Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
08
Jeu, Déc
118 Nouveaux Articles

Affaire Ségura : Bennoo saisit la Commission de lutte contre la corruption

CORRUPTION
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
 Au moment de prendre congé, une mallette lui aurait été remise contenant une somme d’argent en devise composée de 100 000 euros et 50 000 dollars’. Des faits confirmés par la suite par le Fmi à travers un communiqué. ‘Le Fmi a produit un communiqué pour confirmer l’existence de la remise de la mallette et sa restitution à l’Etat du Sénégal. Il annonçait aussi l’ouverture d’une enquête pour édifier l’opinion sur les faits précis tels qu’ils se seraient déroulés’, détaillent les opposants dans leur missive. Non sans rappeler que le Chef de l’Etat, Abdoulaye Wade, a fini par reconnaître, par un communiqué en date du 27 octobre, l’existence du cadeau avant de se défausser sur son aide de camp qui, ‘non seulement aurait été l’instigateur du cadeau princier, mais se serait trompé sur son montant’. 
Des propos qui seront démentis par l’enquête diligentée par le Fmi qui conclut que c’est le président lui-même, et non son aide de camp, qui a remis l’argent en mains propres à Ségura, informe Bennoo Siggil Senegaal. Seulement, les opposants font savoir au président de la Commission nationale de lutte contre la non transparence, la corruption et la concussion que ‘le Fmi s’est contenté de retracer la matérialité des faits tout en s’abstenant de les qualifier juridiquement. C’est-à-dire de les analyser comme une tentative de corruption d’un fonctionnaire pour un but plus ou moins avouable’. Or, aux yeux des leaders de ce cadre, la qualification juridique des faits est nécessaire dans ce cas précis, si l’on veut pouvoir les flétrir et en poursuivre la répression par les procédures les plus contraignantes. 

Cela, pour ôter à jamais à nos gouvernants le goût de la corruption. Amath Dansokho et ses camarades ont saisi la Commission nationale de lutte contre la non transparence, la corruption et la concussion, parce que les faits décrits plus haut entrent dans le champ d’application de ses dispositions lesquelles justifient que des investigations soient menées. La loi n°2008 du 24 novembre 2003 qui institue la Commission dispose en son article 2, 3e tiret qu’elle est chargée ‘de recevoir les réclamations des personnes physiques ou morales se rapportant à des faits de corruption ou de délits connexes’. Aussi, poursuivent les leaders de Bennoo, ‘le chapitre 2 article 23 du règlement intérieur de la Commission dispose que sous réserves des cas où elle se saisit d’office, la commission statue sur les cas de non transparence, de corruption ou de concussion à la suite de réclamations effectuées dans les conditions prévues par les articles 24 et suivants du présent règlement intérieur (…)’ 

Yakhya MASSALY 
Source Walfadjri

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?