Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

21
Mar, Mai
0 Nouveaux Articles

SENETOILE BLOGS

Ici vous pouvez vous informer et poster librement votre blog. Créez votre compte utilisateur, c'est rapide et gratuit.
Fast backlinks and Guest-post hosting

Le président tunisien Kaïs Saïed suscite l’indignation

Le président tunisien Kaïs Saïed suscite l’indignation

Le président tunisien a prononcé un discours choquant, à connotation raciste, qui a suscité une condamnation générale, une panique des Africains noirs et leur évacuation par les gouvernements africains.

La Côte d’Ivoire et la Guinée ont affrété des avions pour évacuer leurs citoyens de Tunisie, après qu’une diatribe raciste du président tunisien Kaïs Saïed a suscité des attaques de groupes d’autodéfense contre des Africains noirs.

 

En Guinée, le ministre des affaires étrangères Morissanda Kouyate s’est rendu en personne en Tunisie à bord d’un avion gouvernemental « pour apporter un soutien urgent aux Guinéens ». Ils ont été reçus en grande pompe par le Président guinéen à leur arrivée à l’aéroport de Conakry. Morissanda Kouyaté a déclaré : « Nous avons constaté que certains de nos compatriotes en Tunisie avaient perdu tout espoir. C’est avec le cœur lourd que j’ai pu les rencontrer car les conditions étaient très difficiles. »

Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), entre autres, a été cinglant : « La campagne présidentielle vise à créer un ennemi imaginaire pour les Tunisiens afin de les distraire de leurs problèmes fondamentaux », a déclaré son porte-parole.

Amadou Coulibaly, le porte-parole du gouvernement de la Côte d’Ivoire, a déclaré avoir lancé l’opération d’évacuation et de rapatriement d’urgence des Africains pour sauver des vies et éviter d’autres blessures. Il a ajouté qu’il avait été fait appel à la compagnie nationale Air Côte d’Ivoire pour aider au retour de 500 citoyens dans leur pays d’origine. Les vols ont été accueillis personnellement par le Premier ministre Patrick Achi lors de leur atterrissage à Abidjan.

Plus tôt, l’Union africaine a publié une réprimande cinglante du discours de Saïed. Dans un communiqué, elle a déclaré : « Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, condamne fermement la déclaration choquante publiée par les autorités tunisiennes et visant des compatriotes africains, qui va à l’encontre de la lettre et de l’esprit de notre Organisation et de ses principes fondateurs. » Il a déclaré que les États membres de l’UA avaient l’obligation de « traiter tous les migrants avec dignité, d’où qu’ils viennent, de s’abstenir de tout discours de haine raciale qui pourrait nuire aux personnes, et de donner la priorité à leur sécurité et aux droits de l’homme ».

Le février, le président Saïed, soumis à une pression politique extrême alors que la situation économique du pays se détériore et que des produits disparaissent des rayons des magasins, a lancé cette diatribe en s’adressant au Conseil national de sécurité du pays. Il a exhorté les ministres à « prendre des mesures urgentes pour mettre fin à l’immigration clandestine dans le pays, en ciblant particulièrement les Africains, dont beaucoup considèrent la Tunisie comme un point de départ vers une vie meilleure en Europe ».

Après ses commentaires, de nombreux migrants ont perdu leur emploi et leur logement du jour au lendemain. Certains ont déclaré avoir été agressés physiquement. En plus des 21 000 personnes estimées sans droit légal de rester dans le pays, la Tunisie compte un grand nombre d’Africains, y compris des étudiants, des hommes d’affaires, des personnes en formation professionnelle et des travailleurs légaux, agricoles et industriels, tous présents légalement dans le pays. Ceci est conforme à la longue tradition tunisienne de programmes d’échange et de collaboration en matière de migration, notamment avec un grand nombre de pays africains francophones.

En outre, quelque 10% à 15 % de la population du pays est composée de Tunisiens noirs, dont beaucoup peuvent faire remonter leurs ancêtres à la traite des esclaves d’Afrique de l’Est. Bien que la Tunisie ait été l’un des premiers pays arabes à abolir la traite des esclaves au XIXe siècle, celle-ci a continué à être pratiquée jusqu’à ce qu’une série de lois adoptées au XXe siècle la rendent totalement illégale.

