Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
29
Dim, Mai
0 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

  Le président du Mouvement démocratique républicain (Mdr) et non moins ancien ministre, Pape Diouf, affirme mordicus qu’il « votera » Macky Sall, pour l’élection présidentielle de 2017. Dans la même dynamique, il a fait part de sa ferme opposition à la réduction du mandat présidentiel. Invité de l’émission Objection de la radio Sud Fm hier, dimanche, 28 septembre, l’ancien ministre de la Pêche s’est dévoilé sur les grandes  questions politiques de l’heure,  avant d’estimer que les entreprises nationales doivent travailler sur un créneau, «le sérieux».

 

Se prononçant sur l’échéance électorale de 2017, l’ancien collaborateur d’Abdoulaye Wade au Pds et d’Idrissa Seck au Rewmi a affiché son allégeance à Macky Sall, le chef de file de l’Apr et actuel chef de l’Etat. Selon lui, «si je veux vraiment être conséquent, si je participe à l’action de la mouvance présidentielle jusqu’en 2017, je me verrais mal de m’opposer à lui ou de soutenir une autre candidature».

Une manière de rejoindre Moustapha Niasse, patron de l’Alliance des forces de progrès (Afp), qui a lui aussi tranché la poire en deux sur cette question. Pape Diouf a tout de même affiché son opposition à la réduction du mandat du Président, estimant que 5 ans, c’est peu pour présenter un quelconque bilan et que le pays ne peut pas être dans d’éternelles élections. Dans la même dynamique, l’ancien compagnon d’Idrissa Seck s’est voulu catégorique, quant à ses rapports avec ce dernier. A l’en croire, «avec Idrissa Seck, sur le plan Politique, c’est une page entièrement tournée». 

 

 

 
Interpellé par ailleurs sur la grogne des architectes sénégalais, Pape Diouf a affirmé :«Nous voulons que ce pays-là se fasse avec nos nationaux, mais qu’en même il y a des efforts à faire. Ce n’est pas parce qu’on est national qu’on doit tout prendre, mais si on prend tout, on doit faire du sérieux».

L’ancien ministre de l’hydraulique s’est de fait basé sur son passage au gouvernement pour fustiger l’attitude de certains nationaux qui, pour lui, «prennent des marchés de forage alors qu’ils n’ont pas assez de matériels et font plus de deux ans sur un seul forage».  Le Président du Mouvement démocratique républicain (Mdr) a estimé que, par rapport au Code des marchés, il faut revoir certaines clauses, comme «le moins disant». Des gardes fous qui, pour lui, «font beaucoup de dégâts à l’Etat». Il a toutefois reconnu que le pays regorge d’excellents privés dans tous les secteurs, «mais il faut que tout le monde travaille dans ce créneau, le sérieux». 
 
En outre, l’allié de Macky Sall, membre de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), a salué les réformes de l’éducation en cours, non sans indiquer «qu’il faut faire le pour et le contre, car toute réforme a des conséquences». Concernant la crise arachidière, l’ancien ministre de la Pêche et des affaires maritimes a estimé que «ces grandes usines, à la dimension de Suneor, ne sont pas viables, parce que ce sont de lourdes machines». Pour lui, c’est mieux de faire de petites fabriques à deux pas du paysan pour lui permettre de transformer sa production.  
 
source:http://www.sudonline.sn/pape-diouf-se-devoile_a_20999.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?