Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Ven, Mai
7 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Mayacine cCmara, coordonnateur de l’unité de suivi et de coordination de la Politique économique : « Les acteurs de la mise en œuvre du Pse doivent être aux aguets et réagir face aux contraintes »
Coordonnateur de l’Unité de suivi et de coordination de la Politique économique, Mayacine Camara assure que la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent se fera avec un suivi régulier. Le déroulement de cette stratégie de développement doit être conforme à ce qui a été planifié, de même que ses acteurs devront réagir à temps face aux contraintes éventuelles.
Comment se fera le suivi régulier de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent ?

D’abord, il faut préciser que le suivi du Pse risque d’être très différent de ce qui se passait. Parce que cette fois-ci, nous partons avec un avantage comparatif, qui est l’appropriation de ce plan par le président de la République. Nous pensons que la difficulté du Sénégal, ce n’est pas de formuler un document ni de proposer des mécanismes de suivi, mais c’est le respect strict des activités de suivi qui pose problème. Avec l’appropriation des plus hautes autorités, je pense que la régularité va s’imposer. Ce sera l’occasion de faire des rencontres imbriquées, périodiques, mensuelles, trimestrielles, semestrielles et annuelles qui permettront de suivre l’ensemble des projets phares mais aussi la stratégie de manière globale et faire en sorte qu’un compte-rendu régulier soit fait aux plus hautes autorités du ministère de l’Economie et des Finances, de la Primature, de la présidence de la République.

Quels seront les principes directeurs du suivi de la mise en œuvre du Pse ?
Les principes directeurs sont importants. C’est eux qui montrent le visage et la qualité de ce dispositif de suivi qui va accompagner le Pse. Le premier principe dans le cadre du suivi, c’est le leadership et l’appropriation. Il faudra faire de sorte que ce leadership soit assuré et que toute la population et tous les acteurs s’approprient ce document. Ce premier principe est à respecter à tout prix. L’autre principe, c’est la participation et l’inclusion. Qui dit participation et inclusion dit prise en compte des efforts qui sont faits à tous les niveaux, dans une comptabilité large et très inclusive. Du côté de la mise en œuvre, ce principe permettra de créer suffisamment d’emplois décents à tous les niveaux et sur tout le territoire national. Il doit permettre aux acteurs du milieu rural et urbain, des entreprises formelles et informelles, ainsi que de la société civile de donner leurs points de vue et de pouvoir évaluer et faire connaître leurs opinions sur ce qui se fait. Il y a aussi le principe de conformité, très utile et qui renvoie au respect de la planification et de la programmation par rapport à l’exécution. Tout ce que nous faisons doit être conforme à ce que nous programmons et planifions. Il faut aussi rester conforme aux normes de genre, surtout aux droits humains. Le Pse va venir avec des projets phares qui auront un impact fort sur la croissance économique. Pour que l’impact soit bénéfique aux populations, il faudra nécessairement que ce principe (respect des droits humains) soit respecté, de telle sorte que les femmes, à tous les niveaux, mais aussi d’autres couches vulnérables, puissent participer et bénéficier largement des fruits de cette croissance.

Est-ce qu’il y a un dispositif institutionnel prévu pour le suivi ?
Oui, le dispositif institutionnel va intégrer naturellement la présidence de la République et les ministères sectoriels, en passant par le département de l’Economie et des Finances, la Primature et les ministères techniques. Chacun, en ce qui le concerne, va suivre, en termes d’indicateurs, les actions les plus importantes suivant le principe de gestion axée sur les résultats.

Et quelle sera la place de cette gestion axée sur les résultats ?
C’est vrai que la gestion axée sur les résultats est une démarche, mais c’est aussi un état d’esprit. Il faut que nous nous l’appropriions, mais que nous l’appliquions à tous les niveaux de suivi. Le gestionnaire de projet, ceux de Politique sectorielle et de stratégie nationale doivent appliquer la gestion axée sur les résultats. Le président de la République doit aussi être impliqué dans la gestion axée sur les résultats. Le point fondamental de cette dernière, c’est le fait de pouvoir boucler la boucle en programmant, planifiant et exécutant, mais aussi en évaluant. Si l’évaluation est faite, les recommandations doivent être utilisées à la programmation suivante. C’est cela qui doit nous amener à aller directement vers le succès du Pse. Bien évidemment, cela va impliquer la participation et le contrôle citoyen, lesquels sont aussi important. C’est un dispositif manquant que nous allons essayer de mettre en place pour permettre l’implication des populations.

