Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

23
Mar, Avr
0 Nouveaux Articles

Smart Africa Digital Academy reçoit une subvention de 20 millions de dollars de la Banque Mondiale pour s'étendre à l'ensemble de l'Afrique

Smart Africa Digital Academy reçoit une subvention de 20 millions de dollars de la Banque Mondiale pour s'étendre à l'ensemble de l'Afrique

Smart Africa Digital Academy reçoit une subvention de 20 millions de dollars de la Banque Mondiale pour s'étendre à l'ensemble de l'Afrique

Afrique
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting


SADA vise à combler le déficit de compétences numériques dans les pays africains, en améliorant l'employabilité et en répondant aux besoins de talents émergents des citoyens africains
Accéder au contenu multimédia

KIGALI, Rwanda, 28 février 2024/ -- La Banque Mondiale s'associe à Smart Africa (www.SmartAfrica.org) pour développer l'initiative Smart Africa Digital Academy (SADA) d'un point de vue national à un point de vue régional dans le cadre du Programme régional d'intégration numérique de l'Afrique de l'Ouest (WARDIP), afin de faire progresser l'intégration régionale des marchés numériques grâce à une subvention de 20 millions de dollars sur 5 ans.

Cette mise à l'échelle s'appuiera sur la mise en œuvre existante de SADA et le programme AReg4DT pour établir une nouvelle génération de décideurs politiques et de régulateurs à travers l'Afrique, qui sont individuellement bien informés sur la façon d'exploiter le potentiel de la transformation numérique verte et inclusive grâce à de nouvelles approches de la politique et de la réglementation, et qui contribuent collectivement à l'établissement d'un marché numérique unique en Afrique.

Dans ce but, le projet touchera 30 000 responsables politiques et décideurs de tous les pays d'Afrique, avec un taux de participation ciblé de 40 % pour les femmes.

Compte tenu de l'engagement de la Banque Mondiale en faveur de la transformation numérique en Afrique, cette subvention contribuera de manière significative à l'intégration régionale et à l'adoption rapide du marché numérique unique pour l'Afrique.

Lancée par l'Alliance Smart Africa à partir d'un capital de départ d'environ trente mille dollars américains qui a vu la première mise en œuvre d'une formation en ligne pour les décideurs et les responsables politiques en août 2020, la Smart Africa Digital Academy (SADA) a fait des progrès significatifs dans l'avancement des compétences numériques et la promotion d'un écosystème d'apprentissage dynamique à travers l'Afrique avec le soutien initial de l'Agence norvégienne de coopération au développement (NORAD), le Ministère Fédéral Allemand de la Société et du Développement et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH (BMZ /GIZ).

SADA vise à combler le déficit de compétences numériques dans les pays africains, en améliorant l'employabilité et en répondant aux besoins de talents émergents des citoyens africains. Depuis sa création, SADA a formé plus de 7 000 bénéficiaires dans 35 pays d'Afrique sur divers sujets liés à la transformation numérique.

Commentant le partenariat avec la Banque Mondiale, le Président de Smart Africa, M. Lacina Koné, a souligné : "Au cœur de la transformation numérique se trouve la nécessité de combler le déficit de compétences numériques de la main-d'œuvre actuelle et future de notre continent. Aujourd'hui, j'ai le plaisir d'annoncer que SADA, notre outil de renforcement des capacités, est prêt à franchir une nouvelle étape grâce à notre principal partenaire de développement, la Banque Mondiale".

"DTfA/WARDIP est une étape cruciale vers un avenir interconnecté, innovant et inclusif pour l'Afrique de l'Ouest. Au-delà de la création d'un paysage numérique, il vise à favoriser l'intégration régionale par la collaboration et les investissements stratégiques", a déclaré Boutheina Guermazi, directrice de l'intégration régionale pour l'Afrique et le Moyen-Orient à la Banque Mondiale. "Il fera tomber les barrières, cultivera un écosystème numérique dynamique et donnera aux communautés locales et aux entreprises les moyens de prospérer à l'ère du numérique.

Au fur et à mesure que la mise en œuvre progresse, SADA se concentrera sur la formation des compétences qui permet de créer une réserve de talents pour le marché de l'emploi en Afrique et au-delà. En outre, la pandémie COVID-19 a souligné la nécessité d'intégrer les TIC et le numérique dans le système éducatif africain, ce qui sera réalisé grâce au portefeuille de formation des enseignants et des enfants, qui se concentre sur les Sciences, les Technologies, l'Ingénierie, les Arts et les Mathématiques.

SADA reconnaît la nécessité d'une approche différenciée en matière de compétences numériques en Afrique et vise cinq groupes cibles principaux, avec une approche multidimensionnelle des interventions auprès de ces groupes cibles, à savoir : les responsables politiques et les décideurs, les jeunes et les entrepreneurs, les enseignants et les étudiants, les experts numériques et le grand public : Les décideurs politiques, les jeunes et les entrepreneurs, les enseignants et les étudiants, les experts numériques et le grand public. Il fédère les initiatives existantes et s'appuie sur le pouvoir de rassemblement de l'Alliance Smart Africa pour mettre en œuvre des solutions co-créées avec les pays et en collaboration avec d'éminentes organisations internationales et du secteur privé, notamment la Banque mondiale, l'UIT, le BMZ, la GIZ, l'IEEE, la GSMA, l'USTTI et de grandes entreprises technologiques.
Distribué par APO Group pour Smart Africa.