Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

18
Mar, Jui
0 Nouveaux Articles

Le Sénégal ambitionne de produire 100 000 barils de pétrole brut par jour dès 2024

Le Sénégal ambitionne de produire 100 000 barils de pétrole brut par jour dès 2024

Le Sénégal ambitionne de produire 100 000 barils de pétrole brut par jour dès 2024

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

L’exploitation du pétrole et du gaz permettront au Sénégal de tirer des ressources financières très importantes à partir de leur mise en service dès 2024. Ces deux projets représentent de belles opportunités dans un contexte de raréfaction des ressourcesL’exploitation prochaine des ressources pétro-gazières va générer une rentrée de devises. Estimé à une capacité de production de 100 000 barils par jour, soit trois millions de barils par mois, ces barils seront vendus sur les marchés internationaux, ce qui va générer une rentrée de devises.

Au cours des dernières années, le Sénégal a fait d’importantes découvertes de pétrole et de gaz au large de ses côtes. Ces découvertes ont ouvert la voie à de nombreuses opportunités dans l’exploitation de ces ressources naturelles. Depuis leur découverte en 2014 (pétrole) et 2015 (gaz naturel), les travaux sont en cours pour exploiter ces gisements de pétrole et de gaz qui vont contribuer au développement du Sénégal. Deux projets qui représentent de belles opportunités dans un contexte de raréfaction des ressources.

“On peut scinder ses investissements, ses opportunités en deux catégories, les choses qui incombent à l’État en termes d’insfractures parce qu’il faut des infrastructures pour pouvoir valoriser ses ressources pétrolières et gazières. Et puis ensuite de l’autre côté, vous avez les investissements directs étrangers C’est les investisseurs qui veulent s’installer au Sénégal pour profiter de la ressource, et pouvoir donc la transformer pour pouvoir s’insérer dans l’économie pétrolière et gazière”

Boubacar MBODJIConseiller spécial du Chef de L’État en Énergies renouvelables

Les sociétés pétrolières et gazières sont à la recherche de nouveaux gisements et investissent massivement dans la prospection et le forage. Cela crée une demande de services d’exploration tels que la sismique, la cartographie géologique et les études environnementales.L’extraction offshore d’un champ de gaz transfrontalier, à près de 3000 mètres de profondeur, doit démarrer au dernier trimestre 2023 au large de Saint-Louis, une ville portuaire de 200’000 habitants, dans le nord-ouest du Sénégal. Il produira 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an. D’ici 2030, sa capacité devrait augmenter à 10 millions.

“Le pétrole et le gaz vont offrir à beaucoup d’investisseurs, la possibilité de se ravitailler sur le produit de base, de le transformer sur place, de créer de la valeur ajoutée et de pouvoir effectivement satisfaire le marché africain qui a beaucoup de besoins dans ce domaine. Maintenant il y a aussi la production de l’électricité comme je l’ai dit pour permettre à nos pays non seulement de produire de l’électricité en quantité mais aussi de pouvoir baisser le prix et c’est l’objet du programme gaz to Power.”

Boubacar MBODJIConseiller spécial du Chef de L’État en Énergies renouvelables

Cependant il est important de noter que l’exploitation du pétrole et du gaz au large du Sénégal présente également des défis notamment en ce qui concerne la gestion environnementale et la lutte contre le changement climatique. Pour les observateurs et la société civile,  il est  essentiel que les entreprises et les autorités s’engagent à mener ces activités de manière responsable et durable avec en plus un impact réel sur le niveau de vie des populations par l’ amélioration de l’accès à l’électricité, et l’offre  de meilleures prestations sociales.

source: https://africa24tv.com/le-senegal-ambitionne-de-produire-100-000-barils-de-petrole-brut-par-jour-des-2024/