La société civile sera-t-elle impliquée ?
Oui, mais au sens large. Nous reconnaissons aujourd’hui en la société civile les syndicats, les Ong, les associations, les partis politiques. Mais aussi, il faut aller au-delà et voir même les religieux.

Y aura-t-il des indicateurs de performances. 
Effectivement. Comme nous le disions, les performances se mesurent d’abord sur l’exécution de la programmation mais aussi sur la production en termes d’efficacité des résultats et de leur utilité. Les indicateurs de performances seront calibrés pour qu’à chaque étape de la démarche, de la programmation, jusqu’à l’évaluation, nous puissions détenir des indicateurs qui pourront mesurer les performances. L’essentiel, c’est de pouvoir faire des recommandations qui pourront améliorer les résultats. Evidemment, le dispositif devrait aussi comporter le suivi des réformes. Cet aspect nous a toujours manqué. Alors, il faut mettre l’accent sur ce point, de manière à ce que la mise en œuvre des réformes ne puisse pas connaître de retard. Il est utile que nous démarrions par la planification et l’exécution rigoureuse de ces réformes.

Peut-on s’attendre à une réactivité consistant à prendre les dispositions nécessaires à temps au cas où un projet ou programme battrait de l’aile ?
Tout à fait, c’est le dispositif qui doit le permettre. Il faut que nous puissions faire la formulation, la programmation, la budgétisation, la mise en œuvre et l’évaluation à mi-parcours et finale des projets. Il faut suivre, de manière rigoureuse, comme du lait sur le feu, à chaque étape, les retards qui pourraient être enregistrés et mettre en place un dispositif de réaction rapide. Si nous voulons réussir ces projets, il faudra que les acteurs de la mise en œuvre aient une capacité de réaction. Ils doivent être réactifs dans le sens de pouvoir être aux aguets et prêts à réagir sur tout ce qui va advenir comme contrainte. Ils doivent aussi être réactifs en cas de surprise et proactifs, et également anticiper les actions. Ces trois notions résument le succès : la pré-activité, la réactivité et la pro-activité. Si les gestionnaires sont dans ces dispositions, les projets seront mis en œuvre de manière efficace et les résultats attendus seront au rendez-vous.

Le Sénégal va à son septième Groupe consultatif. Qu’est-ce qui différencie celui-ci des six précédents ?
Le septième Groupe consultatif est très différent. D’abord, c’est la première fois que nous allons avec la plus haute autorité : le président de la République. Cela change tout. Que ce soit dans la préparation, la démarche, les discours ou la participation. Nous avons les plus grosses pointures au niveau national, dans toutes les structures et organisations locales et internationales. C’est déjà un changement. Le deuxième changement, c’est la participation du privé dans le sens où nous ne l’avons jamais fait. Cette fois-ci, c’est un forum que nous allons organiser pour le privé qui va forcément impacter notre projet phare de développement. Aussi, la présence du président de la République marque le changement. Nous avons eu la chance de suivre les cinquième et sixième Groupes consultatifs, ils n’ont rien à voir en termes d’organisation avec celui-ci. Nous avons choisi d’aller à Paris, mais c’est Dakar qui devrait abriter ce Groupe consultatif. Mais le fait d’impliquer le privé nous impose d’être dans un endroit où la logistique est là et que les gens puissent, en une journée, faire un voyage aller-retour. Peut-être le prochain Groupe consultatif sera fait sous forme de forum. Avec l’aéroport Blaise Diagne et avec des hôtels et infrastructures que nous allons développer, nous pourrons valablement organiser une rencontre au Sénégal.

