Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
97 Nouveaux Articles

Corruption au Sénégal: La Police, la Gendarmerie, la Santé et l'Education sur le podium

Éducation / Formation
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ce document a été présenté hier, mercredi 20 décembre, par la direction de l’OFNAC, dirigé par le magistrat Seynabou Ndiaye Diakhaté. Selon ce rapport, réalisée par échantillonnage de 2000 personnes qui plafonne le taux d’acceptation à la corruption a 53%, les riches, les fonctionnaires et les hommes politiques sont les acteurs les plus aptes à l’idée de la corruption. L’étude révèle également que Saint-Louis reste la région la moins corrompue, avec un taux 6,5% et un taux de tentative de corruption de 15,2%.
 
En ce qui concerne les pots de vin, le montant s’élève à 95.400 F Cfa/personne/an. Et le montant perçu par les personnes ayant cédées à la corruption se chiffre à 100.877 F Cfa/personne/an. L’enquête montre également que 99% des Sénégalais savent que la corruption est bien réelle, 91% sont conscients que les pratiques sont répandues et 93% des Sénégalais disent connaitre les pratiques de la corruption.

Par ailleurs, Seynabou Ndiaye Diakhaté, la présidente de l’OFNAC, explique que l’objectif visé à travers cette étude, c’était d’avoir une base de données en ce qui concerne les informations par rapport à la corruption pour savoir quelle est la compréhension des Sénégalais de la corruption. «Le résultat nous a permis de savoir, en terme d’échantillonnage, quelles sont les milieux et secteurs les plus «corruptogénes» et quelles sont les cibles. Et ça va aider l’OFNAC à élaborer ces  stratégies d’intervention, surtout dans les activités de prévention et de lutte contre la corruption. Le cabinet a procédé par échantillonnage de moins 3 milles personnes réparties en 5 catégories de cibles qui ont répondu, ce qui a donné ces chiffres. Mais aussi c’est une simple estimation. C’est un chiffre qui découle d’un calcul effectué par le cabinet et c’est ce qui a donné un coup de 118 milliard». 
 
Parlant de la corruption notée dans les secteurs de la sécurité publique, la santé et l’éducation, la présidente de l’OFNAC a noté que  depuis que la mise en place de la structure, «nous menons des activités de sensibilisation et de prévention au niveau de la sécurité publique, la santé et l’éducation… Et tous ces secteurs sont nos partenaires en ce qui concerne la lutte et la prévention de la corruption et il n’y a pas de raison qu’on n’arrête cette collaboration».
 
Par rapport au changement de comportent, poursuit-elle, «on continue de mener nos activités de sensibilisation, à développer une prise de conscience collective au niveau des populations par rapport au rejet de la corruption. C’est la raison de toutes ces activités et que nous allons continuer à mener. Et on va orienter nos actions en tenant compte de tous ces résultats», assure Seynabou Ndiaye Diakhaté.

 

source:https://www.leral.net/Corruption-au-Senegal-La-Police-la-Gendarmerie-la-Sante-et-l-Education-sur-le-podium_a217119.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?