Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
19
Dim, Sep
0 Nouveaux Articles

Kaolack
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

AGRICULTURELa Fédération nationale des opérateurs privés semenciers et transporteurs (Fnopst) a tenu hier, dimanche 1er novembre son assemblée générale préparatoire de la campagne de commercialisation agricole édition 2009.

Cette rencontre qui a mobilisé l’ensemble des acteurs réunis autour de la filière arachidière, était une occasion pour cette organisation de producteurs d’évaluer et surtout recenser tous les maux ayant contribué à l’échec de la campagne précédente, et de définir les nouvelles propositions et autres dispositions avant l’ouverture prochaine de ce marché national destiné à la spéculation des produits agricoles.

Avec une production de 123 mille tonnes collectée l’année écoulée sur toute l’étendue du territoire national, les producteurs sénégalais mobilisés autour de la Fnopst veulent rehausser la balance et obtenir pour cette prochaine édition une production équivalente au double de la consommation nationale soit 150 mille tonnes. Mais le défi le plus récurent que les acteurs de la filière veulent aujourd’hui relever pour la réussite de cette prochaine campagne est sans doute la mobilisation de l’ensemble des ressources qui doivent figurer en bonne place dans les transactions commerciales spécifiques.

La plupart des présidents de zone venus répondre présents lors de cette assemblée a surtout mis l’accent sur l’accès des producteurs aux crédits. Un des facteurs qui leur a le plus fait souffrir, car la majeure partie des paysans qui s’étaient investis l’année dernière dans la commercialisation de l’arachide, a trébuché et naguère n’a eu le privilège de disposer d’un quelconque financement. Les institutions financières et les banques de la place refusaient d’accorder de nouvelles dettes aux professionnels de la terre, car la majeure partie d’entre eux disposait encore de reliquats qu’ils devaient honoré auprès de ces mêmes institutions, et qu’ils n’avaient pas réussi pour des raisons liées entre autre aux échecs répétés des précédentes campagnes.

Les périodes de facturation sont également revenues au menu des discussions, lors de cette même rencontre. Contrairement aux années précédentes où l’on devait attendre des fois un mois pour disposer de son chèque auprès des unités industrielles, les producteurs d’arachide préconisent pour cette prochaine édition la révision de la période de facturation au sein des entreprises tuilières, afin de mettre un terme aux multiples questions relatives aux factures impayées ou retardées et qui sont souvent source de conflit entre les producteurs et les unités industrielles ou entre les stockeurs transporteurs et les producteurs à la base.

SOURCE: SUDONLINE

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?