Etes-vous optimiste selon les dernières informations dont vous disposez sur le Groupe consultatif ?
Oui, je suis optimiste. Le ministère de l’Economie et des Finances a abattu un travail énorme. Pour le défi de la préparation, je peux dire qu’il est presque relevé. Reste celui de l’organisation. Nous avons beaucoup espoir pour la mobilisation des ressources publiques et privées, compte tenu des premiers échanges que nous avons. Nous attendons du monde, cela nous inquiète un peu, mais si nous nous mobilisons tous derrière le ministre de l’Economie et des Finances, avec un esprit fort, nous pourrons relever ce défi. Le travail qui a été déjà fait est énorme et nous avons bon espoir. Avec l’aide de Dieu, nous pourrons y arriver.

Propos recueillis par Malick CISS

Mines : Un objectif de 17 tonnes d’or fixé à l’horizon 2020
Le Sénégal compte exploiter son potentiel minier et assurer l’émergence d’industries structurées autour des ressources comme le fer, le zircon, les phosphates et l’or. L’Etat, dans le Plan Sénégal émergent (Pse), souhaite produire, à l’horizon 2020, 17 tonnes d’or correspondant au triplement de la production actuelle.
Réaliser une production de 17 tonnes d’or d’ici à 2020. Tel est le vœu affiché par notre pays dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse). Dans cette même période, l’Etat compte également faire des productions annuelles de 15 à 20 millions de tonnes de minerai de fer, 2,5 millions de tonnes de phosphates, trois millions de tonnes d’acide phosphorique et 90 tonnes de zircon. Comme mécanismes pour atteindre ces objectifs, Le gouvernement s’appuie sur la relance de l’exploitation du fer de la Falémé avec le développement du port minéralier de Bargny et d’un chemin de fer ; le développement de la filière phosphates-fertilisants ; l’accélération de l’exploitation des gisements de zircon et des mines aurifères ; l’encadrement de l’activité d’orpaillage  et  le développement d’un hub minier régional. Les résultats attendus par le Sénégal dans l’exploitation du secteur minier sont le rééquilibrage de la balance commerciale, l’amplification des effets d’entraînement sur le reste de l’économie (ressources fiscales, agriculture, industrie, infrastructures), la contribution au développement social, en particulier via les mines artisanales. Ainsi, l’exploitation des ressources minières constitue, pour notre pays, une opportunité pour réaliser des infrastructures structurantes et développer, dans les zones de production, des activités économiques diversifiées et durables, tout en assurant la protection de l’environnement.

Meilleur partage des richesses
L’option du gouvernement dans le domaine minier est de favoriser un meilleur partage de richesses à travers l’implication du secteur privé national dans l’exploitation et la mise en place de contrats et d’un cadre réglementaire préservant les intérêts de l’Etat. A cet effet, le Sénégal a déjà adhéré à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie). Pour réaliser tous ces objectifs, il apparaît nécessaire de mettre en place un cadre réglementaire permettant de contrôler et réguler les activités d’orpaillage traditionnel sur les sites de production avec le but de préserver l’intégrité du secteur aurifère, d’améliorer les conditions sociales et de travail, de protéger l’environnement, d’assurer la sécurité publique, d’élaborer la Politique minière et de réviser le code minier.
 

Transport aérien : Porter la capacité à six millionsde passagers d’ici à 2020
Avec la mise en service de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd) prévue pour 2015 et la réhabilitation des aéroports régionaux d’ici à 2018, le Sénégal compte accueillir six millions de passagers à l’horizon 2020 et 10 millions en 2035. L’atteinte de cet objectif nécessite l’existence d’une compagnie nationale performante. Ce qui permettra de faire de notre capitale une plateforme aérienne de référence et faire du Sénégal un hub de services (médical, tourisme, sièges régionaux d’entreprises et institutions internationales, éducation-formation). 

Culture : Valorisation des potentialités locales, une priorité pour l’Etat
Dans le domaine de la culture, l’Etat promet de valoriser les potentialités locales et de stimuler la créativité et le talent des artistes, pour accroître le volume et la qualité de la production culturelle et artistique. A cet égard, des infrastructures structurantes seront réalisées pour accompagner le développement du secteur. Il serait important aussi, pour les autorités, de mettre l’accent sur l’amélioration de l'accès au crédit pour les porteurs de projets culturels, le renforcement de l’implication des privés dans la promotion culturelle et la promotion du statut des artistes, des droits de la propriété intellectuelle et artistique et la lutte contre la piraterie.

