Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
19
Jeu, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

L’analyse de la manière dont les coalitions électorales se sont nouées lors de la confection des listes électorales, dans chaque collectivité locale, permet d’avoir un début de réponse à cette languissante question qui taraude dans les esprits des Sénégalais.

En  effet, l’on a constaté que les  mots  d’ordre, « Tout sauf l’APR » dans les Locales, comme « Tout sauf l’opposition »,  ont volé en éclat  lors de la confection des listes électorales  pour les Locales du 29 juin. 

Ces  mots d’ordre  des autorités nationales des partis, se sont révélés, dans les faits, en décalage avec la réalité du comportement de leurs cadres politiques au moment de la confection des listes électorales.

En fait, ils ont fait fi des directives de leurs dirigeants, pour mettre en œuvre, dans l’écrasante majorité des collectivités locales, des alliances qui transcendent les clivages « pouvoir/ opposition », ou « gauche/droite »,  pour  confectionner des listes non partisanes,  que l’on pourrait assimiler à des « listes citoyennes ».

Ainsi, ces coalitions, au sein d’une même liste, entre cadres de l’APR, PDS, REWMI, et autres  BBY, mouvements et personnalités de la société civile, dans la quasi-totalité des circonscriptions électorales, enlèvent   toute crédibilité aux tentatives de faire du Bilan de Macky Sall et de ses alliés de BBY, un thème de campagne productif pour ces élections locales, mais, remettent objectivement les problèmes des collectivités locales au centre des enjeux de celles-ci.

En effet, il serait mal aisé dans une liste, en présence de l’APR ou d’autres membres de BBY, de faire du bilan de Macky un thème de campagne, comme il le serait autant, en présence du PDS et de EWMI, de faire de leurs critiques un thème de campagne.

Les élections locales du 29 Juin constituent donc une chance historique,  pour les citoyens électeurs,  de peser  réellement sur  le choix de leurs élus, à partir des problèmes auxquels  ils sont confrontés localement,  et sur lesquels leurs élus ont des prérogatives constitutionnelles, donc  sont responsables directement  devant eux.

En effet, c’est le sort de la région comme collectivité localela libre administration et   l’autonomie de gestion des collectivités localesla gestion  des terres du Domaine National, et les moyens budgétaires pour assumer  les compétences qui leur sont transférées, qui devraient être les préoccupations des citoyens  sur lesquelles,  les candidats  devraient être interpelés  dans chaque collectivité locale, avant de décider de leurs choix dans les urnes.

D’où l’importance   de mettre en avant les objectifs suivants  comme base,  pour  faire son choix parmi les listes en compétition dans chaque collectivité locale:

a)                  Promouvoir la participation et le contrôle citoyen dans la collectivité locale à travers des  « Conseillers de quartier » élus.

b)                 S’engager à associer les «  Conseillers de quartier » à la gestion de la collectivité locale par le truchement du « budget participatif ».

c)                  Faire une « Déclaration de patrimoine » après installation dans les fonctions de Maire, au près d’un  « Jury d’honneur »  constitué des «  Conseillers de quartier ».

d)                 Exiger du pouvoir central, l’érection des futurs territoires régionaux  en Collectivités locales, assurant la tutelle des pôles et ou/ agences territoriales de développement,  pour mettre en œuvre la « territorialisation » des politiques et programmes de développement.

e)                 Exiger du pouvoir central,  la restitution, aux collectivités locales,  de la totalité de leur droit constitutionnel à  la libre administration et à l’autonomie de gestion, par la suppression de l’article 245 du Code des Collectivités  Locales,  qui soumet à approbation préalable de l’autorité administrative de tutelle, toutes délibérations des Conseils sur le budget, le foncier,  l’aménagement du territoire et la coopération décentralisée.

f)                   Exiger du pouvoir central, la restitution aux collectivités locales,  selon un échéancier négocié,  de l’exécution de 50%  du Budget Consolidé d’investissement (BCI).

g)                  Exiger du pouvoir central, la restitution aux collectivités locales, de 25% de la TVA,  au lieu des 5,5% qui étaient  prévus de 1996 à 2002  pour 441 collectivités locales, du moment où, en 2014,  on est avec  602 collectivités locales.

h)                 Auditer toutes  les attributions foncières, conformément à leurs compétences dans la gestion des terres du Domaine national,  pour  restituer, entre autres,  les 650.000 ha de terres spoliées  aux collectivités locales qui en sont victimes.

i)                   Exiger  du pouvoir central, un moratoire sur de nouvelles distributions de terre jusqu’à l’adoption d’une Réforme foncière consensuelle.

De cette manière, les populations pourraient  savoir, que tous les candidats qui leur promettent d’appuyer financièrement leurs activités, y compris dans la création d’emplois,   de contribuer à l’amélioration de la qualité des services sociaux de base  (éducation, santé, assainissement), et même d’augmenter leurs moyens,  et de  les associer à la gestion de leurs collectivités, ne sont pas crédibles,  s’ils ne s’engagent pas publiquement, et sur l’honneur, sur les  neufs (9) points soulevés plus haut.

Ainsi, les citoyens électeurs auront un repère objectif pour éclairer leurs choix parmi les listes concourantes pour minimiser le poids de l’argent pour les influencer.

De mêmes, les conseillers élus auront un repère pour choisir le Maire, afin de limiter le poids de l’argent et des marchandes à cet effet.

Avec les élections locales du 29 Juin 2014,  la Décentralisation au Sénégal, est à un tournant historique,  que les républicains et démocrates,  sans exclusif, devraient assumer honorablement, pour  effectuer des avancées décisives dans notre lutte pour restituer à notre peuple toute sa souveraineté.

Les forces républicaines et démocratiques dans les coalitions devraient exiger de leurs alliés à répondre   aux sollicitations de la société civiles locale et des organisations faitières  à cet  effet.

                  Nous sommes tous interpelés !

 

             Ibrahima SENE PIT/SENEGAL                

                                                                                                              Fait à Dakar, le 18 JUIN 2014…

SENETOILE NEWS

 

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?