Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
05
Dim, Fév
5 Nouveaux Articles

CREI - Sa requête jugée recevable par la Cour suprême : Karim mise sur les 5 «Sages»

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le fils de l’ex-président de la République devra attendre que le Conseil constitutionnel se prononce sur la constitutionnalité ou non de la Crei pour être édifié sur son sort. En effet, la Cour suprême, qui a jugé recevable la requête des avocats de Karim Wade, a décidé de surseoir à statuer, avant de renvoyer le dossier devant le Conseil constitutionnel.

La Cour suprême a déclaré, hier, le pourvoi en cassation des avocats de Karim Wade «recevable». Mais, la Cour suprême a décidé de surseoir à statuer, avant de renvoyer le dossier devant le Conseil constitutionnel. En clair, les cinq «Sa­ges» devront élucider l’opinion sur l’inconstitutionnalité de la loi portant création de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), soulevée par les conseils du fils de l’ex-chef d’Etat. Le sort de Karim Wade reste alors suspendu à la décision des juges constitutionnels, qui devront se pencher sur le dossier. 

La recevabilité de la saisine des conseils de la défense a été saluée par les avocats de Karim Wade, inculpé d’enrichissement illicite et placé sous mandat de dépôt depuis le 17 avril 2013, à la Mac de Rebeuss. Me Ciré Clédor Ly, membre du pool des avocats de M. Wade, rappelle que la Cour suprême est juge en premier et dernier ressort de l’excès de pouvoir des autorités de l’Exécutif. Il se réjouit du fait que la Cour ait fait droit à leur demande de déférer l’inconstitutionnalité de la loi portant création de la Crei devant le Conseil constitutionnel. 
L’avocat du fils de l’ex-chef d’Etat est convaincu que son client ne peut être poursuivi par une juridiction d’exception. A les en croire, Karim Wade devait être traduit, le cas échéant, devant la Haute Cour de Justice, en sa qualité d’ancien ministre. Ils estiment que la Crei n’a pas son mot à dire dans le traitement du dossier de leur client. Une incompétence de cette juridiction spéciale qu’il a même eu à dénoncer devant la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

source: http://www.lequotidien.sn/index.php/la-une2/6539-crei-sa-requete-jugee-recevable-par-la-cour-supreme--karim-mise-sur-les-5-sages

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?