Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
97 Nouveaux Articles

Touba : Les hommes qui ont marqué le Magal 2014

Magal Touba
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

Le magal marque le départ pour l'exil de Serigne Touba, il y a 120 ans. Et depuis que Serigne Fallou M'backé a fait du 18 Safar un événement à célébrer dans la cité religieuse, l'affluence va crescendo. Et d'année en année, l'Etat s'implique davantage dans l'organisation rendant obligatoire l’exécution intégrale de ses engagements toujours calqués sur le paquet de besoins exprimé par le comité du Magal lors des rencontres avec l’administration.  
Dans ce cadre, résulte de la part des gouvernants, un comportement qui provoque, sur le fil, une réaction de l’opposition qui fait de sa présence à Touba une obligation. Les populations affluant pousseront les entreprises à « déménager » pour deux raisons : économique et publicitaire. Dans ce cadre plus ou moins idyllique, des hommes émergent, d’autres sombrent pendant que les faits divers les plus époustouflants les uns que les autres s’enchaînent. 
  
Serigne Sidi Mokhtar M'backé : Par son discours, le khalife général des Mourides a égratigné tout le monde sans faire mal. Dire les vérités telles qu’elles sont sans frustrer. De manière limpide et avec une certaine pédagogie, le patriarche de Gouye Mbinde a invité les Sénégalais à cesser de danser, de chanter et de jouer à longueur d’années car, dit-il : « un pays ne saurait se développer à travers des mondanités ». Le caractère fêtard des événements organisés, les soirées dansantes à longueur de nuit, les séances de lutte qui tiennent en haleine toute une population pendant plusieurs longs mois, les shows, les baptêmes et autres cérémonies familiales lors desquels de fortes sommes d'argent sont jetées à la fenêtre etc…auront tous été pointés du doigt par le chef religieux sans énumération de sa part. Une manière bien ...catholique de sermonner son monde. Serigne Sidi Mokhtar, par ce discours si riche en enseignements a été l’homme qui a le plus marqué l’édition 2014 du Magal. 
  
Youssou N'dour : Sans qu’il n'ait rien eu à dire, le roi du M'balax, présent à la cérémonie officielle du grand magal, n’était réellement pas plus visé par le discours du Khalife que les autres Sénégalais. Loin de là ! Le mot du chef religieux ne visait directement aucune personne particulièrement, encore moins lui, même si par ailleurs, il fait partie des hommes de ce pays qui vivent et qui font vivre le showbiz. Qu’à cela ne tienne, You a pourtant pris la poudre d’escampette juste après la fin de la cérémonie. En l’espace de deux tours d’horloge, il devenait l’homme le plus recherché par les journalistes qui voulaient lui soutirer un mot. Hélas, le gôut amer d’un reportage inachevé devra les habiter encore longtemps… 
  
Cheikh Bass Abdou Khadre : L’homme à tout faire, ouvert, intelligent et jamais fatigué. Cheikh Bass, « Obama » pour emprunter le surnom que lui donnent certains Sénégalais du fait de son jeune âge et sa perspicacité, est le maître d’œuvre absolu de tout ce qui se passe lors du Magal. Présent pour recevoir toutes les délégations politiques et toutes les délégations religieuses, il réussit à discuter avec tout ce monde avec la même déférence et la même attention. Comme s’il avait fait les grandes écoles de management, Cheikh Bass a créé neuf commissions pour l’épauler avec à leur tête un coordinateur. Il a aussi mis en place un comité appelé conseil des sages, composé de chefs religieux d’un certain âge. C’est notamment Cheikh Bass Abdou Khoudoss, Serigne Cheikh Aliou, Cheikh Bass Porokhane etc… Non content de cela, il a sollicité l’implication des dahiras comme Wilaya, Rawdou rayahin , Muqadimatul Khidma …et impliqué des bonnes volontés qui ont exprimé le désir d’apporter leur contribution. Son ouverture d’esprit lui permettra d’accepter la tenue d'un colloque international, de caravanes financièrement coûteuses, mais exceptionnellement bénéfiques à la confrérie mouride et au Magal proprement dit. Des sources bien au fait de ce qui se passe dans la Résidence, confient qu’il dépense sur ses propres fonds, pas moins d’un demi-milliard pour assurer certaines dépenses. 
  
Serigne Mountakha M'backé : Connu pour son attachement indéfectible à Serigne Touba, le khalife de Serigne Bassirou M'backé est le prototype du mouride par excellence. Invité à prendre la parole lors de la cérémonie officielle de vendredi dernier , Serigne Mountakha a fait pleurer plus d’un. « Nous ne connaissons pas suffisamment Serigne Touba pour l’aimer suffisamment. Apprenons à le connaitre et nous tirerons davantage profit de lui » s’est-il mis à expliquer avec toute la force de son cœur. Son appel à construire l’université Cheikh Ahmadou Bamba a déjà commencé à enregistrer une adhésion populaire extrêmement importante. 
  
Cheikh Abdou Gaïndé Fatma : Le jeune chef religieux, président de la commission Culture et Communication a marqué de son empreinte cette édition par son sens innovateur. Après la caravane du magal qui a parcouru une partie du Cayor et du Baol, Cheikh Abdou a encore organisé un colloque. Ce colloque sur le soufisme a fait venir à Touba plus d’une centaine de professeurs, chercheurs, scientistes connus à travers le monde. Ainsi a-t-il réussi à faire de Touba-Village un centre du monde pendant une semaine. Sa commission a par ailleurs, hébergé et restauré plus de 900 journalistes durant quatre jours. Il a aussi mis en place un département TIC chargé de produire des éditions officielles de journal, des plateaux d’échange autour des enseignements de Serigne Touba, des séminaires de formation sur le protocole et ’accueil des invités etc… Une panoplie d’activités qui auront permis au Magal de se passer dans une agréable ambiance, mais pleinement religieuse. 
  
