Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
24
Mar, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le Programme de bourses de sécurité familiale lancé en 2013 est entré dans sa 3ème phase hier : L’objectif est d’appuyer 200 000 ménages défavorisés avec une enveloppe de 20 milliards de F Cfa. La particularité de cette 3ème phase, c’est qu’elle va  intégrer l’ensemble des 3000 sénégalais vivant avec un handicap, détenteurs de la carte d’égalité de chance.

La 3ème phase des bourses de sécurité familiale a été lancée hier à Pikine par le Premier ministre. Il est prévu de faire bénéficier à 200 000 ménages cette aide en raison de 100 000 F chacun. Soit 25 000 F tous les 3 mois. Ainsi, une enveloppe de 20 milliards de F Cfa qui est prévue pour l’année 2015 dans le cadre de ce programme consiste à instaurer un système de solidarité et à développer des stratégies d’autonomisation des fa­milles et des communautés les plus défavorisées. Selon le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, l’objectif de l’Etat est de passer à une enveloppe budgétaire de «30 milliards de F Cfa l’équivalent de 300 000 familles d’ici 2017».

 «Dans le souci de renforcer la résilience de ces couches vulnérables, le président de la Ré­pu­blique a décidé de leur faire bénéficier de la Couverture maladie universelle pour leur permettre un accès gratuit aux soins de santé», a-t-il déclaré. D’après M. Dionne, pour réaffirmer sa volonté de lutte contre les inégalités sociales, le chef de l’Etat a également décidé d’intégrer, parmi les bénéficiaires des bourses de sécurité familiale de 2015, les personnes vivant avec un handicap détentrices de la Carte d’égalité de chance. 

Lors du lancement de cette troisième phase, la déléguée générale à la Protection sociale, Anta Sarr a tenu à rappeler que l’allocation de la bourse est assujettie au respect des conditionnalités comme l’enregistrement à l’Etat civil, le respect du calendrier de vaccination des enfants âgés de 0 à 5 ans, l’inscription et le maintien des enfants à l’école, la résilience des personnes âgées de plus de 60 ans en situation de vulnérabilité. Des conditionnalités sur lesquelles il faut sensibiliser les populations de l’avis du Premier ministre. Il insiste sur les avancées notées : 50 000 bénéficiaires en 2013 autant en 2014 et les 100 mille pour cette année. Selon lui, le programme mérite d’être mieux connu. «Ainsi les familles bénéficiaires ont accès au-delà du soutien financier à des séances de sensibilisation pour le changement de comportement et le respect des conditionnalités», a-t-il souligné. Ce programme, qui vise la revalorisation des ménages bénéficiaires en luttant contre l’exclusion sociale liée à la pauvreté, s’appuie aussi sur la sensibilisation et le renforcement de capacité et l’appui pour le développement d’activités génératrices de revenus. L’objectif du gouvernement et de ses partenaires, selon M. Dionne, est d’offrir aux bénéficiaires avec ce programme un paquet de services «seul gage pour assurer leur résilience à l’extrême pauvreté».

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

source: http://www.lequotidien.sn/index.php/component/k2/lancement-de-la-3eme-phase-des-bourses-de-securite-familiale-200-000-menages-se-partagent-20-milliards-f-cfa

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?