Faire contribuer le sport dans l’activité économique
L’objectif global du sous-secteur du sport est d’augmenter sa contribution au développement et le rendre accessible à tous, au regard de ses fonctions sociales, économiques, psychologiques et thérapeutiques. A cet égard, les politiques et stratégies du domaine sportif visent essentiellement à promouvoir le sport et les activités connexes par la construction de complexes modernes omnisports, d'infrastructures sportives, la réhabilitation des stades régionaux, le développement du sport à l'école, la promotion d'entreprises sportives et activités connexes ainsi que le renforcement des dispositifs de gestion. La réussite de cette mission exige, dans ce cas, l’adoption de nouveaux textes sur la pratique et la gouvernance du sport.                         

              A. DIAW

En visite au nord : Abdoulaye Dieng invite les agents du Trésor public à relever le défi de la performance


Au cours d’une tournée au nord du pays pour rencontrer ses agents, le directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor, Abdoulaye Dieng, a appelé ces derniers à faire preuve de probité et de performance dans leurs missions.
Pour inaugurer une ère de gestion et de management basée sur la proximité, le directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor, Abdoulaye Dieng, qui a effectué une tournée à Saint-Louis, Dagana, Podor et Matam, a exhorté ses agents au travail de qualité et à la probité pour relever les défis de la performance. La première étape de sa visite aux services déconcentrés du Trésor l’a mené à la Trésorerie paierie régionale (Tpr) et de la Recette perception municipale (Rpm) de Saint-Louis. La visite a démarré par une rencontre avec le gouverneur de la région, Cheikh Kane Niane, qui a profité de l’occasion pour remercier les autorités du Trésor pour cette belle initiative et pour le climat sain entretenu, d’une part, entre les agents de l’administration et, d’autre part, avec les populations. 
Se faisant le porte-parole des populations, le chef de l’exécutif régional a demandé instamment l’érection de la Perception de Matam en Tpr. Cette doléance n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd, car le directeur général a promis de mettre les bouchées doubles pour la poursuite des travaux de la Trésorerie paierie régionale en cours. La délégation a ensuite rendu visite au maire de la ville de Matam, Mamadou Diaw. Abdoulaye Dieng a saisi cette occasion pour réitérer le vœu de la direction générale de la Comptabilité publique et du Trésor de toujours garder des relations privilégiées avec les collectivités locales, pour un meilleur exercice de leurs prérogatives et le développement de notre pays. Il a, par ailleurs, souhaité que « des plages de communication fréquentes soient organisées entre le Trésor et les élus locaux, afin que leurs missions respectives soient réussies dans un exercice optimal des prérogatives de chacun et le respect de l’intérêt général ».
Après une visite des locaux de la perception de Matam, le directeur général s’est entretenu avec les agents en poste. Il les a invités à relever les défis de la performance par un travail de qualité et une conscience professionnelle sans défaut. Ces travailleurs ont saisi cette opportunité pour exposer au directeur leurs doléances.
Après Matam, la délégation s’est rendue à Podor où elle a visité la nouvelle perception en chantier, sur le bord du fleuve Sénégal. Amoro Ntaby Badji, percepteur de Podor, et son équipe ont apprécié la visite de la direction générale, qui conforte, selon lui, le sentiment d’appartenance à la grande famille unie du service du Trésor. La dernière étape de la visite dans le Nord a mené la délégation à Dagana. En compagnie de son équipe et du percepteur Gabriel Attiba, elle a rencontré le préfet, Mamadou Moustapha Ndiaye, qui a dit sa satisfaction de voir le directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor se déplacer vers eux. Il s’est réjoui de la prise en charge du volet sécuritaire du poste, notamment après l’attaque dont la perception et la préfecture ont été victimes. M. Ndiaye a loué aussi la dynamique d’entraide et d’appui entre agents de l’État.
Le directeur général de la Comptabilité publique et du Trésor a ainsi promis de tout faire pour assurer la sécurité de ses agents et des biens dont il a la responsabilité. Abdoulaye Dieng a, par la suite, rencontré le personnel pour lui témoigner toute sa satisfaction pour le travail de qualité abattu. De même, il a appelé l’ensemble des agents à agir avec honnêteté, dans la rigueur et la compétence, les a invitant également à s’ériger en employés modèles. M. Dieng a aussi renouvelé la disponibilité de la Dgcpt pour l’amélioration de la conduite des missions.

