Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

02
Sam, Mar
34 Nouveaux Articles

Sénégal - Le décret des Contrôleurs généraux de police crée un malaise

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

d5b2e7212a6387e843add6d6df31b128

L’OBS – Le décret nommant les premiers policiers au grade de Contrôleur général de police (Cgp), équivalent au grade de Général de Brigade, sur le bureau du Chef de l’Etat, crée déjà un malaise dans le corps de la police. Du fait que de grosses pointures de ce corps ont été omis de la liste transmise au Président Macky Sall.

Les policiers peuvent bomber le torse. Désormais, ils vont arborer le grade de Contrôleur général de police (Cgp) équivalent au grade de Général de Brigade. Un grade qui existe dans des polices de la sous-région que le Sénégal n’avait pas encore intégré dans son dispositif. Par conséquent, les «Généraux» qui bénéficient des mêmes avantages que leurs collègues de l’Armée auront une retraite paisible. Une promotion que la police a obtenue sous le magistère du Président Macky Sall, après l’entrée en vigueur des statuts confectionnés sous le règne du Président Me Abdoulaye Wade. 

 

Mais, le décret du Président Sall commence à faire grincer des dents dans le milieu des flics. Car, des sources proches du dossier portant nomination des premiers Contrôleurs généraux de la police du Sénégal révèlent que des commissaires divisionnaires de classe exceptionnelle qui ont eu à diriger pendant une dizaine d’années des Directions nationales stratégiques ont été zappés de la liste des premiers «généraux» de la police. Parmi lesquels, on peut citer Ibrahima Diallo, Directeur général de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf), Alioune Diagne, commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle, qui a eu à diriger l’Agence nationale de sécurité, rattachée à la Présidence de la République, sans oublier d’autres hauts gradés de la police, comme Mody Ndiaye, détaché à l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle, Mamadou Thiandoum, détaché aussi à l’Ofnac, et le commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle Josephine Diallo. Des faits qui incitent des sources proches du dossier à s’interroger sur les critères qui sont à l’origine de la désignation des policiers promus au grade de Contrôleur général de police et remis au Chef de l’Etat. Déjà, des noms de certaines têtes de la police commencent à être cités comme futurs Généraux de la police.

 

 

Mamadou SECK

Source: http://www.gfm.sn/le-decret-des-controleurs-generaux-de-police-cree-un-malaise/