Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

02
Sam, Mar
34 Nouveaux Articles

Les champs gaziers de Luiperd-Brulpadda en Afrique du Sud représentent d'immenses opportunités ; nous ne devons pas les laisser passer

Les champs gaziers de Luiperd-Brulpadda en Afrique du Sud représentent d'immenses opportunités ; nous ne devons pas les laisser passer

Les champs gaziers de Luiperd-Brulpadda en Afrique du Sud représentent d'immenses opportunités ; nous ne devons pas les laisser passer

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

Certes, comme l'explique « The State of South African Energy », un nouveau rapport préparé par la Chambre africaine de l’énergie (AEC), l'Afrique du Sud produit une partie de son propre gaz.

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 20 avril 2023/APO Group/ -- 

Par NJ Ayuk, président exécutif, Chambre africaine de l'énergie

Lorsque l'Afrique du Sud est entrée dans l'année 2023, elle l'a fait en tant que pays totalement dépendant des importations pour satisfaire sa demande en gaz naturel. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'une situation inconfortable pour un pays qui traversait également une crise énergétique et qui tentait de mettre en œuvre un programme de transition énergétique dans le cadre duquel le gaz contribuerait à remplacer le charbon, un combustible à plus fortes émissions.

 

Certes, comme l'explique « The State of South African Energy », un nouveau rapport préparé par la Chambre africaine de l’énergie (AEC), l'Afrique du Sud produit une partie de son propre gaz. Plus précisément, l'entreprise publique PetroSA extrait du gaz de plusieurs blocs en eaux peu profondes au large de la côte méridionale. Mais ces blocs sont tous matures et en déclin ; ils ne produisent même pas assez pour couvrir un quart de la demande totale. Le pays dépend donc des importations de gaz, qui sont acheminées par gazoduc depuis le Mozambique. Il espère commencer à importer du GNL du Mozambique par navire-citerne et a également envisagé de s'approvisionner en gaz auprès de la Namibie voisine, qui cherche à accélérer ses nouvelles découvertes dans le bassin de l'Orange. Cependant, aucune de ces alternatives ne sera disponible avant plusieurs années, de sorte que pour l'instant, la ligne ROMPCO vers Secunda est le seul itinéraire entrant.

Il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi, bien sûr.

J'ai déjà écrit sur la nécessité pour le gouvernement sud-africain de sortir de l'impasse afin que la société française TotalEnergies puisse poursuivre le développement du bloc 11B/12B, la zone de licence offshore qui comprend au moins deux énormes gisements de gaz naturel et de condensat de gaz dans le bassin d'Outeniqua : Brulpadda et Luiperd

Mais, alors que la pression monte pour que l'Afrique du Sud - et le continent africain - laisse les ressources en combustibles fossiles dans le sol afin de soutenir les ambitions mondiales de zéro énergie, je pense que nous devrions revenir sur les découvertes de gaz naturel en Afrique du Sud et discuter de leur impact potentiel sur le pays.

Production potentielle d'électricité

Pendant des décennies, l'exploration pétrolière et gazière en Afrique du Sud a donné lieu à ce que notre rapport décrit comme « des succès épars et sporadiques ».

Mais tout cela a changé en 2019 lorsque Total (aujourd'hui TotalEnergies) a annoncé sa découverte de Brulpadda, suivie de celle de Luiperd un an plus tard. Le champ de Brulpadda est estimé contenir au moins 275 millions de barils équivalent pétrole (Mbep), et les réserves estimées de Luiperd sont d'environ 340 Mbep, avec 70 % de gaz chacun dans les deux découvertes.

Ces chiffres sont énormes et comptent parmi les plus importants réalisés sur notre continent au cours de leurs années respectives.

« Brulpadda représentait 10 % de l'ensemble des volumes découverts en Afrique en 2019, et Luiperd représentait 80 % de l'ensemble des volumes découverts en 2020 », note notre rapport.

Lorsque les champs de Brulpadda et de Luiperd seront mis en service, leur production moyenne cumulée est estimée à environ 35 000 barils de liquides par jour et à environ 100 000 barils d'équivalent pétrole par jour (boepd) de gaz naturel.

Qu'est-ce que cela peut signifier pour les Sud-Africains ?

Grâce à ce gaz, les centrales électriques au charbon en difficulté, telles que les centrales de Gourikwa et de Dedisa, pourraient être converties pour fonctionner au gaz de base, ce qui permettrait aux Sud-Africains de disposer d'une source d'électricité propre et fiable.

Les projets de conversion du gaz en électricité répondraient à un besoin urgent, mais ce ne serait pas le seul avantage de l'exploitation du gaz de Luiperd-Brulpadda.

Pendant des décennies, l'exploration pétrolière et gazière en Afrique du Sud a donné lieu à ce que notre rapport décrit comme « des succès épars et sporadiques

Comme l'indique notre rapport, la Petroleum Agency of South Africa (PASA) estime que le projet du bloc 11B/12B pourrait créer 1 500 emplois directs et 5 000 emplois indirects et augmenter la production intérieure brute (PIB) annuelle du pays de 22 milliards de rands. L'agence estime que le bloc bénéficiera également à la balance des paiements de l'Afrique du Sud à hauteur de 26,5 milliards de rands chaque année en éliminant la nécessité d'importer du pétrole et des produits raffinés, ainsi qu'à hauteur de 25 milliards de rands supplémentaires pour le gouvernement sous forme de taxes et de redevances.