Cheikh Bethio : Le guide spirituel des thiantacones a battu tous les records en faisant venir plus de 2 000 bœufs. De Gare Bou N'daw à Dianatoul Mahwa en passant par la maison de Serigne Saliou, Cheikhbi a étonné son monde. Toutefois, la grande stupéfaction a été de l’entendre dire qu'il ne nourrissait aucune haine à l’encontre de Macky Sall et que ce dernier n’était en rien responsable de son passage en prison. Quant à son soutien en faveur de Wade lors des dernières élections, il dit ne rien regretter. 
  
Abdoulaye Wade : L’ancien Chef d’Etat Sénégalais aura été aussi une attraction certaine lors de ce magal. Venu le lendemain de la visite du Président Sall, Wade a réussi à montrer, si besoin en était, qu’il est encore dans le cœur des populations de Touba. Perché sur le haut de son véhicule, les mains en l’air, on le voyait déguster l'infime joie  de se sentir toujours aimé quelque part. A Touba, à chacune de ses apparitions, l'accueil est toujours instantané et coloré. Reçu à Gouye-Mbinde, le Président Wade réitérera son acte d’allégeance à Serigne Touba à travers Serigne Sidi Mokhtar, avant de verser dans un discours politique durant lequel il ne fera à aucun moment, référence à son fils Karim en prison depuis plus de 2 ans dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis. Il exprimera ainsi ses regrets par rapport aux chantiers non achevés qu’il avait entamés avec la ferme volonté de les terminer. Toutefois, même déchu de ses fonctions de président de la République, il promet de ne ménager aucun effort pour servir la cité, étant entendu que ses ambitions sont d’une envergure telle que le pouvoir en place ne saurait les satisfaire. Comme le Président Sall, Wade passera une nuit dans la suite présidentielle, recevra ses militants, distribuera des billets de banque avant de s’ébranler pour Dakar le lendemain. Il partira, tout de même, avec des prières et des paroles flatteuses de Serigne Cheikh Abdou Khadre et Serigne Abdou Fatah Mbacké Ibn Serigne Fallou. 
  
  
Serigne Souhaïbou M'backé : Ce responsable politique du Pds a quant à lui passé un mauvais quart d’heure entre les mains des hommes musclés de Wade. Alors qu’il discutait avec Me Madické Niang, le fils de Serigne Modou Mame a été malmené, avant d’être jeté hors de vue. Le M'backé-M'backé a tout de suite perdu tout repère. Les yeux larmoyants, Serigne Souhaïbou se débattra de toutes ses forces, avant de se replier avec la ferme volonté de se faire entendre dans les prochains jours. 
  
  
Macky Sall : Comme l’année dernière, le Chef de l’Etat aura brillé. Cette fois d’une manière éclatante pour avoir pu bénéficier d’un accueil populaire même si c’est le Khalife qui a dû émettre un n'diguel pour solliciter des populations l'accueil de son hôte. Lui-même saura être d’une gratitude exemplaire en reconnaissant que l’accueil était tributaire du ndiguel khalifal. Bref, Macky séduira par son discours plein d’engagements. D’ailleurs, pendant que personne ne s'y attendait, il a invité le chef religieux à venir prendre part à la pose de la première pierre de l’autoroute Dakar-Thiès –Touba dès ce 27 décembre. Mieux, il baptisé l’ouvrage « Il’a Touba » ( en route vers Touba). De quoi ajouter du charme à sa future réalisation. Tout de même avec tact, Macky Sall invitera le Khalife à prier pour qu'il puisse inaugurer personnellement l’autoroute qui doit s'achever au delà de 2017. Habile manœuvre pour un second mandat. 
  
Le colonel lâcheur de gaz lacrymogène :  Lui aussi aura créé le buzz lors de ce magal et notamment lors de la visite du Président Sall à Touba. Alors que les chambellans tenaient vaille que vaille à tenir inviolé leur périmètre, même par la garde rapprochée du Chef de l’Etat, mon Colonel a eu la maligne idée de lâcher sa bombe. Dans le feu de l’action un homme âgé de plus de 60 ans va s’écrouler complètement sonné. L’homme passera une bonne heure étalé à même le sol. Il sera récupéré et amené aux urgences pour une réanimation. Plus de peur que de mal ! Le vieux Mor reviendra au boulot après avoir reçu une délégation envoyée personnellement par le Président de la République. 
  
Habib Sy, le patron de Yessal, un mouvement qui agit en tant que courant au sein du Pds, a quant à lui, profité de la litigieuse affaire d’Arcelor Mittal et Pétro Tim pour demander la démission ou le limogeage pur et simple de son adversaire politique de l’Apr, Aly N'gouille N'diaye. Pour l’ex- maire de Linguère, les réponses alors fournies par le ministre en charge de l’énergie sont laconiques et non convaincantes. Reste à savoir si la réaction de Sy n’a pas été taillée à la juste mesure de N'gouille N'diaye. 
  
La Sococim : Son ambition a été de conserver la propreté de la cité acquise la veille du magal par le truchement des dahiras qui ont dégagé toutes les ordures. Seulement l’entreprise aura fait exactement ce qu’elle voulait éviter. Autrement dit, à elle seule, elle a sali tout Touba. Les alentours de la grande mosquée en sont l’exemple le plus patent. Partout, les sachets en papier de la Sococim ont couvert le sol. Sa noble initiative s’étant finalement retournée contre elle. 


Dakaractu Bi- Hebdo du 15 décembre 

 

 

 

source:http://www.dakaractu.com/Touba-Les-hommes-qui-ont-marque-le-Magal-2014_a80514.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?