Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
08
Jeu, Déc
118 Nouveaux Articles

DOING BUSINESS - Environnement des affaires : Le Sénégal avance et stagne

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

Le classement publié hier, Doing business 2015, indique que le Sénégal fait partie, pour l’année qui vient de finir, des dix pays ayant le plus amélioré leur réglementation des affaires, parmi les 189 couverts par le rapport. Il partage ce privilège avec d’autres économies de l’Afrique francophone comme le Bénin, la République du Congo-Kinshasa (Rdc), le Togo, et la Côte d’Ivoire.
Le communiqué de presse publié hier par la Banque mondiale souligne que le Sénégal «a mis en œuvre des réformes dans six des 10 domaines suivis par Doing business – soit le plus grand total cette année. Grâce à ces réformes, le Sénégal réduit progressivement l’écart avec les meilleures pratiques observées ailleurs. En 2005 par exemple, l’importation des marchandises provenant d’outremer prenait 27 jours. Aujourd’hui, il faut 14 jours, soit autant qu’en Pologne». C’est la seconde fois depuis la création du Doing business que le Sénégal entre dans le «top ten» des grands réformateurs.
De manière générale, les économies de l’Afrique subsaharienne sont celles qui ont le plus réalisé des réformes ces dernières années, et l’année dernière en particulier. Mais comme l’indique le document, réformer dans un secteur ne signifie pas devenir automatiquement dans tous les domaines un pays «Business friendly», si l’on veut utiliser le jargon des experts de l’environnement des affaires. Néan­moins, le document relève également le manque de suivi et de persévérance des pays qui s’astreignent à mettre en œuvre les réformes du Doing business. Ainsi, souligne par ailleurs le document, des dix pays qui ont le plus réalisé des réformes, il n’y a que la Côte d’Ivoire qui était dans le «top ten des reformers» de l’année dernière.
Plus et mieux encore, souligne le document, «être reconnus comme les meilleurs réformateurs ne signifie pas que ces économies ont des réglementations d’affaires qui soient exemplaires. Au contraire, cela indique que grâce à des réformes dans la réglementation entrepris l’année dernière, ces pays ont fait des gros progrès vers la frontière de la pratique réglementaire». Il n’empêche que nombre de ces pays font encore face à de nombreux défis pour atteindre le niveau de «best practices» dans la réglementation des affaires.
Cela se reflète dans le classement général des pays concernés. Quand le Sénégal est à la 161ème place sur 189 pays, la Côte d’Ivoire est à la 147ème, le Bénin à la 151ème, et le Togo à la 149ème place. Le Tadjikistan, qui est le «top reformer» de cette année, en est lui à la 166ème place, bien derrière le Sénégal. Dans le classement, le pays où il est le plus facile de faire des affaires reste Singapour, suivi de la Nouvelle Zélande et de Hong Kong…

 

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Source: http://www.lequotidien.sn/index.php/la-une2/7417-doing-business-environnement-des-affaires--le-senegal-avance-et-stagne

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?