Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
29
Mer, Jui
0 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
L’affaire Aida Ndiongue apparait de plus en plus comme le parfait baromètre d’une traque en folie. Jusque-là, la fameuse traque des biens mal acquis limitait ses vagues, ses remous et ses controverses dans un périmètre englobant le microcosme Politique, l’espace médiatique, la famille judiciaire et – par extension – le cercle des orfèvres du Droit. Depuis l’interpellation de l’ancienne sénatrice et éternelle femme d’affaires, Mme Aida Ndiongue, tout se passe comme si une convulsion  procédurale s’est brusquement produite, avec son lot d’impacts et de répercussions spectaculaires. 

Indiscutablement, la conférence de presse du Procureur de la république, Sérigne Bassirou Guèye n’est pas étrangère au tournant amorcé par la traque et à la tournure prise par les évènements dont les ondes de choc se diffusent désormais au-delà, et très loin au-delà des milieux normalement concernés par cette nécessaire mais redoutable reddition de comptes.  Le besoin (justifiable) de communiquer du magistrat étant évidemment moins indexé que les commentaires lourds de dérapages tombés des lèvres du chef du Parquet du Tribunal régional de Dakar. 

En effet, on peut mettre en exergue l‘imprudence d’un Procureur qui n’a ni mesuré l’étendue ni pesé l’incidence de ses paroles. En signalant publiquement un dépôt personnel et privé de 47 milliards CFA, le Procureur affole et/ou panique ces concitoyens. Car il nous apprend que le budget nécessaire pour financer largement une déstabilisation nationale (coup d’Etat, implantation de maquis sur le modèle du Mfdc et recrutement massif de mercenaires) « dormait » depuis presque deux ans, dans une banque de la place. De surcroit non loin du Palais présidentiel. A l’insu du gouvernement, puisque le ministre Latif Coulibaly a précisé qu’il s’agit « de nouveaux faits sur lesquels une instruction n’est pas encore ouverte ». Effarant et alarmant ! 

Le fait n’est pas sans précédent. Mais cet antécédent fut traité autrement. Je me suis laissé dire que les premiers et massifs transferts d’argent (au profit du très fortuné Ndiouga Kébé) vers les banques sénégalaises avaient suscité la curiosité des services secrets et – par ricochet – alarmé le Président Senghor. Il fallut un coup de téléphone du Maréchal Mobutu pour rassurer et tranquilliser son collègue du Sénégal. C’est dire que la découverte de cette colossale somme d’argent, près de 24 mois après l’accession au pouvoir de Macky Sall, n’est pas un hommage rendu aux services de renseignement de tous bords : police, gendarmerie et armée. Et même à la fameuse Centif. Pourtant, Dieu sait que la police et la gendarmerie du Sénégal sont pétries de compétences et capables de performances. 

Toujours au chapitre des motifs d’inquiétude, le Procureur Sérigne Bassirou Guèye a publiquement découpé la somme de 47 milliards CFA en tranches couvrant la dépense quotidienne d’une personne centenaire. Résultat de cet insolite calcul : 1,300 million CFA décaissés, toutes les 24 heures, jusqu’au centième anniversaire de la naissance de Mme Aida Ndiongue. Si on voulait pousser les Sénégalais de la banlieue et de la brousse (tenaillés par la misère et la maladie) à maudire Aida Ndiongue, on ne s’y prendrait pas autrement. Depuis quand le Code pénal prévoit-t-il la malédiction collective à l’endroit d’une présumée coupable ?      

Au train où vont les choses, on peut constater que ça traque assurément,  ça détraque dangereusement, ça dérape lentement et, enfin, ça se rétracte progressivement. Car la belle reddition de comptes – vilainement baptisée la traque des biens mal acquis – s’est transformée en une chasse à courre. Non seulement la meute de chiens aboie, mais également elle mord aux jarrets, jusqu’à ce que mort Politique et civique s’en suive. D’où les perspectives de bouleversement qu’on entrevoit sur l’échiquier Politique en faveur des faux-vrais ou des vrais-faux martyrs, à travers l’audience naissante puis croissante du plus célèbre prisonnier sénégalais : Karim Wade. Hier honni voire exécré, aujourd’hui, l’ancien « Ministre du Ciel et de la Terre » croise sur le chemin de son destin (pour la première fois) la sympathie d’un nombre appréciable de ses concitoyens. 

