Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
21
Sam, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

L’OBS – Sortie vainqueur des Locales au Conseil départemental de Rufisque avec plus de la moitié des 80 sièges qui composent cette nouvelle collectivité locale, la coalition est minée par une guerre impitoyable de ses responsables.

A quelques jours de l’installation du Conseil départemental de Rufisque, les déclarations de candidatures fusent de partout au sein de la coalition présidentielle, qui a largement remporté cette élection. La candidature la plus agitée et la plus contestée est celle du beau-père du Président Macky Sall, la tête de liste départementale de BBY, Homère Seck.

 Ce dernier ne cache pas son ambition de diriger cette nouvelle collectivité locale charnière entre l’Etat et les autres communes. Une candidature sérieusement contestée à cause de la cuisante défaite subie par Homère Seck dans sa propre commune de Rufisque Est.  «Après Guédiawaye et Saint-Louis, Rufisque serait-elle sous la menace de la famille présidentielle pour le choix de son président du Conseil départemental?» C’est cette question que se posent les observateurs.

Homère Seck, beau-père de Macky Sall, unanimement contesté. Pour les proches de Homère Seck, ce n’est pas une candidature dictée par des liens de parenté, mais M. Seck a bel et bien mouillé le maillot comme les autres prétendants, se défend Aida Sabara. Elle estime que son mentor a les compétences requises pour diriger ce Conseil. Un sentiment que ne semblent pas partager ces jeunes, proches du député Souleymane Ndoye. Selon eux, la déroute de leur parti dans la commune de Rufisque est la responsabilité de Homère Seck, qui a parrainé des listes parallèles au sein de l’Apr. «Il s’y ajoute que son impopularité est une réelle menace pour la réélection du Président Macky Sall en 2017», peste  Djibril Cissé,  responsable des jeunes républicains de Rufisque Ouest.

Ces jeunes disent porter la candidature du député Souleymane Ndoye. «Avec lui, il n’y aurait pas eu cette multitude de candidatures. Avec lui, le consensus est vite trouvé, du fait qu’il est la cheville ouvrière du parti et le plus grand rassembleur. Donc, nous portons sa candidature et nous espérons qu’il va l’accepter pour l’intérêt de Rufisque et pour la réélection du Président de notre parti en 2017», ajoute le jeune patron du Cojer. A côté de ces jeunes de l’Apr, un autre responsable de Rufisque Nord se signale. Il s’agit de Demba Diallo, qui estime avoir la bénédiction des républicains originels et qui fustige également la candidature de Homère Seck.

Arame Ndoye retire sa candidature. L’ancien ministre en charge des Collectivités locales a été parmi les premiers responsables de l’Apr à afficher ses ambitions. Pour certains, son profil et sa maîtrise de la nouvelle réforme, pour avoir été ministre des Collectivités locales, font qu’elle est la personne indiquée pour diriger le Conseil départemental. Mais aux dernières nouvelles, Arame Ndoye, dépitée par les hommes de son parti qui se sont ligués contre elle, a décidé de retirer sa candidature, d’après des sources proches de son entourage. Pour rappel, elle a été vaincue dans son fief de Rufisque Nord par le maire sortant, Badara Mamaya Sène.

Le Ps sort du bois. Danscette course pour ce fauteuil du Conseil départemental, le Parti socialiste a son candidat en la personne du professeur Gorgui Ciss, candidat de la coalition BBY à Yène où il est l’édile sortant. En conférence de presse, il dit être candidat de ses administrés, de son parti et des populations du département, conscients des enjeux que représente ce conseil. Pour lui, l’importance de sa candidature réside dans sa compréhension de l’enjeu socio-économique que représente ce conseil, qui ne doit pas être entre les mains de n’importe qui. Gorgui Ciss soutient qu’il faut un bon profil pour la mise en œuvre de ce que l’Etat veut réaliser en termes d’infrastructures et Politique de gouvernance locale dans ce département pilote dans la mise en œuvre de l’Acte III de la Décentralisation.

Ousmane Samb de l’Afp, au nom de la continuité. Dans cette bataille pour le contrôle du département de Rufisque, il faut bien compter avec le coordonnateur départemental de l’Alliance des forces de progrès (Afp), Ousmane Samb. Le président sortant du Conseil régional de Dakar est dans les cordes. Ses chances sont réelles, en raison des arguments qu’il développe et du profil qu’il présente. Au-delà des ses arguments, il bénéficie de soutiens et pas des moindres. «Dans la coalition Benno Bokk yaakaar (BBY), comme dans l’écrasante majorité de l’opposition, il a le soutien et la confiance de tout le monde. Il n’y a pas meilleur candidat que lui pour gérer la nouvelle collectivité locale», souffle un responsable de la majorité.

Le ministre Oumar Gueye décline. Considéré comme le plus légitime responsable de BBY dans le département de Rufisque à briguer le Conseil départemental pour avoir largement gagné dans 4 collectivités locales sur les 12, l’actuel ministre de la Pêche et de l’Economie maritime a décliné la proposition de certains responsable de la coalition. Oumar Guèye veut se consacrer aux activités gouvernementales, mais aussi à sa commune, qu’il veut faire décoller. Mais certains de ses proches exigent des postes honorables dans le prochain bureau  du Conseil.

OUSSEYNOU THIAM

 

source :http://www.gfm.sn/mortal-kombat-au-sein-de-la-coalition-bby/

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?