Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
24
Mar, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Dans ses négociations avec Arcelor-Mittal, qui ont abouti à la transaction qui fait polémique, l’Etat du Sénégal a engagé deux avocats. Abdoulaye Wade et ses partisans veulent maintenant  qu’on rende publics leurs noms et les montants exacts qu’ils auraient touchés.

La bataille de la transparence dans laquelle le Parti démocratique sénégalais (Pds) s’est engagé évolue, du moins dans le discours. Les Libéraux veulent désormais connaître les noms des deux avocats de l’Etat impliqués dans les négociations sur le dossier Arcelor Mittal. «Le premier des ministres s’est bien gardé de dire qui était l’avocat de l’Etat bénéficiaire des 10 millions de dollars d’honoraires entrés par effraction dans le dossier. 

La transparence et la bonne gouvernance prévues par notre Constitution exigent la publication de la note d’honoraires des deux avocats connus et commis dans cette affaire pour éclairer le peuple», déclare le Pds dans un communiqué. Les partisans de Me Wade estiment que Mahammad Boun Abdallah Dionne «doit nous dire pourquoi 10 millions de dollars ont été mis dans un compte qui n’est pas celui du trésor public». Ils révèlent ainsi : «Il y a une vingtaine de jours, le ministre des Finances a fait passer devant le Conseil des ministres un projet de loi de finances rectificative pour un montant de 5 milliards de FCfa correspondant aux 10 millions de dollars qui se promenaient en attendant d’être ‘’capturés’’ dans les poches de déprédateurs.» Le Comité juridique du Pds a passé au laser le manque d’ambitions financières du gouvernement en place. Pour lui, les 75 milliards de FCfa obtenus sont anecdotiques par rapport aux possibilités initiales. «Devant le Tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale (Cci), l’État du Sénégal a déposé en mai 2014 le rapport d’expertise du cabinet américain et le dossier d’indemnisation des avocats avec l’implication directe de l’agent judiciaire de l’Etat. Comment l’État peut-il déposer le 15 mai 2014 un dossier complet auprès de la Cci pour réclamer plus de cinq milliards de dollars (2.500 milliards de FCfa) amplement justifiés et subitement, comme pris de folie furieuse, négocier en toute hâte et à l’insu des avocats officiels et de l’agent judiciaire de l’État pour n’obtenir que 150 millions de dollars, soit 75 milliards de FCfa ?», se demandent encore les Libéraux. Selon eux, le Premier ministre qui était face à la presse samedi dernier a omis «cet élément factuel incon­testable et qui, à lui seul, caractérise toute l’opacité de cette transaction». Tout comme il l’a été sur «le mode de règlement» et les honoraires des deux avocats engagés.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Source:http://www.lequotidien.sn/new/index.php/component/k2/item/1268-honoraires-dans-l-affaire-mittal-le-pds-veut-des-details.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?