Ces considérations ne sont certainement pas étrangères au souci de décélérer – à l’opposé de la soif d’accélération affichée par Mme le Premier ministre – le moteur nerveux et rugissant de la traque. Le titre de L’Observateur du 24 janvier – quotidien dont la ligne éditoriale n’est pas farouchement anti-traque –  est éloquent à cet égard : « La CREI en panne sèche ». Une panne sèche mais grosse de Plan B selon le même journal. Peut-être qu’un regain de lucidité est enregistré du côté des Pouvoirs publics. Car, il faut être totalement atteint de cécité Politique pour ne pas appréhender la dimension fratricide de cette vigoureuse reddition de comptes qui met judiciairement aux prises d’ex-frères, d’ex-amis et d’ex-complices du Pds qui ont vécu, dans une intense communion, les années de braise et les heures héroïques du combat libéral contre le coriace dragon socialiste. Et aussi fait ensemble la nouba, au moins, de 2000 à 2008.Il s’y ajoute que des coups de pied répétés dans la fourmilière pourraient drainer les fourmis dans toutes les directions. Y compris vers les PC de ceux qui ordonnent les assauts contre les  termitières. 

Cependant, il y a des signaux très intéressants à décrypter pour un observateur attentif. Que le Directeur de l’Agence nationale de la Maison des Outils (ami d’avant mars 2012 et loyal compagnon du Président de la république) Maodo Malick Mbaye aille dans les studios des radios et dans les colonnes des journaux, défendre l’idée d’une traque plus clairvoyante, plus productive et – par conséquent plus politiquement payante – donne la preuve que des frémissements annonciateurs d’un rapide réajustement,  existent bel et bien. Du reste, ce n’est pas un hasard, si la médiation pénale a le vent en poupe, au point de nourrir les débats et les controverses, jusque dans les marchés et les restaurants. Une vulgarisation subite et suspecte. Et probablement le signe avant-coureur du Plan B.    

Il était temps. Puisque cette traque –  financièrement non encore couronnée de succès et électoralement mixée de chances et de risques  pour Macky Sall – représente du pain bénit pour des alliés et des ambitieux non éloignés du chef de l’Etat : Moustapha Niasse,  Aminata Touré et Ousmane Tanor Dieng etc. Trois grosses pointures  de la coalition BBY et de la scène Politique, sans passé libéral. Quand l’heure de vérité sonnera aussi bien à l’horloge de la traque qu’à celle du quinquennat ou du septennat, ces détails-là compteront. Pour l’instant, la vigilance s’impose autour des casse-têtes d’ici, et des ondes de choc  d’ailleurs. 

Au plan domestique, le vote par l’Assemblée nationale de la loi relative à la déclaration du patrimoine (version élargie) reflète une démarche stratégique consistant à élargir  le spectre de l’épée de Damoclès ainsi placée au dessus de têtes bien triées. A toutes fins utiles. En cas de rupture ou de divorce au sommet de l’Etat ou au sein de la coalition BBY, l’équilibre de la terreur prévaudra et mettra tout le monde à l’abri des fuites opportunes, c’est-à-dire des coups obliques et odieux. 

En outre l’irruption de Mbackiou Faye dans le champ de la traque (il revendique la propriété d’un des coffres déposés à la CBAO) dresse une ligne Maginot sur la route de la CREI. Représentant du Khalife Général des mourides et Délégué à la construction de la mosquée mouride, Mbackiou Faye a le loisir de maquiller l’origine des fonds qu’il détient par devers lui. Qui pourra aisément distinguer les sommes qu’il collecte pour Touba, de celles qui gonflent son patrimoine ? On n’est pas loin d’une traque qui craque. Et qui détraque l’Etat, à l’instar d’un choc violent qui détraque une pendule.   

Hors du Sénégal, les ondes de choc de la traque des biens mal acquis plantent le décor d’une glaciation Politique forcément fatale au printemps des alternances démocratiques. Le sort de Karim Wade guette Frank Biya et François Compaoré, respectivement fils de Paul Biya et frère de Blaise Compaoré. L’idée d’auditer voire de traquer la traque n’est pas politiquement bête. Elle pourrait même être salvatrice pour la nation.
source:http://www.dakaractu.com/Quand-la-traque-craque-detraque-derape-et-se-retracte-Par-Babacar-Justin-Ndiaye_a59185.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?