Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
29
Dim, Jan
5 Nouveaux Articles

Sénégal - CANCER DU SEIN Contribution du ministère de la Santé dans la prise en charge : Un milliard prévu dans le budget 2015

Budget du Sénégal
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 Pour ces spécialistes, le seul moyen de lutte pour le moment reste la prévention. C’est pourquoi le ministère de la Santé et de l’action sociale a décidé cette année, de mettre dans le budget qui sera voté très prochainement à l’Assemblée nationale, une enveloppe d’un milliard pour la prise en charge de cette maladie. Cette manne financière sera utilisée pour le traitement de la maladie, notamment l’achat des médicaments souvent en rupture dans les structures pharmaceutiques. L’autre partie de cet argent va servir à payer deux bourses pour des spécialistes en chimiothérapie et en chirurgie. Le ministre de la Santé ne compte pas s’arrêter là, selon la représentante de Awa Marie Coll Seck qui a annoncé cette nouvelle. Le département travaille en effet à rendre effective l’installation de mammographie dans les structures hospitalières publiques. Ceci va permettre aux femmes de pouvoir faire la mammographie à moindre coût et ainsi prévenir ou dépister le cancer du sein précocement.
Mais en attendant la réalisation de ce vœu pieux, la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca), dans le cadre d’octobre rose, a décidé d’agir. Elle a réussi grâce à ses partenaires, dont des radiologues privés, le ministère de la Santé et d’autres bonnes volontés, à réduire le prix de la mammographie de moitié, soit 15 000 francs, pour permettre aux femmes de se faire dépister durant tout le mois d’octobre et éviter ce redoutable maladie qui fait des ravages mais dont on peut se guérir. Car, d’après Dr Doudou Diouf, chimiothérapeute à l’institut Juliot Curie, on peut guérir du cancer du sein si on le dépiste précocement. Mieux, souligne-t-il, le traitement est moins coûteux à ce stade de la maladie, le traitement ne dure pas plus d’un mois. Raison pour laquelle, il faut mettre l’accent sur la prévention, plaident les spécialistes. Une invite à laquelle, la Lisca compte honorer. Elle promet en plus des séances de mammographie, d’autres actions durant ce mois. Une journée de consultation gratuite sera organisée ce samedi au siège de la Lisca ainsi que des caravanes et des journées de sensibilisation.

Un seul spécialiste en chimiothérapie au Sénégal 

En matière de prise en charge du cancer du sein, le Sénégal n’est toujours pas bien loti. En effet, malgré le fait qu’il dispose d’un institut du cancer, notre pays ne dispose que de deux radiothérapeutes et d’un seul spécialiste en chimiothérapie. Il s’agit du Dr Doudou Diouf qui prend en charge chaque jour plus de 30 malades. Une tâche colossale qui souvent remet en question la qualité des prestations. Pis, actuellement il n’y a pas un seul spécialiste en formation dans ce domaine. A cela il faut ajouter l’étroitesse de la structure qui accueille les malades. 9 000 malades par an, selon Doudou Diouf. Une structure inadaptée, selon le Dr Mamadou Diop, chirurgien des hôpitaux et directeur de l’institut du cancer de l’hôpital Aristide Le Dantec. Vivement alors le centre national spécialisé annoncé par Macky Sall dans le Pse.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

source: http://www.lequotidien.sn/index.php/component/k2/item/35822-cancer-du-sein-contribution-du-minist%C3%A8re-de-la-sant%C3%A9-dans-la-prise-en-charge-un-milliard-pr%C3%A9vu-dans-le-budget-2015

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?