Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

28
Mar, Mai
0 Nouveaux Articles

Centrafrique : le Groupe de la Banque africaine de développement accorde un don de 12,62 millions d’euros pour renforcer la réinsertion socioprofessionnelle des populations affectées par la crise politico-militaire

Centrafrique : le Groupe de la Banque africaine de développement accorde un don de 12,62 millions d’euros pour renforcer la réinsertion socioprofessionnelle des populations affectées par la crise politico-militaire

Centrafrique : le Groupe de la Banque africaine de développement accorde un don de 12,62 millions d’euros pour renforcer la réinsertion socioprofessionnelle des populations affectées par la crise politico-militaire

Afrique
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

Le programme permettra de renforcer les acquis des opérations dans les zones couvertes durant la phase 1 et de les étendre à l’intérieur du pays

Il permettra de former environ 5000 jeunes désœuvrés de 15 à 25 ans et d’assurer leur réinsertion socioprofessionnelle durable

ABIDJAN, Côte d'Ivoire, 7 septembre 2023/APO Group/ -- 

Financement

  • Date d’approbation : 06 septembre 2023.
  • Nom du projet : Programme d’appui à la reconstruction des communautés de base, phase 2 (PARCB-2).
  • Montant : don de 12,62 millions d’euros du Fonds d’appui à la transition.
    Co-financement parallèle avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) : 5 millions de dollars américains.
  • Objectifs

    • L’objectif de la deuxième phase du Programme d’appui à la reconstruction des communautés de base est de faciliter la réinsertion et d’accroître l’accès aux services socioéconomiques de base des populations affectées par la crise politico-militaire en République Centrafricaine. Le programme permettra de renforcer les acquis des opérations dans les zones couvertes durant la phase 1 et de les étendre à l’intérieur du pays. Il permettra aussi de promouvoir la création d’emplois et de développer l’entreprenariat à travers des activités agropastorales à impact rapide (aviculture, pisciculture, apiculture, production laitière, etc.), l’artisanat minier et de renforcer le processus de réinsertion communautaire.

    Composantes

    Composante 1 : appui à la relance des activités socioéconomiques résilientes, à la stabilisation et la cohésion sociale.
    Composante 2 : renforcement de capacités institutionnelles et des bénéficiaires.
    Composante 3 : gestion du programme.

    Zone et population cible 

    Le projet couvre la capitale centrafricaine, Bangui, ses environs, et trois préfectures : Ouaka, Haute-Kotto et Basse-Kotto dont les populations sont durement affectées par la crise politico-militaire et moins couvertes par les interventions des différents partenaires de développement. 

    Résultats attendus 

    • Le PARCB-2 va faciliter la réinsertion socioéconomique d’au moins 3500 ex-combattants, jeunes désœuvrés et femmes vulnérables et le redéploiement des 800 fonctionnaires et agents de l’État dans les services publics.
    • Il permettra de former environ 5000 jeunes désœuvrés de 15 à 25 ans et d’assurer leur réinsertion socioprofessionnelle durable. Il permettra également de créer 9500 emplois, d’équiper et de former plus de 100 groupements de producteurs, d’éleveurs, de pêcheurs, d'apiculteurs, de productrices de lait de vache, d’artisans miniers et 200 femmes impliquées dans les activités productives et de commercialisation des produits vivriers. Ces femmes et jeunes seront appuyés en moyens de production et de transport pour améliorer leurs revenus. Grâce aux activités génératrices de revenus qui pourront être lancées par les bénéficiaires, depuis la phase d’exécution et post-projet, des emplois salariés seront créés pour les jeunes désœuvrés et les femmes de la zone du projet.
    • Ce programme est conçu en collaboration avec le PNUD pour faire suite aux actions de démobilisation et de désarmement en vue de stabiliser les populations, d’améliorer les revenus et les conditions de vie des populations affectées par la crise politico-militaire, à travers la restauration de la cohésion sociale et le vivre ‑ensemble. Il permettra de lutter contre l’enrôlement des jeunes dans les bandes armées, de ralentir l’exode rural et de promouvoir l’insertion socioéconomique des jeunes et des femmes à travers l’entreprenariat dans le secteur agricole.
    • La construction d’infrastructures socioéconomiques permettra de désenclaver davantage les zones rurales bénéficiaires du projet, d’accroître l’accès des populations aux services socioéconomiques de base tels que l’éducation, la santé, et l’assainissement. Le renforcement des capacités des bénéficiaires, devrait renforcer la cohésion sociale, les capacités entrepreneuriales, ainsi que les capacités des institutions à délivrer des services sociaux de base de qualité aux populations. En effet, l’encadrement technique par la Chambre d’agriculture et du tourisme, de coopératives agricoles, de l’élevage, de la pisciculture et de la pêche, de l’apiculture, de la production laitière et des artisans miniers permettra d’améliorer les conditions d’exploitation de plusieurs ménages et la relance des économies familiales affectées par la crise.

    Bénéficiaires

    Environ 1,6 million de personnes vont profiter du programme dont 880 000 habitent les zones du projet (51 % de femmes). Les bénéficiaires indirects sont les habitants des préfectures avoisinantes, les prestataires locaux et nationaux, les intermédiaires financiers.

    Distribué par APO Group pour African Development Bank Group (AfDB).