Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Jeu, Mar
306 Nouveaux Articles

Un plan national d’information et de communication vient d’être élaboré par les autorités sanitaires pour  une meilleure compréhension de la Couverture maladie universelle (Cmu). Il cible les populations du monde rural et le secteur informel.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Couverture maladie universelle (Cmu), un  plan national d’information et de communication est mis en place pour  mieux informer et susciter l'adhésion des populations du monde rural et du secteur informel. Mame Abdoulaye Guèye, directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Action sociale, présidait, hier, l’ouverture d’un atelier national portant sur ledit plan et dont l’intérêt, dit-il, est de pouvoir partager les orientations du plan stratégique du développement de la Cmu pour aller vers une couverture d’au moins 75 % de la population d’ici à 2017.

Après le succès enregistré dans les régions de Tambacounda et de Kédougou, la deuxième phase du Projet de renforcement de soins de santé maternelle et néonatale (Pressmn 2) a été lancée, hier, pour le compte de la région de Dakar. L’objectif est de faire la promotion des bonnes pratiques de soins pendant l’accouchement conformément aux  recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (Oms). 
Le niveau  de l’indicateur de la mortalité maternelle, estimé à 392 décès pour 100.000 naissances vivantes, reste encore une préoccupation  majeure au Sénégal.  C’est dans le but de faire face à cette problématique que la deuxième phase du Projet de renforcement de soins de santé maternelle et néonatale (Pressmn 2) a été lancée, hier,  pour le compte de la région de Dakar.

COUACS SOULEVES PAR L’AUDIT PHYSIQUE ET BIOMETRIQUE DE LA FONCTION PUBLIQUE - L’Etat «fléchit» devant la pression des agents de santé, la Solde décide de payer par émission spéciale

L'OBS - Le ministère de la Fonction publique et la Direction de la solde ont finalement fléchi face à la pression des agents de santé. Cela, suite aux couacs soulevés par l’audit physique et biométrique de la Fonction publique avec la ponction faite sur les salaires des agents.

C’est un ouf de soulagement depuis hier du côté des employés du Centre national de transfusion sanguine (Cnts) dont un prélèvement de 70 000 FCfa sur le salaire de chacun a été noté à la suite de l’audit physique et biométrique des agents de l’Etat. Les autorités étatiques ont finalement cédé à la pression du Syndicat unique des Travailleurs de la Santé (Sutsas). 

Un million de nouvelles femmes utilisatrices de la planification familiale d’ici à 2015. C’est l’un des objectifs majeurs du « Partenariat de Ouagadougou ». Une initiative lancée en 2011 pour améliorer les faibles prévalences contraceptives enregistrées dans les pays de l’Afrique de l’Ouest francophone.

Avec seulement 13 %, les pays de l’Afrique de l’Ouest francophone détiennent  les plus faibles taux de prévalence contraceptive dans le monde. Au nombre de 9 (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo), ils se caractérisent aussi par un Indice synthétique de fécondité (nombre moyen d’enfant par femme) élevé estimé à 5,5. 

2014-2030. Une échéance mythique pour sauver la planète de la paralysie énergétique. Le monde change. Le Sénégal aussi qui attendait les années 2000 avec beaucoup d'espoir. Mais, à quoi ressemble le pays, 14 années après le passage du bug ? Le mythe  banalisé, la roue semble avoir tourné trop vite et l'on cherche encore un avenir dans un univers où les mots sont les mêmes : dégradation, pauvreté, anarchie, boulimie foncière, corruption…


Si Dakar se sent un peu mieux, la plupart des villes et régions sont dans une totale déshérence économique, faute de projets adaptés.

Imbue des valeurs citoyennes que doivent véhiculer les partis politiques dans une démocratie, Visions alternatives pour le Sénégal, une formation dirigée par Déthié Diouf, a choisi de s’illustrer dans le don de sang. Dimanche dernier, elle a procédé à une collecte de ce liquide précieux à Keur Ndiobo, un des villages rattachés à la commune de Tivaouane.

