Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
22
Dim, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

  La décrispation du front Politique, en ébullition depuis quelques jours avec le bras de fer amorcé par l’opposition contre le pouvoir en place, dans la foulée de l’interdiction des diverses manifestations du Fdpr, serait-elle en passe de prendre forme? Après la «sommation» de l’ancien président Wade intimant à Macky Sall de nouer les fils du dialogue avec l’opposition, le chef de l’Etat ne semble apparemment pas fermer la porte.  Lors de la traditionnelle levée des couleurs qui s’est tenue au palais hier, lundi, le Président Sall s’est dit ouvert à des discussions avec l’opposition, non sans manquer de poser ses conditions dont la moindre est de refuser d’empiéter sur la séparation des pouvoirs. En somme, d’aborder le dossier Karim Wade qui relève de… la justice, ont dit les observateurs !  

 

La traditionnelle cérémonie de levée des couleurs, organisée chaque premier lundi du mois, a été en vérité l’occasion pour le président de la République de se prononcer non seulement sur la main tendue de Me Wade au pouvoir, mais encore d’apporter sa réplique à l’opposition  notamment le Pds et ses alliés regroupés au sein du Front patriotique pour la défense de la république (Fpdr). Une opposition qui, depuis un certain temps, a investi la rue pour dénoncer les interdictions de ses diverses manifestations à Dakar. A ses adversaires politiques, Macky Sall a dit sans ambages, devant les membres de son gouvernement : « Le Sénégal est un pays de démocratie, personne ne peut entacher l’image du Sénégal en ce qui concerne le respect des droits de l’homme. Tout le monde est au fait de ce qui  ce dit sur le président de la République et de son gouvernement. Dire que le Sénégal n’est pas un pays de démocratie, c’est une futilité».

 

 
 
Abordant dans la mouvance la question des rapports pouvoir-opposition et surtout de la main tendue de Me Wade au pouvoir pour l’ouverture de concertations, le président de la République n’a pas fermé la porte. Macky Sall a aussi appelé ses adversaires au dialogue : « Je donne l’assurance à toute la communauté nationale, à la classe Politique que je reste ouvert. La porte reste ouverte à tout le monde, y compris l’opposition. Il n’y de ce point de vue aucun problème. Je reste extrêmement ouvert à l’égard de l’opposition », a-t-il soutenu. 
 
Dans la foulée, Macky Sall se fera toutefois précis à l’endroit de l’opposition en affirmant : « il faut bien cerner les choses et ne pas créer une confusion. Il y a ce qui relève de l’Exécutif, une autre chose est du ressort de l’Assemblée Nationale ou de la justice. On ne peut faire comme si tout est mélangé. S’il y a des problèmes, il faut chercher la solution, là où ils doivent être réglés ». Suffisant pour conclure de façon nette : «il y a une séparation de pouvoirs dans ma gouvernance, personne ne peut me dire de m’impliquer dans les affaires judiciaires». En somme, dialoguer dans les cadres requis par les institutions sans empiéter sur la séparation des pouvoirs ! Et surtout sans s’impliquer, diront les spécialistes, sur le dossier pendant  de Karim Wade devant la justice. Wade et l’opposition sont avertis. 
 
source: http://www.sudonline.sn/macky-sall-entrebaille-la-porte_a_22922.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?