Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
22
Ven, Fév
511 Nouveaux Articles

Cliquer sur le lien suivant : https://drive.google.com/file/d/0B12vvSpH-svNdWJNMHUtOGdORDQ/view

Il s’agit-là d’une causerie (en Wolof), apportant, entre autre, une réfutation décisive des allégations des détracteurs du Soufisme qui considèrent les tarikhas comme une hérésie, voire une nouvelle forme de polythéisme ; et c’est là, une ultime preuve décisive confirmant Cheikh Ahmad TIDJANI Chérif comme le ‘’Christ de la Parousie’’ (Jésus fils de Marie revenu) ; tout ceci dans une perspective de recadrage de la Tidjaniya et en guise de rappel et d’appel à la clairvoyance adressé à toutes les autres communautés religieuses (mourides, layénes, ‘’ibadourahmanes’’, etc.), à quelques encablures de l’Heure (fin du monde) [(8) à (12)] - Une ultime invitation à témoigner de la vérité et à rejoindre la mission du Mahdi - l’ultime ‘’corde d’Allah’’, conformément à l’exhortation coranique (3. La Famille d’Imran : 101-103 – Al-Imrân).

 

Alors que la Vierge Marie est célébrée par les chrétiens, pour les musulmans, c’est presque l’indifférence totale, comme s’il ne s’agissait pas du même Marie, mère de Jésus Christ, dont une sourate du Coran porte pourtant le nom (Sourate 19). A l’évidence, il y a problème et quelques explications s’imposent.

‘’Au retour des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) de Pologne, le Pape François a expliqué sa vision des attentats perpétrés au nom de l’Islam’’ et a déclaré, entre autre : “Je crois que ce n’est pas juste d’identifier l’Islam avec la violence” (*). Et ce témoignage providentiel a particulièrement soulagé l’immense majorité des musulmans encore meurtris par tous les crimes odieux et incompréhensibles qui défraient la chronique et qui pourraient remettre en selle les détracteurs de l’Islam.

Attentat de Nice:

Le cercle des intellectuels soufis condamne la terrible tuerie en masse qui a endeuillé Nice et tient en émoi toute la nation française. Le cercle s'attriste et exprime sa solidarité et ses pensées émues aux victimes. Toutefois,  le cercle reste consterné de constater que , dans la "tragédie shakespearienne " du multiculturalisme français, la narration  de l'horreur islamiste",  restituait toujours un scénario de l'ennemi intérieur musulman, dont les acteurs seraient toujours des misanthropes souvent dépendant des psychotropes et  produits opiacés, et qui sont en marge de la société à l'égard de laquelle ils éprouvent de forts ressentis!.

Amère nostalgie! C’était à une époque de ferveur, d’espoir et de profondes aspirations pour un Peuple ayant à sa tête un président de la République fraichement élu et à l’abri des variations pathogènes de la rouille du Pouvoir. En l’écoutant ce mardi 28 Août 2012 livrer un discours à la nation, nous avions, avec toute la fierté patriotique requise, décerné le qualificatif mémorable au speech dans lequel, le président Macky Sall prenait la décision surprenante de mettre fin au débat entourant le Sénat en le supprimant tout court. (http://www.dakaractu.com/Senegal-Le-memorable-discours-du-president-Macky-Sall-Pathe-Gueye_a31504.html).

Abdoul Mbaye appelle les sénégalais à se lever pour le défendre. Finalement de qui se moque-t-il ? Monsieur qui a fait faux et usage de faux pour le certificat de mariage de son épouse, convoqué par la justice, insulte cette dernière en parlant de complot. 

Les conditions rocambolesques de la libération de Karim Wade ont remonté à la surface le fameux  » Protocole de Reubeuss, qui alimente par intermittence l’actualité sénégalaise depuis onze à douze longues années. On aura tout entendu, tout lu avec ce fameux  » Protocole, qui est allé de rebondissement en rebondissement et donnant lieu, chemin faisant, à toutes sortes de commentaires et à des amalgames les plus malhonnêtes.

