Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
22
Dim, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Dans un message délivré hier aux députés par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, le président de la République a officialisé l’envoi d’un contingent de 2 100 soldats sénégalais en soutien aux efforts de l’Arabie Saoudite pour repousser «l’avancée des terroristes qui occupent le Yémen».

C’est désormais officiel. Le Sénégal va envoyer un contingent de 2 100 hommes en Arabie Saoudite pour répliquer à la menace de forces terroristes qui occupent le Yémen. Dans un message à l’Assemblée nationale rapporté par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye, le chef de l’Etat a annoncé la contribution du pays à l’opération «Redonner espoir». 

Celle-ci remplace «Tempête décisive» à laquelle la coalition internationale, dirigée par les Saoudiens, a mis fin après avoir «réussi à freiner l’avancée des groupes terroristes». La décision est ainsi motivée : «Conscient de l’ampleur des bouleversements géopolitiques qui pourraient découler d’une détérioration de la situation sur le terrain et dans l’esprit de fidélité aux relations fraternelles toutes particulières qui lient les peuples saoudien et sénégalais, le président de la République a pris la décision d’engager nos forces de défense et de sécurité au sein de la coalition internationale, à côté de pays frères et amis comme le Maroc, la Turquie, le Koweït, les Emirats Arabes Unis, le Qatar pour ne citer que ceux-là.»
D’après le chef de la diplomatie sénégalaise, porteur du message, par cette décision, «le Sénégal pose un acte de solidarité et de reconnaissance envers un pays ami cher au peuple sénégalais». Mais elle a une autre motivation : «Protéger et à sécuriser les Lieux saints de l’islam, Médine et la Mecque qui se trouvent aussi menacés par ces groupes terroristes qui veulent imposer à la Oumah leur façon de vivre et de penser l’islam». Le chef de l’Etat ne manque pas de souligner la conformité de cet engagement du Sénégal aux dispositions de la Charte des Nations unies et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, adoptées sous le chapitre VII de ladite Charte et aux valeurs défendues par le pays au sein de la Oumah et dans le cadre de l’Organisation de la coopération islamique (Oci). De plus, a indiqué le Président, le Séné­gal a «l’ambition légitime de contribuer activement, par une diplomatie de solidarité, à travers nos forces de défense et de sécurité, à la recherche de la paix, de la stabilité et de la sécurité partout dans le monde».


REACTIONS   REACTIONS   REACTIONS

Aïda Mbodj, Pds
«C’est un risque auquel on expose le Sénégal»
Nous sommes en train de prendre un risque parce que les terroristes rôdent autour de nous. Ils nous ont épargnés mais là, on les a provoqués et à partir du moment où on les a provoqués, on ne peut plus les éviter. Le Yémen est un terrain inconnu et nos soldats ne sont pas préparés à affronter ce genre de situation. En ce qui me concerne, je ne suis pas d’accord ; c’est une décision inopportune et un risque auquel on expose le Sénégal.»

Aïssata Tall Sall, Ps
«Sur ce coup-là, Monsieur le président de la République doit des explications au Peuple sénégalais»
«Ce qui se passe au Yémen est une guerre civile intérieure. Ce sont des milices chiites qui sont en train de s’attaquer à un pouvoir sunnite et l’Arabie saoudite se sent menacée. Ce qui est le plus dérangeant dans cette affaire, c’est que le Sénégal n’envoyait de troupes que lorsque les Nations-Unies, par la voie du Conseil de sécurité, prenaient une résolution pour que nous puissions avoir au moins un soubassement de droit international. Pour une fois, nous participons à une coalition arabe décidée par un pays autour de ses pays amis, pour aller intervenir dans une guerre interne d’un autre pays. Cela n’est pas dans la tradition de la diplomatie sénégalaise. La diplomatie c’est quelque chose de froid, de lucide. Sur ce coup-là,  Monsieur le président de la République doit des explications au peuple sénégalais pour que l’on comprenne les raisons fondamentales qui l’ont poussé à intervenir au Yémen. Si nous n’y allons pas dans le sens d’être un arbitre, nous ne devrions pas être partisans.»

Abdou Mbow, Apr
«Le président de la République préserve l’intérêt du Sénégal et des Sénégalais»
 C’est le Président de la République qui est habilité à apprécier l’intérêt commun du Sénégal à être aux côtés de l’Arabie Saoudite. Les arguments qui ont été avancés par le ministre des Affaires Etrangères sont des arguments cohérents. C’est bien de préciser cette information parce que souvent, on entend des gens faire de la météo Politique en disant on est en train de faire un marchandage avec des pétrodollars. Ce qui est archi faux. Le président de la République préserve l’intérêt du Sénégal et des Sénégalais.

Oumar Sarr, Rewmi
«On aurait pu le faire pour le Cameroun ou le Nigeria»
«Nous avons écouté la très forte plaidoirie du ministre des Affaires Etrangères. Mais j’estime qu’elle a été insuffisante pour qu’on prenne une décision aussi grave d’amener en Arabie Saoudite 2 100 soldats. Cette décision est démesurée par rapport à l’amitié qui nous lie à l’Arabie Saoudite. On aurait pu le faire pour le Cameroun ou le Nigeria, on aurait applaudi.»

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

source: http://www.lequotidien.sn/index.php/component/k2/2-100-soldats-envoyes-24-ans-apres-la-guerre-du-golfe-macky-dans-la-tempete

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?