Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

18
Mar, Jui
0 Nouveaux Articles

Le continent africain représente 3 % du commerce mondial

Le continent africain représente 3 % du commerce mondial

Le continent africain représente 3 % du commerce mondial

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

La structure du commerce africain est considérée comme source de la pauvreté sur le continent. Pendant des décennies, l’Afrique a exporté et continue d’exporter des produits de base et d’importer des produits finis. Pour exploiter le potentiel de la Zone de libre-échange continentale africaine et réaliser la promesse du marché commun, les États du continent doivent construire des chaînes d’approvisionnement régionales qui dynamisent l’économie et aident à acquérir un avantage comparatif dynamique pour rendre le continent compétitif sur le marché mondial et fera passer sa participation dans le commerce mondial de 3 % à environ 5 à 6 %, comme dans les années 1970.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est entrée en vigueur en 2019 dans le  but de stimuler considérablement le commerce entre les États du continent. Toutefois, un certain nombre de pays risquent de ne pas en bénéficier en raison de la faiblesse de leurs capacités industrielles. Le commerce est la troisième source d’émissions de gaz à effet de serre et, selon le président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), Benedict Oramah, le commerce en Afrique  nécessite un développement des infrastructures et une production sur le continent, ce qui permettra de créer des chaînes d’approvisionnement régionales et d’éliminer immédiatement les émissions de gaz à effet de serre dues aux transports maritimes.

« Le commerce en Afrique nécessite de nombreuses infrastructures, des routes, des chemins de fer, des ports, des infrastructures industrielles ainsi que les services qui soutiennent le commerce, y compris les services bancaires et d’assurance, parce que l’Afrique est un continent où le capital est important.”

« Lorsque nous exportons des produits de base, des matières premières, vers l’Asie, l’Europe et l’Amérique, qui sont transformés et expédiés vers nous et d’autres parties du continent en utilisant de vieilles technologies pour les fabriquer, nous augmentons les émissions de gaz à effet de serre. Mais lorsque nous commençons à produire sur le continent, lorsque nous mettons en place des chaînes d’approvisionnement régionales, nous éliminons immédiatement les émissions de gaz à effet de serre qui proviennent des expéditions inutiles.”

Benedict OramahPrésident de la Banque africaine d’import-export – Nigeria 

Le continent est excédentaire en matières premières, qui alimentent les industries des autres continents. L’Afrique ne représente que 2% de la production mondiale de biens et services, 3% du commerce mondial et 3,1% du PIB de la planète. Un commerce durable et équilibré est encouragé pour le développement économique et la croissance.

« Pour l’Afrique, c’est particulièrement important, car l’écologisation ou la décarbonisation concerne un continent qui n’est même pas encore carbonisé. Si nous commençons à parler de décarbonisation, nous détournons l’attention sur les vraies questions, et la vraie question est de traiter la pauvreté sur le continent, et la source de cette pauvreté est la structure de notre commerce.”

Benedict OramahPrésident de la Banque africaine d’import-export – Nigeria 

Pour garantir le bon fonctionnement du commerce intra-africain, l’accord de libre-échange continental africain est entré en vigueur en 2019. La ZLECAf représente une plateforme de changement. La ZLECAf vise également à créer des chaînes d’approvisionnement régionales qui dynamisent l’économie du continent et la mise en œuvre de l’accord créera également des opportunités d’investissement.

« Nous allons construire les chaînes d’approvisionnement régionales qui dynamisent notre économie et nous aideront à acquérir un avantage comparatif dynamique qui nous permettra d’être compétitifs sur le marché mondial. Nous allons faire passer notre part du commerce de 3 % du commerce mondial à quelque chose comme les 5 à 6 % dont nous jouissions dans les années 1970. Ce faisant, nous commençons à commercer entre nous, nous commençons à mettre en œuvre l’accord de manière plus agressive. Nous créons également des opportunités commerciales pour nos partenaires ».

Benedict OramahPrésident de la Banque africaine d’import-export – Nigeria 

Selon la Banque Africaine de Développement, le développement des infrastructures, des services et des capacités industrielles pourrait permettre aux Etats du continent de tirer profit des dépenses de consommation en Afrique, qui devraient atteindre 6 700 milliards de dollars d’ici 2030.

 

source:https://africa24tv.com/le-continent-africain-represente-3-du-commerce-mondial/