Salam frères et sœurs Africains du Sénégal,  

Nous nous plaisons souvent de rappeler à qui veut l’entendre que nous sommes l’avenir, et que nous devons conduire les changements pour un développement harmonieux de notre cher continent. Et c’est à juste raison. Qui le ferait à notre place d’ailleurs ? Beaucoup d’entre nous sont allés à l’école pour apprendre à « lier le bois au bois », à travers diverses disciplines. Nos grands-parents, parents et ainés ont fait idem et donné toute leur vie, pendant plus d’un siècle, à celui qui organise notre quotidien, l’ETAT. Cet ETAT qui a travaillé obstinément avec parfois essoufflement toujours en rond à travers des plans triennal, quinquennal, REVA, émergent, qui finissent par être énervants.   Jusque-là nous peinons à sortir de l’ornière. Nous plongeons plutôt et davantage dans une pénombre sans fin d’échecs scolaires, de chômage, de famine, de maladies tropicales, d’obscurantisme, de haine, de problèmes de sécurité, pour ne citer que ceux-là. A qui la faute ? Personne ne sait ? C’est quoi la solution ? Les sceptiques diraient, on l’ignore.

Alors que nous nous attendions au soir du 25 mars 2012 à l’arrivée d’un chef d’Etat plus soucieux que Me Wade, de la vie difficile des Sénégalais, plus sobre et efficient dans la gestion des biens publics, c’est-à-dire quelqu’un, qui mènerait un train de vie de l’Etat moins dispendieux que lui. Mais hélas ! Ho que non ! Voilà, que nous tombons malheureusement, sur un monsieur « augmentation, des charges improductives, à tout bout de champ ».

Et, incontestablement, on peut bien affirmer que Macky Sall est le pur produit de Wade, son maitre à penser, mais en pire. Et que maintenant, l’augmentation récurrente des charges improductives et de prestige, tous azimuts, est son jeu favori. 

Historiquement, la pomme de discorde, qui a donné naissance à la crise actuelle du parti socialiste sénégalais et, qui sévit jusque-là, semble avoir atteint son paroxysme aujourd’hui. Cette crise a effectivement, pris date et un tournant décisif avec l’autoritarismede Diouf, à partir de ce fameux congrès « sans débat ». Ce congrès, qui fut bien mijoté et initié par Abdou Diouf, dans l’objectif de liquider ses adversaires, susceptibles de le gêner ultérieurement dans sa marche vers le sommet.

LA VOIE OBLIGÉE POUR LA RÉCONCILIATION ENTRE L’ISLAM ET L’OCCIDENT !!! [MISSION DU MAHDI (RETOUR DE JÉSUS FILS DE MARIE)].

En vérité, si les musulmans et les chrétiens savaient que les prophètes n’avaient qu’une seule et même religion et s’ils avaient véritablement appréhendé la divine complicité entre le Jésus Christ et Mouhammad (PSL), le monde ne connaîtrait plus tous ces troubles qui, selon certains observateurs pessimistes, pourraient déboucher sur un ‘’clash des civilisations’’. Et c’est dire donc toute l’importance de vulgariser l’enseignement religieux, surtout dans les sociétés occidentales sécularisées à outrance, pour dissiper tous les amalgames et appréhender les véritables enjeux de l’heure, en rapport  avec le retour de Jésus [avènement du ‘’Fils de l’Homme’’ ou du ‘’Messie’’] sur lequel convergent toutes les religions monothéistes (Islam, Christianisme, Judaïsme).

‘’Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez, car vous m’aimez, et moi aussi je vous aime’’ ; ‘’vous êtes en union avec moi, et moi, je suis en union avec vous ; que vos cœurs ne se troublent donc pas ; mais parce que je vous ai dit cela, le chagrin a rempli votre cœur’’ ; ‘’et pourtant, je vous dis la vérité ; il est de votre intérêt que je m’en aille ; ainsi, sous peu de temps, vous ne me verrez plus, et sous peu, vous me reverrez’’. … Ne suis pas déjà parti ? …

En vérité, la libération de Karim Wade est l'expression achevée et la matérialisation parfaite d'une justice de classe. Elle prouve à suffisance, que la lutte de classes est bien réelle et encore plus actuelle aujourd’hui que jamais, même si l'on tente de la masquer. Sinon, pourquoi Macky Sall n'a pas libéré, pour les mêmes raisons, les milliers de pauvres voleurs, prisonniers de droit commun, comme Karim, qui croupissent encore en prison et, dont les délits sont infiniment moins graves que celui d’un  auteur de vol reconnu, de plusieurs milliards à notre pays. Si, c'est pour des raisons, réellement humanitaires, pourquoi alors, les pauvres aussi n’en bénéficient pas ? Non, c'est loin de là ! C’est plutôt, pour retrouver les siens par solidarité de classe, dans le but de se partager le pouvoir, de continuer à exploiter les pauvres citoyens et gérer eux-mêmes le pays, pour eux seuls.