Saliou Fatma LO

Accès aux services sociaux de base : Des alternatives en perspective dans le Pse
Les retombées de la croissance économique résultant de la mise en œuvre du Pse devront permettre de renforcer l’offre d’infrastructures et de services sociaux de base, d’assurer la protection sociale et l’autonomisation des groupes vulnérables. S’y ajoutent l’accélération de l’atteinte des Omd et de meilleures conditions pour un développement durable. La satisfaction des besoins sociaux de base, selon les experts du Pse, constitue un facteur essentiel à la promotion du développement humain durable et de l’économie verte. En effet, soulignent-ils, l’accès à des services sociaux de base a un effet direct sur la qualité de vie et favorise l’équité devant les offres d’opportunités économiques.
Dans cette même lancée, l’Etat compte promouvoir davantage un capital humain de qualité qui pourra être un de nos meilleurs atouts pour relever les nombreux défis de la mise en œuvre du Pse. Il s’agira, à cet effet, de renforcer le capital santé des populations et de leur permettre d’acquérir les aptitudes et compétences nécessaires pour entreprendre, innover et s’insérer, de manière harmonieuse, dans le marché de l’emploi. De façon spécifique, le Sénégal veut concrétiser l’éducation de qualité pour tous, la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant, l’accès à un cadre de vie amélioré et la réduction de la dégradation de l’environnement. Il importe aussi de rendre plus accessible la formation professionnelle et de la mettre en adéquation avec les besoins du marché de l’emploi. Enfin, il est nécessaire de poursuivre et de renforcer la mise en place du cadre global de protection sociale et des mécanismes de prévention et de gestion des risques de catastrophes.

A. DIAW

Utilisation de ces technologies des systèmes d’information géographique : L’Ansd a reçu son Prix spécial décerné par Esri France
L'Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) a reçu, mercredi dernier, son Prix spécial des mains des représentants d’ « Environmental systems research institute » de France et du Sénégal (Esri-Sénégal et Esri-France), en reconnaissance du travail exceptionnel qu’elle a réalisé dans le domaine des systèmes d’information géographique (Sig), annonce un communiqué du ministère du Plan. Ce prix servira à encourager l’Ansd « à approfondir et à généraliser l’utilisation de ces technologies Sig afin de moderniser les pratiques de cartographie censitaire et réduire les délais de réalisation des enquêtes en minimisant la durée des activités préparatoires et de mettre en place une base de données géographique permettant la consultation d’indicateurs économiques,  sociaux, démographiques et sanitaires à partir d’une recherche locale ou régionale », lit-on dans le communiqué.  
 Cette distinction vient confirmer la bonne option prise par cette agence sénégalaise pour la modernisation du dispositif de collecte et de diffusion des informations statistiques à travers l’ambitieux programme dénommé Projet de numérisation des districts de recensement (Pndr), entamé depuis 2006, ajoute le communiqué. Il précise que ce projet a pour objectif ultime « d’améliorer les échanges de données entre partenaires à travers un système d’information géographique reprenant, sur des cartes dynamiques, pour les différentes localités du Sénégal, l’ensemble des indicateurs statistiques produits ou collectés par l’Ansd ».  
L’on indique que les avancées importantes du projet ont été mises à profit dans le cadre de la réalisation du dernier Recensement général de la population et de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage (Rgphae) en décembre 2013, à travers une cartographique entièrement numérisée. Selon le ministère du Plan, ce prix lui a été décerné à la Conférence annuelle mondiale des utilisateurs de produits d’ « Environmental systems research institute » (Esri) qui s’est tenue en juillet 2013 à San Diego.  Par ailleurs, souligne-t-on, l’Ansd s’est détachée sur plus de 100 000 autres organisations utilisatrices des technologies Sig.

Mamadou SY

SOURCE: http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=36521:plan-senegal-emergent-un-objectif-de-17-tonnes-dor-a-lhorizon-2020-&catid=78:a-la-une&Itemid=255

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?