« Ainsi, l'exploitation du potentiel du bloc 11B/12B sur le marché intérieur peut permettre non seulement de répondre aux besoins énergétiques du pays, mais aussi de stimuler considérablement l'économie », ajoute le rapport.

Ce sont là quelques-unes des raisons pour lesquelles j'ai demandé au gouvernement sud-africain et aux entreprises publiques sud-africaines de se ressaisir et d'accélérer ce projet.

Mais ce ne sont pas les seules raisons pour lesquelles j'estime qu'il est urgent de faire avancer ce projet. Pour les expliquer, je vais devoir revenir un peu en arrière.

Coûts d'opportunité

Voici ce que je veux dire.

La crise énergétique en Afrique du Sud remonte au moins à 2007, date à laquelle le fournisseur national d'électricité Eskom n'a plus été en mesure de produire suffisamment d'électricité pour couvrir la demande intérieure.

À peu près à la même époque, l'exploration et l'exploitation des réserves d'hydrocarbures non conventionnels aux États-Unis prenaient de l'ampleur, et les spécialistes du pétrole et du gaz de schiste regardaient autour du monde pour voir où ils pourraient faire fortune. L'un des endroits qui a attiré leur attention collective est le bassin du Karoo, en Afrique du Sud, où des systèmes pétroliers fonctionnels ont été découverts dès la fin des années 1960. Le gouvernement a délivré plusieurs permis de coopération technique en 2009 et 2010, et les investisseurs ont déposé leurs premières demandes de droits d'exploration en 2010.

Puis, en 2011, le gouvernement sud-africain a décrété un moratoire sur la fracturation hydraulique (fracking). Cette déclaration a eu pour effet de stopper net le processus d'exploration, puisqu'elle a privé les investisseurs de l'accès à une technologie de forage clé utilisée dans l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels. En conséquence, plus aucune demande n'a été déposée et plus aucun permis n'a été accordé. Le bassin du Karoo a été essentiellement retiré de la table des options pour un développement à grande échelle, même s'il contient de 30 à 485 trillions de pieds cubes (849,6 milliards-13,73 trillions de mètres cubes) de gaz en ressources techniquement récupérables, selon les chiffres de la PASA.

Je ne mentionne pas cela parce que j'essaie de légiférer sur le passé ou de plaider en faveur de l'abolition du moratoire. L'interdiction de la fracturation existe et je ne pense pas qu'elle va disparaître de sitôt - et franchement, ce serait probablement une affaire compliquée, difficile et délicate que d'essayer de l'éliminer dans une région écologiquement sensible comme le bassin du Karoo.

Mais je pense que son maintien a entraîné des coûts d'opportunité. Plus précisément, parce que l'Afrique du Sud a choisi de tenir les promoteurs à l'écart du bassin du Karoo, elle a perdu une occasion potentielle de commencer à exploiter les réserves nationales de gaz et de rendre le gaz disponible pour une utilisation locale avant qu'Eskom n'atteigne un point de crise aussi grave.

Garder la porte ouverte

Ce que je veux dire, c'est ceci : Je ne veux pas que l'Afrique du Sud recommence. Je ne veux pas que l'Afrique du Sud renonce à développer Brulpadda et Luiperd après avoir écarté le bassin du Karoo.

Bien sûr, les deux cas ne sont pas exactement les mêmes. Le projet du bloc 11B/12B n'est pas retardé par un moratoire gouvernemental sur une technologie de forage qui déplaît aux défenseurs de l'environnement ; il semble plutôt que des problèmes plus prosaïques soient à l'œuvre, tels que la lenteur des entreprises publiques sud-africaines en matière de prix et de financement.

Cependant, ces discussions ne concernent pas seulement Brulpadda et Luiperd. Il s'agit également de jeter les bases de futures négociations sur les autres gisements du bloc 11B/12B - Platanna, Woudboom et Blaasop dans le Padavissie Fairway, ainsi que deux autres gisements dans le Kloofpadda Fairway, s'il s'avérait qu'ils contiennent des réserves de gaz supplémentaires. Il s'agit d'autres projets d'exploration futurs dans le bassin de l'Outeniqua - et peut-être dans les bassins de l'Orange, de la Côte, de Bredasdorp, de l'Algoas ou d'autres bassins également.

J'aime à penser que l'Afrique du Sud est prête à laisser la porte ouverte à ces projets futurs - qu'elle ne laissera pas ces opportunités potentielles s'échapper alors que les conditions dans le secteur de l'électricité ne cessent de se dégrader.

Mais parfois, garder la porte ouverte demande des efforts - et des actions. Je pense qu'il est temps pour l'Afrique du Sud d'agir et de s'assurer que ses ressources gazières offshore restent ouvertes aux investissements, comme cela n'a pas été le cas pour le bassin du Karoo.

Pour lire « The State of South African Energy » de la Chambre africaine de l'énergie, rendez-vous sur le site https://apo-opa.info/42oP0Ra.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.