Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
29
Dim, Jan
5 Nouveaux Articles

COP27 : L’Afrique salue le Fonds pour les pertes et dommages

COP27 : L’Afrique salue le Fonds pour les pertes et dommages

COP27 : L’Afrique salue le Fonds pour les pertes et dommages

Développement durable
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 

Les nations les plus riches ont accepté de mettre en œuvre de nouveaux mécanismes de financement et un fonds dédié pour aider les pays en développement à faire face aux « pertes et dommages » liés au changement climatique. La COP27 a convenu de constituer un comité de transition chargé de faire des recommandations à la COP28, l’année prochaine, sur la manière de rendre opérationnels les nouveaux arrangements financiers pour le lancement du fonds. La première réunion du comité transitoire devrait avoir lieu avant la fin du mois de mars 2023.

« La COP27 est peut-être terminée, mais la lutte pour un avenir sûr ne l’est pas. Il est plus urgent que jamais que les dirigeants politiques s’efforcent de conclure un accord mondial solide pour protéger et restaurer la nature lors du prochain sommet mondial sur la biodiversité à Montréal. »

Dans une série de tweets, le Zambien Ephraim Mwepya Shitima, président du groupe africain des négociateurs à la Cop27, a salué la création du fonds. « Après trente ans d’efforts, l’accord #LossAndDamage a été adopté. Le fonds est destiné à mobiliser des ressources pour soutenir les pays vulnérables aux effets néfastes du changement climatique. Nous remercions tous les partenaires pour leur bonne volonté et attendons avec impatience l’opérationnalisation du fonds. »

Mohamed Adow, directeur exécutif de l’organisation d’action climatique Power Shift Africa, a déclaré que le lancement du fonds représentait un moment historique. « La COP27 a fait ce qu’aucune autre COP n’avait fait : créer un fonds pour les pertes et dommages afin de soutenir les communautés les plus touchées par le changement climatique. C’est quelque chose que les pays vulnérables réclament depuis le Sommet de la Terre de Rio en 1992, et qui fait partie des négociations officielles depuis la COP19 à Varsovie en 2013.  Le fonds est utile pour soutenir les personnes les plus touchées qui souffrent en ce moment même des conséquences de la crise climatique. »

Selon les Nations unies, les pertes et les dommages résultant des effets néfastes du changement climatique peuvent inclure les coûts liés à des événements météorologiques extrêmes, mais aussi à des événements à évolution lente, tels que l’élévation du niveau de la mer, l’augmentation des températures, l’acidification des océans, le recul des glaciers et les impacts connexes, la salinisation, la dégradation des terres et des forêts, la perte de biodiversité et la désertification.

Pas d’accord sur les objectifs d’émissions

Les délégués à la COP27 ont également convenu de dispositions institutionnelles pour le Réseau de Santiago pour les pertes et dommages, qui catalysera l’assistance technique aux pays en développement particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a toutefois été déçu par l’absence d’accord sur des objectifs d’émissions plus stricts. L’incapacité à atteindre l’objectif actuel de 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels affectera de manière disproportionnée le continent africain. Alors que les gouvernements ont réitéré leur soutien à l’objectif, les critiques ont déclaré qu’il fallait faire davantage pour éviter une catastrophe écologique.

« Un fonds pour les pertes et les dommages est essentiel, mais ce n’est pas une solution si la crise climatique fait disparaître un petit État insulaire de la carte ou transforme un pays africain entier en désert. Le monde doit encore faire un pas de géant en matière d’ambition climatique », a regretté António Guterres.

Selon un rapport sévère de l’ONU sur le changement climatique, la mise en œuvre des engagements actuels des gouvernements nationaux pourrait entraîner une augmentation de 2,5°C de la température mondiale d’ici la fin du siècle. Le GIEC indique que les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer de 45 % d’ici à 2030 pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C.

« Je me félicite de la décision de créer un fonds pour les pertes et dommages et de le rendre opérationnel dans la période à venir », a déclaré António Guterres. « Il est clair que cela ne sera pas suffisant, mais c’est un signal politique indispensable pour reconstruire une confiance brisée. Nous devons réduire drastiquement les émissions maintenant – et c’est une question que cette COP n’a pas abordée. »

Néanmoins, l’Égyptien Sameh Shoukry, président de la COP27, s’est montré optimiste quant aux résultats de la réunion. « Le travail que nous avons réussi à accomplir ici au cours des deux dernières semaines, et les résultats que nous avons obtenus ensemble, témoignent de notre volonté collective, en tant que communauté de nations, d’exprimer un message clair qui résonne fort aujourd’hui, ici dans cette salle et dans le monde entier : la diplomatie multilatérale fonctionne toujours… Malgré les difficultés et les défis de notre époque, les divergences de vues, le niveau d’ambition ou d’appréhension, nous restons engagés dans la lutte contre le changement climatique. Nous avons été à la hauteur de l’événement, nous avons assumé nos responsabilités et nous avons pris les décisions politiques importantes et décisives que des millions de personnes dans le monde attendent de nous. »

Besoin de liquidités des pays en développement

La création du fonds représente une reconnaissance tacite de la part des nations les plus riches que le soutien aux pays en développement n’a pas été suffisant pour relever les énormes défis du changement climatique. « Ce résultat nous permet d’aller de l’avant : nous avons déterminé une voie à suivre dans le cadre d’une conversation qui dure depuis des décennies sur le financement des pertes et des dommages – en délibérant sur la manière de traiter les impacts sur les communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été ruinés par les pires effets du changement climatique », a déclaré Simon Stiell, secrétaire exécutif des Nations unies pour le changement climatique.

