Finances. Cela, suite à un rapport de la Banque centrale saisi par le ministère des Finances à travers sa Direction de la réglementation et de supervision des systèmes financiers décentralisés. Et dans ce rapport, d’après toujours EnQuête, la Bceao reproche à Pamecas "des nouveaux engagements pris et exécutés par les déclarants responsables, depuis que l’établissement a obtenu la certification Iso 9001 version 2008, et ses nouvelles ambitions (création ou rachat d’une banque sous-régionale, ce qui n’a pas encore abouti), comme l’avaient annoncé ses dirigeants".

Par ailleurs, même si le directeur général confirme l’existence du rapport de la DRS/Bceao, il reste convaincu que la Direction générale "n’a jamais détourné un seul franc du Pamecas", ni "indûment utiliser un seul franc" ou encore moins le dilapider.

Toutefois, Mamadou Touré reconnaît les difficultés que rencontre la deuxième organisation et de crédit mutualiste du Sénégal. Des problèmes notés surtout avec le "système d’information et de gestion", le "système de contrôle externe" ou "d’apurement des suspens des comptes d’attente et des rapprochements bancaires".

La DRS accusée

En outre, il n’a pas manqué de déplorer, lors de cette conférence de presse, la "gestion de l’assemblée générale du Pamecas" par la tutelle. Cette AG, telle qu’elle s’est déroulée, dit-il, "est une violation de la loi et des statuts du Pamecas. Dès lors, M. Touré s’offusque contre la suspension, par la directrice de la DRS, Mame Boury Ngom Tall, des statuts de cette rencontre alors qu’elle n’a pas ce pouvoir. La directrice de la réglementation des systèmes financiers décentralisés "a terni la réputation du réseau Pamecas, cogne pour sa part le président du conseil d’administration, Abdoulaye Guèye. Ce qui fait que, déplore-t-il, les 600 employés qui faisaient confiance à Pamecas ont commencé à douter. Le Directeur général a par ailleurs fustigé les agissements de la directrice de la réglementation des systèmes financiers qui, dit-il, "préside l’AG en lieu et place des représentants légaux de l’institution", "fait révoquer un CA qui a été déjà remplacé" ou "fait élire un CA de 28 membres alors que les statuts actuels prévoient un CA de 12 membres". "Tout se passe comme si le Pamecas est en administration provisoire, ce qui n’est pas le cas. Quand c’est le gendarme qui viole la loi avec l’aval de sa hiérarchie sans coup férir, il y a de quoi s’inquiéter de l’Etat de droit, un acquis de longue date à préserver dans notre pays", regrette M. Touré.

"A l’origine, les services de finance islamique"

Cependant, "le véritable différend avec la DRS porte sur notre offre de services de finance islamique", révèle le directeur général du Pamecas. Selon M. Touré, Pamecas a, en accord avec Sharia Board, toujours séparé l’activité de finance islamique de celle classique, conformément aux normes internationales. Or, poursuit-il, la DRS exigeait pour sa part que le Pamecas offre les opérations islamiques comme des produits parmi d’autres classiques à la caisse. "Tous les spécialistes rejettent ce mélange de genre, qui est justement une façon pernicieuse de combattre la finance islamique sans en avoir l’air. Nous l’avons toujours refusé, ce que la DRS range dans la récurrence d’anomalies non corrigées", fait savoir Mamadou Touré. Même le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan n’a pas été épargné par Mamadou Touré. Ce ministère, comme la DRS, n’ont pas de considération pour les acteurs du secteur. Et depuis sa nomination, charge-t-il, "le ministre n’a pas daigné recevoir l’association professionnelle, ne serait-ce que pour s’enquérir des problèmes du secteur".

Plus de 200 millions détournés dans les caisses de base

Pamecas a toujours fait ces derniers temps la Une des journaux. EnQuête, dans une de ses éditions, avait évoqué le détournement de plus de 200 millions dans les réseaux de Pamecas. Ces détournements existent, mais c’est au niveau des caisses de base, informe le directeur général. Ainsi, un détournement de 100 millions a eu lieu à la caisse de Yeumbeul, 40 millions à Yoff, 30 millions aux Parcelles Assainies et un autre à Thiès. C’est l’ensemble de ces détournements qui font plus de 200 millions. Et ils ont été détectés par le système de contrôle interne, à en croire le directeur général.

source: EnQuête

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?