Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
24
Mar, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

  Pour montrer l’intérêt de la mécanisation afin de moderniser l’agriculture, le chef de l’Etat s’est prononcé en langue Pulaar en déclarant à l’assemblée que, face aux ambitions que le Sénégal s’est fixé pour l’autosuffisance alimentaire, les instruments rudimentaires comme la houe (jalo) et la hache (jambere) ne pourraient en aucun cas favoriser cette promotion, quel que soit le courage des producteurs.  

Ainsi, lance-t-il un appel aux producteurs dans la dotation de matériels plus adéquats si l'on sait que l'Etat a décidé d’exonérer les coûts d'achat. 

 

Pour la mécanisation agricole, les paysans ou producteurs qui n’auront pas la possibilité d’acheter du gros matériel (subventionné à hauteur de 50 %), devraient se constituer en coopérative villageoise pour pouvoir accéder aux outils modernes mis en crédit pour cinq ans afin de produire plus et mieux ; et d’assurer deux cultures dans l’année. 
Toujours sur le volet du développement de l’agriculture, il déclare que l’expérience déjà initiée avec les SIPA (Société d'intensification de la production agricole) sera poursuivie. Mieux, la dimension et l’échelle des projets seront augmentées à travers les domaines agricoles communautaires qui seront des domaines autour de 1.000, voire 2.000 hectares. 
 
«Cette dimension en application dans certaines parties du Sénégal, sera maintenue, du fait de son caractère communautaire qui règle en partie de façon efficace l’emploi des jeunes tout en tenant compte de la mixité et de la parité. C’est également une réponse économique, car les productions horticoles répondent parfaitement à nos objectifs de développement économique», explique-t-il. 
 
S’agissant des préoccupations des jeunes relatives à l’accès au crédit, «des possibilités seront étudiées avec le Fongip pour une intervention de l’institution dans le secteur agricole et le secteur primaire agricole embouche pour accompagner les jeunes et les femmes qui interviennent dans ce secteur». 
 
Pour répondre aux attentes dans le cadre de la formation professionnelle, un institut supérieur d’enseignement professionnel sera construit à Matam en 2015. 
 
La structure aura en charge de former des techniciens dans les domaines, entre autres, de l’agriculture et de l’élevage.
 
sOURCE: http://www.sudonline.sn/la-houe-et-la-hache-ne-conduiront-pas-a-l-autosuffisance_a_21429.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?