Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
16
Lun, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Entre Idrissa Seck et Abdoulaye Baldé, c’est désormais comme disent les anglais : «You will never walk alone» (vous ne marcherez jamais seul) ! Venu personnellement témoigner son soutien à celui auprès de qui il s’excuse pour lui avoir demandé d’entrer en Politique alors qu’il était Inspecteur général d’Etat en 2001, ce qui est d’ailleurs source de ses ennuis actuels, Idrissa Seck s’est indigné de ce qui ressemble, selon lui, à une justice instrumentalisée. D’après l’ex-maire de Thiès, Macky Sall doit rendre compte comme tous les autres.

Car soutient-il (en wolof) : «Il a lui-même dit, ‘’on m’a donné’’. Donc, il veut dire que ce qu’il a reçu est bien acquis et ce que les autres ont reçu est mal acquis». «Les touristes et les investisseurs ne viennent plus à cause de cette traque qui ne veut rien dire. Des fois, on poursuit des gens sur la base d’accusations dont on a la preuve de la fausseté», juge Idrissa Seck, qui met les magistrats devant leurs responsabilités. «Le magistrat ne doit obéir qu’à la loi. Si Macky Sall lui demande de faire quelque chose d’illégal, il doit avoir le courage et l’honnêteté de le regarder dans les yeux et de lui dire : ‘’Je ne le fais pas’’», conseille-t-il aux portes étendards de la justice sénégalaise qui, selon lui, gagnerait à être indépendante pour garantir «l’Etat de droit qui est un préalable au développement». 
«Je pense que le Sénégal doit devenir un Etat de droit. On en parle beaucoup, mais on en est loin. Je lance un appel au Président Macky Sall : s’il doit faire une seule bonne chose, c’est de faire du Sénégal un Etat de droit. Le président de la République ne doit plus parler aux magistrats et qu’il cesse de présider le Conseil supérieur de la magistrature. C’est cette même justice qui doit le juger en cas de délit. Comment on peut juger quelqu’un dont votre carrière dépend de lui ? Il faut une justice indépendante», plaide le leader de Rewmi. 

Il s’énerve avant de se raviser pour parler du cas Karim
S’agissant du procès Karim Wade où il a été cité à témoigner, Idrissa Seck s’est montré furax à ce sujet. «Ne me parlez pas de l’affaire Karim Wade», s’énerve-t-il avant de revenir à de meilleurs sentiments. «Sur le cas Karim Wade, la Crei n’a rien à y faire. C’est la Haute cour de justice qui est habilitée à le juger. Est-ce qu’il a fait ce qu’on lui reproche ? Je n’en sais absolument rien. Ce que je sais, c’est que la première injustice, c’est de l’avoir emprisonné pendant plus d’un an pour aller chercher des preuves. En plus, on parlait de plus de 600 milliards, maintenant c’est 100 milliards. Rien que cela est un motif pour le relâcher», confie-t-il. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

source :http://www.lequotidien.sn/index.php/Politique/item/33957-venu-t%C3%A9moigner-son-soutien-%C3%A0-abdoulaye-bald%C3%A9--idy-accuse-macky-sall-et-plaide-pour-une-justice-ind%C3%A9pendante

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?