Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
01
Ven, Juil
0 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

  Le patronat sénégalais n’a pas du tout aimé l’externalisation de l’exécution du programme d’urgence pour le développement communautaire  qui a été confiée au Pnud. Joint au téléphone hier, mercredi 8 juillet par la rédaction, Abdel Kader Ndiaye, Vice président du Cnes trouve que cette externalisation est un échec de notre administration soulignant qu’il existe au Sénégal des agences d’exécution capables de dérouler un tel programme.  

 

«En tant membre du Patronat, nous sommes très surpris par cette décision. Nous relevons une confusion de rôle. Les bailleurs de fonds et les partenaires techniques et financiers ont un autre rôle à jouer. C’est un échec de notre administration», Ces propos sont de Abdel Kader Ndiaye, vice président de la confédération des employeurs du Sénégal (Cnes). Joint au téléphone par la rédaction hier, mercredi 8 juillet, M. Ndiaye a  déploré fermement le fait que le gouvernement a externalisé l’exécution du programme d’urgence de développement communautaire en le confiant au Pnud. 

 

 
 
« Si l’Etat envisage d’externaliser le Programme en direction des bailleurs de fonds, il y a là, vraiment problème. Cela pose problème d’autant plus que nous avons des agences d’exécution qui ont des capacités de dérouler un tel programme. Les agences d’exécution ont été créées dans l’optique d’alléger et de faciliter les procédures. Certaines agences ont aujourd’hui des résultats appréciables qui leur permettent de mettre en œuvre ce genre de programme », se désole-t-il. 
 
Il pense en effet  qu’il y a confusion de rôle. Car, pour lui,  le Pnud ne doit pas agir à la place de l’administration. « Le gouvernement ne doit pas externaliser ce programme. Soit l’administration a des maillons pour faire ce travail ou des agences d’exécution peuvent le faire, surtout en manière de facilitation et d’allégement de procédures », a-t-il soutenu. 
 
Selon lui cela veut dire tout simplement que l’Etat a échoué en matière de renforcement de capacités.  « De nombreuses barrières existent dans notre administration mais cela ne peut pas autoriser des décisions de cette nature. Des entités opérationnelles de l’administration ou du secteur privé qui sont en mesure de mettre en œuvre le Programme. Ce n’est pas le rôle des bailleurs. Ceci ne s’inscrit même pas dans le sillage de la bonne gouvernance », martèle le vice président du Cnes. 
 
Au-delà de l’implication effective du secteur privé dans le Pse, il relève que beaucoup de problèmes de dysfonctionnements ont été enregistrés. « Si nous devons changer de paradigmes, on doit le faire autrement. Pas de cette manière. Confier des programmes de développement communautaire au Pnud,  aucun membre du secteur privé ne va adhérer à une telle initiative. Au Sénégal, nous sommes persuadés qu’il y’a des Institutions capables de dérouler ce programme avec succès. Le secteur privé doit être en mesure de mettre œuvre ce Programme », conclut-il. 

 

source: http://www.sudonline.sn/le-cnes-denonce-et-parle-d-un-echec-de-notre-administration_a_25304.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?