Les négociations, a-t-il reconnu, n’ « ont pas été du tout faciles ». Pourtant, « ce résultat historique nous fait avancer et profite aux personnes vulnérables dans le monde entier ».

Tout au long de la conférence, de vives inquiétudes ont été exprimées quant au fait que l’engagement des pays développés à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour le financement du climat avant la fin 2020 n’a pas été respecté. Le plan de mise en œuvre de Charm El-Cheikh a souligné que la transformation mondiale vers une économie à faible émission de carbone devrait nécessiter des investissements d’au moins 4 à 6 billions de dollars par an, ce qui exige une transformation rapide et complète du système financier, de ses structures et de ses processus.

Néanmoins, de nouvelles promesses de dons totalisant plus de 230 millions de dollars ont été faites au Fonds d’adaptation lors de la COP27, afin d’aider les communautés vulnérables à s’adapter au changement climatique. La conférence a également vu le lancement du programme d’adaptation de Charm El-Cheikh, qui vise à renforcer la résilience des personnes vivant dans les communautés les plus vulnérables au climat d’ici 2030, et le lancement d’un nouveau programme de travail quinquennal visant à promouvoir les solutions technologiques liées au climat dans les pays en développement.

« Nous avons progressé dans la réalisation de l’objectif mondial en matière d’adaptation et avons établi un cadre pour guider la réalisation de l’objectif visant à renforcer l’action et le soutien en matière d’adaptation. Nous avons convenu d’un processus pour suivre le doublement du financement de l’adaptation et appeler à un soutien accru pour les mesures d’adaptation dans les pays en développement, notamment par le biais du Fonds d’adaptation », a tweeté Ephraim Mwepya Shitima pour le groupe des négociateurs africains.

Un programme de travail sur l’atténuation a également été lancé. Il débutera immédiatement et se poursuivra jusqu’en 2030, avec au moins deux dialogues mondiaux organisés chaque année. Les gouvernements ont également été invités à réexaminer et à renforcer les objectifs fixés pour 2030 dans leurs plans nationaux pour le climat d’ici à la fin de 2023, et à accélérer les efforts visant à réduire progressivement l’utilisation du charbon et à supprimer les subventions inefficaces accordées aux combustibles fossiles.

Le combat de l’Afrique pour la justice climatique

Malheureusement, certaines décisions de financement ont été reportées à de futures réunions de la COP. Les discussions se poursuivent sur la fixation d’« un nouvel objectif collectif chiffré sur le financement du climat », en 2024, en tenant compte des besoins et des priorités des pays en développement. Le comité permanent des Nations unies sur le changement climatique chargé du financement a été invité à préparer un rapport sur le doublement du financement de l’adaptation, qui sera examiné lors de la 28e Conférence des Parties l’année prochaine.

Les gouvernements se sont mis d’accord sur la manière d’avancer sur l’objectif global d’adaptation, qui se conclura lors de la COP28 et informera le premier inventaire global, qui est destiné à améliorer la résilience des plus vulnérables.

« La COP27 était censée être la Cop africaine où les pertes et les dommages étaient la question incontournable, et des années de pression de la part des pays vulnérables et des militants nous ont rapprochés de ce que nous devions faire », a déclaré Vanessa Nakate, militante ougandaise pour le climat. Qui prévient : « Nous n’aurons pas de justice tant que l’argent ne commencera pas à affluer vers les communautés vulnérables ; il reste donc beaucoup de travail à faire. Les jeunes ont joué un rôle central dans cet effort, même si nous n’avons pas pu faire entendre notre voix à la COP27 en raison des restrictions imposées aux manifestations. Notre mouvement prend de l’ampleur et les jeunes de tous les pays exigent davantage de ceux qui sont au pouvoir. »

Les organisateurs ont estimé que la conférence a accueilli 45 000 participants, dont des peuples indigènes, des communautés locales, des villes et la société civile. S’adressant à UN News, Elizabeth Wathuti, jeune militante kenyane de l’environnement, a déclaré que la lutte de l’Afrique pour la justice climatique se poursuit.

« La COP27 est peut-être terminée, mais la lutte pour un avenir sûr ne l’est pas. Il est plus urgent que jamais que les dirigeants politiques s’efforcent de conclure un accord mondial solide pour protéger et restaurer la nature lors du prochain sommet mondial sur la biodiversité à Montréal. La crise interconnectée de l’alimentation, de la nature et du climat nous touche tous, mais les communautés de première ligne comme la mienne sont les plus durement touchées. Combien de sonneries d’alarme devront être tirées avant que nous n’agissions ? »

@NA

AUTEUR: Par David Thomas

 

source: https://magazinedelafrique.com/societe/cop27-lafrique-salue-le-fonds-pour-les-pertes-et-dommages/?mc_cid=ad1275c106&mc_eid=c75cc7b72a

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?