Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Ven, Mai
7 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le chef de l’Etat n’entend pas fléchir dans la traque des biens mal acquis. Et pour le cas Karim Wade, Macky Sall a indiqué, dans un entretien avec Le Monde, qu’il n’y a pas d’accord Politique envisagé dans ce dossier. Et que c’est faire «insulte» à la justice que d’évoquer une telle éventualité.

Le retour de Abdoulaye Wade et ses critiques ne semblent pas perturber Macky Sall. Dans un entretien avec le journal français Le Monde, le chef de l’Etat s’est voulu clair quant aux supposées médiations en haut lieu pour faire libérer Karim Wade, fils de son prédécesseur, entre autres dignitaires de l’ancien régime en prison dans le cadre de la traque des biens mal acquis. A la charge de Wade qui parle de «chasse aux sorcières», Macky Sall répond : «J’ai engagé une Politique de transparence et de bonne gouvernance. 

Plusieurs personnes ont ainsi été arrêtées dans le cadre de poursuites pour détournements de biens publics. En faire une question personnelle ne me paraît pas pertinent. Du reste, c’est un dossier pendant devant la justice. Nous sommes en démocratie. C’est elle qui saura qui est fautif et qui ne l’est pas. Il n’appartient ni au Président ni aux partis politiques de le faire.» Mais le chef de l’Etat se veut également clair quant aux insinuations sur un autre «Protocole de Rebeuss», accord que Abdoulaye Wade avait signé avec son ancien Premier ministre d’alors, Idrissa Seck. Pour couper court à cette éventualité, Macky Sall dit : «Pensez-vous qu’en démocratie, la justice puisse négocier des accords politiques ? Le Sénégal est une démocratie qui se respecte. Evoquer la possibilité d’un accord Politique dans le cadre d’un dossier judiciaire, c’est faire insulte à la justice sénégalaise.»

Réplique avec le parallélisme des formes
C’est sans doute une réplique indirecte au retour et aux agissements de Abdoulaye Wade. Dans la forme, c’est le parallélisme des formes puisque le secrétaire général du Pds avait déclenché les hostilités dans le même journal, à la veille de son départ de Paris pour Dakar, avec une escale mouvementée à Casablanca. Me Wade disait dans Le Monde : «S’il (Macky) a mis mon fils Karim en prison, c’est parce qu’il voyait en lui le seul rival capable de l’affronter (…) Macky Sall a utilisé l’idée de la traque des biens mal acquis pour combattre Karim, le faire condamner, le priver de ses droits civiques pour qu’il ne se présente pas en 2017.» S’il est vrai que ce sont les questions d’actualité africaine qui dominent l’entretien de Macky Sall, il reste que c’est bien une séance de précision à l’endroit de ceux qui entretiennent des «négociations» entre son successeur et lui.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SOURCE:http://www.lequotidien.sn/index.php/Politique/item/30887-macky-sur-les-rumeurs-d%E2%80%99une-m%C3%A9diation-pour-faire-lib%C3%A9rer-karim-wade--evoquer-un-accord-Politique-c%E2%80%99est-faire-insulte-%C3%A0-la-justice

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?