Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
09
Jeu, Fév
5 Nouveaux Articles

Parité sabrée, plus de 800 cas de violences, mutilations génitales féminines… 2014, l’année des violations des acquis des femmes

SOCIÉTÉ
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

La parité, une loi instituant l’égal accès des hommes et des femmes aux instances de décision, pour toutes les fonctions électives, a subi un sacré coup lors des élections locales du 29 juin 2014. Déjà dans la confection des listes, des localités comme Touba et Khelcom n’ont pas respecté la règle, ce qui avait sorti des associations féminines et autres défenseurs des intérêts des femmes de leurs gonds, suscitant de vives réactions de désapprobation. Mais leur déception aura été plus grande quand, lors de l’installation des bureaux des conseils municipaux et départementaux, une simple circulaire ministérielle est placée au dessus de la loi, du Décret d’application de la loi sur la parité. 
 

 

 
Conséquences, dans beaucoup de localités, nombres de femmes élues se sont vu barrer l’accès à des postes de hautes responsabilités, au nom de cette circulaire, en violation délibérée des textes. Brisant du coup l’espoir né des législatives de 2012, qui ont vu 64 femmes entrer à l’Assemblée nationale, représentant 43% des députés de la 12éme législature. Les différentes sorties des organisations féminines n’y changeront rien. 
 
Par ailleurs, l’année 2014 n’a pas été clémente envers les femmes. Et pour cause, par rapport aux violences basées sur le genre, nombreuses sont celles qui ont été violées ou abusées ou fait les frais de violences basées sur le genre. Du 1er janvier au 26 décembre 2014, la Boutique de droit de l’Association des juristes sénégalaises (Ajs) de Pikine, à elle seule, a enregistré 43 cas de viols dont 42 filles (et 1 garçon). Pour ce qui est des victimes de violences conjugales (répudiation, défaut d’entretien, injures, coups et blessures volontaires), 82 cas ont été enregistrés, toutes des femmes. Pour la même période, la Boutique droit de l’Ajs de la Médina a enregistré 34 cas de viols sur des filles. En matière de violences conjugales, 120 cas ont été enregistrés. 
 
Les chiffres de l’horreur
 
La présidente de l’Association des juristes sénégalaises, Fatou Kiné Camara, indique que le milieu domestique est devenu très dangereux pour les femmes.  Car, estime-t-elle, c’est là qu’elles subissent un grand nombre d’agressions (violences physiques et psychologiques, violences sexuelles, meurtres). Un constat similaire a été fait par le Conseil sénégalais des femmes (Cosef) qui, selon Fatou Sarr, a reçu, pour cette année 2014, plus de femmes victimes de violences conjugales. 
 
L’année 2014 a été aussi marquée par ce que la presse a qualifié de «l’horreur de Koumpentoum». En effet, Bigué Pouye, une jeune fille de 22 ans a été violée, violentée puis abattue par Saliou Gano, un repris de justice, qui venait juste de purger une peine d’emprisonnement de 14 ans. 
 
Dans un dossier réalisé par le quotidien l’Observateur, le 28 septembre 2014,  le nombre de femmes violentées dans la région de Dakar est estimé à 706 dont 234 ont été victimes de viols.  Dans la banlieue, 7 femmes ont été tuées, 31 violées et 22 cas de violences conjugales répertoriés. Dans la région de Thiès, 9 cas de meurtres et 67 filles ont subi des abus sexuels. Dans la région sud, 21 cas d’homicides ont été répertoriés. Dans la région de Kaffrine, 9 cas d’abus sexuels ont été enregistrés et 7 homicides volontaires. Dans le Nord du pays, à Saint-Louis, 4 femmes ont été violentées.  En 2014 également de nombreuses filles ont été mutilées ou données mariage avant l’âge recommandé. 
 
source: http://www.sudonline.sn/2014-l-annee-des-violations-des-acquis-des-femmes_a_22531.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?