Selon Déthié Diouf, suite à un appel des autorités sanitaires sur la nécessité de disposer d’un stock de sang à quelques jours du Gamou de Tivaouane, le parti Visions, en relation avec l’association « Jappo Defar Gox » qui polarise l’ensemble des villages rattachés à la commune de Tivaouane, a organisé une journée de don de sang. 


Pilule contraceptive d’urgence, NorLevo, comprimé de 1,5mg vendu dans une boîte à 1, est le nouveau médicament secret des jeunes filles sénégalaises. Utilisée après un rapport sexuel non protégé ou à risque, la pilule serait consommée aujourd’hui par presque 50% des filles qui ont atteint ou dépassé l’âge de la puberté, sans époux ou divorcées. L’Observateur a mené l’enquête ! Son histoire est à faire rire le…mâle, mais elle couche sur le divan de la société sénégalaise toutes les tares sexuelles de la nouvelle «Génération NorLevo». «Un soir, raconte Aïcha, j’étais partie voir mon copain à Ouagou Niayes. Il m’a entraînée dans sa chambre. On a discuté pendant un moment et puis j’ai été comme poussée par une force surnaturelle. J’ai subitement été envahie par une grande pulsion. Je me suis approchée de lui. Il y a d’abord eu quelques frottements et puis je me suis laissée aller.

 

En 2013, la volonté politique de l’Etat du Sénégal de réduire les inégalités d’accès aux soins  de santé et de favoriser l’équité, semble avoir été sur la voie idoine pour réaliser la santé pour tous. Le Président Macky Sall  affiche ainsi ses ambitions de faire bénéficier à 75% de la population  la couverture  maladie d’ici à 2017 en mettant en place le Plan Stratégique de Développement de la Couverture Maladie Universelle (Psd-Cmu). Pour relever le faible niveau de couverture du risque maladie, estimée actuellement à 20% seulement. Les nouvelles autorités auront ainsi  fort à faire face aux multiples défis qui les attendent pour atteindre ces objectifs. En effet, le lourd héritage des politiques de dilapidation des ressources nationales, la gravité de la situation sanitaire des populations, sans oublier l’insuffisance et la mauvaise qualité des soins dans des structures sanitaires publiques, sont autant d’obstacles qui se dressent devant les autorités.

Les employés du Centre national de transfusion sanguine (Cnts) dont un prélèvement de 70.000 FCfa sur leurs salaires a été constaté à la suite de l’audit physique et biométrique des agents de l’Etat observent un arrêt de travail, qui risque de créer une pénurie de sang dans les hôpitaux. 

Le travail tourne au ralenti au Centre national de transfusion sanguine (Cnts). Et pour cause : les travailleurs déplorent la ponction de 70.000 FCfa sur leurs salaires du mois de décembre à la suite de l’audit physique et biométrique des agents de l’État. 

 

Cet article est écrit par un malade dans son lit d'hopital afin d'alerter l'opinion publique 

 

MISE à JOUR  du dimanche 20 MAI 2012 :  Nous avons le regret et  la tristesse  de vous apprendre le décès de notre brave compatriote  Mr Aliou DIOP ,à la suite d'une maladie extrêmement brutale, dècès survenu au canada dans la nuit du samedi 19 mai 2012 au dimanche 20 MAI 2012. Pour le rapatriement de son corps au Sénégal, les amis de Mr Aliou DIOP sollicitent votre générosité afin de couvrir rapidement les frais du voyage et permettre à sa famille d'organiser dignement ses obsèques .

            Chambre 719A, Hôpital Général Juif, un des meilleurs hôpitaux de la ville de Montréal. Aliou Diop, 37 ans, espère toujours que l’on veuille bien s’occuper de lui. Il a été diagnostiqué d’un cancer du foie il y a maintenant une semaine. Son histoire est banale et pourtant, elle reflète les tristes errements d’un système de santé qui a semble-t-il oublié son objectif premier, la raison même de son existence : sauver des vies. De quoi parle-t-on ici? D’un système qui a laissé l’objectif de rentabilité l’emporter sur la vie humaine. D’un système qui, par suite, ne permet pas à tous ses citoyens d’accéder ni à la même qualité de soins ni à la même attention du corps médical.