Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
14
Mar, Juil
17 Nouveaux Articles

Réouverture des écoles au Sénégal: une bouffée d’oxygène pour les établissements privés

Éducation / Formation
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

 

Leurs représentants des établissements privés affirment être au bord du gouffre et demandent plus de soutien de la part des autorités. À Guédiawaye, en banlieue de Dakar, des enfants jouent à l’élastique dans le sable devant les cours privés Imam Assane Cissé de Guédiawaye. Mais à l’intérieur, les salles de classes sont aussi vides que les caisses de l’établissement.

Ce qui inquiète le responsable Abass Ndour, également coordonnateur du Collectif des écoles privées : « Les principales ressources des écoles privées, ce sont les frais de scolarité. S’ils sont absents, bonjour les dégâts. Les écoles ne sont pas en mesure de payer les salaires, les charges locatives, respecter les engagements contractés au niveau des banques et institutions financières. »

Selon le ministre de l’Éducation nationale, 34% des élèves sénégalais sont formés dans le privé, qui compte quelque 3 000 établissements. Une minorité est reconnue et subventionnée, les autres sont autorisés.

« Ignoré, sans considération »

Parmi eux, le groupe scolaire « La rive des savants ». Sa responsable, Seynabou Sagna Senghor, n’arrive pas à joindre les deux bouts : « On se débrouille parce que j’ai mes sœurs qui travaillent. Mais moi, concrètement depuis le 13 mars, je ne participe pas aux dépenses de ma maison. »

Mamadou Dione, directeur d’établissement et coordonnateur du Collectif des promoteurs d’écoles privées (Copep) de Guédiawaye, regrette le manque d’implication de l’État. Il se sent : « Ignoré, sans considération. Quand il s’agit d’investissements, nous avons investi. Quand il s’agit de créer des emplois, nous l’avons fait. Nous avons aussi formé des enfants de ce pays. Tout cela, c’était le rôle de l’État. On ne pensait même pas que l’État pouvait nous mettre au bas de l’échelle. »

Pour ces responsables, la réouverture annoncée est une bonne nouvelle, mais ne règle pas la question de ces derniers mois sans recettes.

 

source:http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200619-r%C3%A9ouverture-%C3%A9coles-s%C3%A9n%C3%A9gal-une-bouff%C3%A9e-doxyg%C3%A8-les-%C3%A9tablissements-priv%C3%A9s

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?