Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
97 Nouveaux Articles

Sénégal - Comment Casino et Citydia, en complicité avec l’Etat, piquent dans le portefeuille des clients

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 Lui, n’était pas au courant de cette «taxe» de1% pour tout achat de plus de 20 000 FCfa en produits divers dans les surfaces Citydia. Après avoir déboursé 28 275  FCfa en espèces, ce quadra s’est vu retirer un droit de timbre de 280 FCfa, sans avoir été averti au préalable de cette ponction. Interloqué, le visage assombri par cette subite découverte, M.F. ne cache pas sa désagréable surprise. «C’est du vol, ils n’ont pas le droit de prendre 1% sur les produits, sans en aviser les clients. Ce n’est pas sérieux», lâche-t-il. Pourtant, l’homme est fidèle client de cette grande surface, mais il n’a jamais remarqué cette arnaque, sournoise opérée.

A l’intérieur de la grande surface, les clients comme des enfants, lâchés dans des magasins de jouets, se ruent sur les rayons bien achalandés, en écarquillant les yeux avec une joyeuse envie de tout acheter. Ils sont nombreux sur place à ne se douter de rien. «Ah bon ! Je ne peux pas comprendre qu’on vole les gens de cette manière, sans que personne ne moufte», murmure une dame d’une trentaine d’années d’origine libanaise, vêtue d’un jean bleu et d’une chemisette blanche. Elle n’a pas tardé à vouloir se faire une raison. Mais chez les employés de cette grande surface, personne n’ose avancer une quelconque explication sur la situation. L’on nous oriente vers une dame, occupée dans un coin à faire des kits «Ndogou». «Vraiment, on ne peut rien vous dire. Il faut appeler à la direction. Ils sont plus à même de vous livrer des informations», avise-t-elle, le dos courbé, vêtue de la tunique blanc rouge, bleu de l’enseigne. Ce n’est pas que chez Citydia qu’on soutire aux clients le droit de timbre.

Le directeur du Commerce intérieur est tombé dans le panneau

Au Casino Albert Sarrault également, le même principe est appliqué. Sur les lieux, les tickets d’achat portent la mention TVA, selon l’achat effectué. Ce jour-là, vers les coups de 18h36, deux dames habillées comme pour aller aux «Fanals», conversent dans une ambiance bon enfant, sachets en mains. Elles ne trouvent pas l’application de cette taxe si scandaleuse.  «La première fois, je suis entrée dans une colère noire quand on m’a soutiré de l’argent. Maintenant, j’ai l’habitude. Ce que je ne sais pas c’est : où va cet argent ?», questionne-t-elle. Au Trésor bien sûr.

Cependant, dans un Etat normal, la surprise désagréable de ces clients pouvait être évitée, d’autant que de l’avis de Mamadou Guèye, Chef du bureau communication des Impôts et Domaines depuis janvier 2013, il existe une loi imposant aux clients qui ont fait des achats de plus de 20 000 FCfa, de payer des droits de timbre de 200 FCfa. D’où un déficit de communication qui peut engendrer beaucoup de frustrations auprès des clients des grandes surfaces. L’anecdote mousse le sujet, elle est  racontée par le directeur du Commerce intérieur, Oumar Diallo, sur le tollé que cette loi suscite. «Lors du début d’application de la loi, je me suis rendu au Casino Sahm et après mes achats, je me suis rendu compte qu’ils m’ont fait payer plus que prévu. Ils ont commencé par dire que ce sont les impôts, je leur ai alors demandé d’afficher ça. C’est quand je me suis adressé à un collègue des Impôts qu’il m’a expliqué la mesure…c’est vous dire», témoigne l’homme bien au fait des réalités commerciales de notre pays. Alors, quid d’autres Sénégalais pris au dépourvu ?

C’est pourquoi il peut arriver que des caissières se fassent traiter de tous les noms d’oiseaux par des clients surpris de se faire soutirer quelques précieuses pièces de monnaie du portefeuille. «Aujourd’hui, il y a une accalmie, mais il arrivait des moments où on se chamaillait sans cesse avec les clients», justifie une caissière de teint clair au Casino, pressée de rendre la monnaie à un client. En tout cas, le Dakar de la moyenne et haute classe défile devant les différentes caisses pour claquer les billes. Mais rares sont ceux qui jettent un coup d’œil sur les tickets de caisse. Une femme voilée qui se dirige vers un véhicule bleu de marque française, après avoir fini de faire des achats pour le reste du mois, tend un ticket où on lui a fait payer le droit de timbre. Elle ne s’en offusque pas outre mesure. «Je ne peux pas appeler ça du vol, mais comme c’est ici qu’on fait nos achats, on se plie aux exigences», confie-t-elle. Au Casino, l’on communique sur ce droit de timbre de gaieté de cœur. Même si Baïdalaye Kane, responsable de la comptabilité marchandise au Casino, trouve qu’il y a des efforts à faire sur le plan de la communication, pour que tout le monde soit sur la même longueur d’onde. Voilà, tout est dit.

MOR TALLA GAYE 

 

source :http://www.gfm.sn/comment-casino-et-citydia-en-complicite-avec-letat-piquent-dans-le-portefeuille-des-clients/

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?