Néanmoins, un sondage réalisé en 2022 a montré que 80 % des Tunisiens estiment que le pays connaît des problèmes raciaux majeurs. Les Tunisiens noirs ont souvent exprimé leur inquiétude quant à la discrimination dont ils font encore l’objet en termes de scolarisation et d’opportunités d’emploi, bien que certains aient réussi dans les affaires et le sport et aient atteint le statut de héros.

Étant donné cette fixation sur la couleur – même les nuances de couleur – les Tunisiens noirs ont déclaré aux journalistes que les remarques de Saïed semblaient les viser autant que les immigrants africains.

 

Une affirmation étonnante

S’adressant au Conseil de sécurité, Kaïd Saïed avait déclaré que « des hordes d’immigrés illégaux d’Afrique subsaharienne continuent d’arriver, avec toute la violence, la criminalité et les pratiques inacceptables que cela implique ». Le président tunisien avait alors affirmé  « La migration est un complot visant à changer la dynamique tunisienne. Des traîtres qui travaillent pour des pays étrangers et des partis louches s’en prennent à l’Etat-nation tunisien. Nous les avons aidés lors de la distribution de médicaments à Covid-19 et nous sommes fiers de notre identité africaine mais aujourd’hui, ils veulent changer la composition démographique de la Tunisie. »

Poursuivant : « Le but inavoué des vagues successives d’immigration clandestine est de considérer la Tunisie comme un pays purement africain qui n’a aucune affiliation avec les nations arabes et islamiques. »

Eric Zemmour, homme politique français d’extrême droite, a salué la déclaration de Saïed. « Les pays de la région du Maghreb ont commencé à tirer la sonnette d’alarme face à l’escalade de l’immigration. La Tunisie veut prendre des mesures urgentes pour protéger son peuple. Qu’attendons-nous pour combattre le Grand Remplacement ? », a-t-il demandé.

Environ 1,2 million de Tunisiens vivent dans les pays européens, dont un million en France. Ce sont leurs transferts de fonds vers leurs familles en Tunisie qui permettent de maintenir l’économie à flot.

 La déclaration du Président a attiré des milliers de personnes qui ont manifesté leur solidarité avec les Africains en situation irrégulière et ont condamné les sentiments « fascistes ». Les condamnations des associations tunisiennes de défense des droits de l’homme ne se sont pas fait attendre. Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), entre autres, a été cinglant : « La campagne présidentielle vise à créer un ennemi imaginaire pour les Tunisiens afin de les distraire de leurs problèmes fondamentaux », a déclaré le porte-parole Ramadan Ben Amor.

Le Front antifasciste tunisien, une coalition qui comprend plus de 40 organisations de la société civile tunisienne et plusieurs militants indépendants, a pris la tête d’une manifestation très suivie qui a dénoncé les propos de Saïed et lui a demandé de retirer sa déclaration qu’ils ont qualifiée de « honteuse ».

Parmi les personnalités les plus en vue, l’idole la plus en vue de Tunisie, la star du tennis Ons Jabeur, a tweeté : « Aujourd’hui est le #ZeroDiscriminationDay. En tant que fière femme tunisienne, arabe et africaine, je célèbre le droit de chacun à vivre dans la dignité. » Elle a montré un timbre tunisien de 1961, célébrant la Journée de l’Afrique.

Une autre personnalité sportive tunisienne, Radhi Jaidi, l’un des plus grands footballeurs du pays a cité le leader indépendantiste ghanéen Kwame Nkrumah, a écrit : « Je suis africain, pas seulement parce que je suis né en Afrique, mais parce que l’Afrique est née en moi. »

Quels que soient ses défauts politiques durant la dernière partie de son règne, l’ancien président Zine el Abidine Ben Ali a beaucoup misé sur ses relations avec les pays africains, ainsi que sur l’identité du pays en tant que nation africaine.

@NA

SOURCE: Lire la suite sur : https://magazinedelafrique.com/politique/le-president-tunisien-kais-saied-suscite-lindignation/?mc_cid=61bcf35ff1&mc_eid=c75cc7b72a

Première historique : l’entrepreneur et philanthro...
NBA Africa Nomme Mohamed Abdel-Motaleb Soliman au ...

Sur le même sujet: