Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
03
Dim, Juil
0 Nouveaux Articles

SAINT LOUIS
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

a tension a été vive hier à Saint-Louis qui recevait la commission de vente des cartes du Pds/L. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour dissuader les partisans de Ousmane Masseck Ndiaye qui voulaient bloquer le déroulement des opérations. Alors qu’ils menaçaient de se faire entendre, les membres du Collectif ont minimisé. Comme si cela ne suffisait pas, la députée Mame Fatou Kaïré de Guet Ndar a clamé haut et fort qu’elle allait s’opposer à toute opération de vente. Ce qui présage des échauffourées.

 C’est sur fond de profondes divergences et de rivalités tenaces que l’opération de vente des cartes du Pds-L, qui avait été suspendue il y a deux semaines, a repris hier à Saint Louis. La tension était perceptible puisqu’il a fallu recourir à l’intervention des forces de l’ordre pour faire face aux partisans de Ousmane Masseck Ndiaye qui avaient bloqué les travaux. Fidèle parmi les fidèles du président du Conseil économique et social, la députée Mame Fatou Kaïré est montée au créneau pour s’indigner contre les agissements du superviseur qu’elle qualifie de farce. « Nous condamnons le comportement de Joseph Ndong, il a montré qu’il n’est pas neutre dans le déroulement des opérations. Nous déplorons la nouvelle méthode qu’il a adoptée. Au lieu d’informer les militants, il a préféré reprendre la vente, ce qui ne colle pas avec la logique de départ », accuse la responsable de Guet Ndar. Secrétaire élue au Conseil économique et social, Me Fatima Fall ne dit pas autre chose. Elle s’est scandalisée de la démarche du superviseur.

 « En tant que membre de la commission, nous n’avons reçu aucune information par rapport au démarrage de la vente des cartes. Nous ne savons rien du nouveau calendrier élaboré », se désole-t-elle avant de s’interroger : « Pourquoi cette attitude du superviseur à notre égard ? ». Me Fatima Fall a, en outre, déploré l’intervention de la police. « C’est une affaire de parti, des individus qui venaient pour massifier le parti ont été brutalisés. C’est déplorable ! Joseph Ndong ne respecte pas les responsables de Saint-Louis, il veut dicter sa loi et fait tout pour apeurer les militants. Je me demande si Joseph Ndong n’a pas d’accointances avec certains libéraux qui viseraient le fauteuil du Président Wade en 2012 », a-t-elle soutenu. En outre, le chef de cabinet du président du Ces, Diola Ndiaye, a menacé, pour sa part, de porter plainte.

 

Quant au coordonnateur du Collectif, il pense que force doit rester à la loi et que le Pds-L n’a pas besoin de violence. « Le parti a besoin d’être massifié et non de violence. Nous déplorons ces couacs et saluons le démarrage de l’opération de vente des cartes. Il faut l’unité pour gagner les joutes de 2012 », a-t-il souhaité. Par ailleurs, il estime que ces renouvellements permettront à leur formation de mieux occuper le terrain Politique et de préparer les joutes électorales à venir. Les partisans de la ministre d’Etat Awa Ndiaye ont soutenu que « le Pds-L a besoin de militants et non de clients ».

 

Convaincus que le Pds-L a besoin d’aller en rangs serrés, certains libéraux ont plaidé pour la tenue d’une séance d’information pour éviter des frustrations. Niet catégorique de Joseph Ndong qui annonce la poursuite de l’opération de vente.

 

Gallaye Sène

SOURCE : LAS QUOTIDIEN

 

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?