Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
03
Dim, Juil
0 Nouveaux Articles

Le Coordonnateur régional du M23 Guy Marius Sagna a échappé de justesse à un assassinat. Des nervis armés jusqu’aux dents dirigés par le SG de l’UJTL Mamadou Bâ à bord d’un véhicule l’ont pourchassé de l’ancienne gare routière à la permanence de Benno Siggil Sénégal où ils l’ont asséné des coups de machette. 

La manifestation des jeunes du mouvement du 23 juin (M23) de Tambacounda, au rond point de la gouvernance, hier mercredi vers 17heures, a vite été dispersée par les forces de sécurité de la police. Les limiers sont intervenus au moment où les camarades de Guy Marius Sagna criaient à tue tête « Wade dégage ». Les policiers ont tiré sur les jeunes à coups de grenades lacrymogènes. Cheikh Ly, agent du conseil régional de Tambacounda, âgé d’une quarantaine d’années, a été vivement atteint à la tête. Evacué au centre hospitalier régional, le blessé a été admis d’urgence. Il souffre d’une fracture du crane, selon une blouse blanche. 

Incroyable mais vrai ! Un maître coranique en partance pour Tivaouane voir son marabout a été mis aux arrêts puis envoyé en prison pour contrefaçon de signes monétaires, falsification et émission de billets contrefaits.

Du sens de l’éducation qu’on lui a inculqué au cours de formation à l’école coranique, Seydou Mamadou Diallo maître coranique n’y a rien retenu.

Oury Bâ, maire de la commune de Tambacounda fait partie des candidats au Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee). Il a subi les épreuves comme tous les potaches, en tant que candidat libre et attend ses résultats dont la publication est prévue le 4 juillet prochain.

 

La violence entre les forces de l’ordre et les jeunes manifestants contre la candidature de Me Abdoulaye Wade a progressé partout dans les différentes artères de la commune de Tambacounda où des jeunes jusque tard dans la nuit (00h42mn) ont brulé des pneus et érigé des barricades sur les avenues. La police a usé par moments à des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser les manifestants.

En visite à Tambacounda, Aziz Samb est revenu sur son départ de la RTS pour la 2STV. Un départ qu’il n’est pas prêt d’oublier de sitôt puis qu’il lui laisse un goût amer. L’initiateur des oscars des vacances a décoché un bois vert sur un grand promoteur de lutte qu’il a déçu et trahi suivi. Entretien :

C’est à la Une de tous les débats dans la capitale orientale, plus précisément au lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda, connu comme étant un lycée d’Excellence. Tout le monde en parle. Deux élèves de Terminale, M.D et A.C, risquent de ne pas subir les épreuves du Baccalauréat, voire même leurs études hypothéquées. Les deux élèves traînent des grossesses, au grand dam de leurs parents.

 

Malick Noël Seck a foulé le sol de la capitale orientale ce jeudi. Cette fois-ci en toute liberté. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, le Secrétaire général de la convergence socialiste est revenu sur sa visite à Tambacounda, ses récentes conditions de détention à la citadelle du silence de Tambacounda, la non validité de la candidature de Wade. Selon Malick Noël Seck, « le peuple sera libéré ce vendredi ».

 

 Malick Noël, est ce qu’on peut savoir les raisons de votre visite à Tambacounda ?

Quatre jeunes garçons, âgés de 4 à 11 ans sont morts noyés. Ils sont tombés dans des trous remplis d’eau. 

Selon la Rfm (privée) qui a livré l’information Les premières pluies à Tambacounda ont déjà enregistré des victimes. Ils sont tombés dans des troués creusés pour l’extraction de sable fin. 

"Djiné Maimouna", cette créature ou être surnaturel sème la zizanie début quelques temps dans les différents collèges de Tambacounda. Le phénomène de transe a débuté dans le collège de Quinzanbougou ou quarante vingt dix jeunes filles sont acheminées à l’hôpital régional de Tambacounda. Certaines sont dans un état très sérieux et restent internées depuis. Quand elles rentrent en contact avec cet esprit invisible, elles laissent échapper ces mots: « elle m’a giflé et il faut que je me venge et elle m’accuse de lui avoir volé son mari. » La remarque est générale.