Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
19
Jeu, Mai
8 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

  La stratégie de Karim Wade, pour assoir sa défense devant la Crei, est assimilée à de la comédie. De l’avis de Me Yérim Thiam, le fils de l’ancien président, contrairement aux ambitions qu’on lui prête, ne peut en aucun cas être candidat à aucune présidentielle au Sénégal, dans la mesure où il ne fait pas parti de ceux qui peuvent renoncer à la nationalité française.    

C’est clair et précis. Karim Wade ne peut en aucun cas et dans aucune élection présidentielle au Sénégal, se présenter comme candidat. De l’avis de Me Yérim Thiam, c’est son père de président de la République, Abdoulaye Wade qui a fait voté une Constitution qui interdit aux binationaux de prétendre au poste de président. 

 

Allant plus loin, il a fait savoir que bien qu’en France la Constitution ait aménagé des exceptions pour permettre à certains de renoncer à leur nationalité française, Karim Wade ne bénéficie pas pour autant de cette disposition. Aux militants et souteneurs de ‘’Wade fils’’, il a demandé de ne pas se faire d’illusions, dans la mesure où Karim Wade ne leur a même pas donner de lueur d’espoir en leur disant qu’il a entamé des procédures pour l’annulation de sa nationalité française. 

 

 
 
Revenant sur les différentes péripéties qu’a connues le procès le plus médiatisé au Sénégal, Me Thiam a fait savoir que la bande de «requins», pour reprendre ses mots, a voulu retarder le procès. Pour y arriver, la bande a réclamé l’évacuation de Bibo Bourgi en France, faute de quoi elle ne répondrait pas aux questions, avant de demander la liberté provisoire. Suite au refus de la Cour, Karim Wade a voulu faire croire qu’il s’est fait agresser par les gardes pénitenciers, avant de refuser de comparaitre, selon ses dires. 
 
A l’en croire, ce n’est que de la comédie pour ameuter le public et faire réagir ses partisans présents dans la salle. Le bâtonnier Me Yérim Thiam n’a pas manqué de tacler un à un les prévenus lors de sa plaidoirie. Pour lui, Bibo Bourgi, qu’il qualifie de «cheville ouvrière», fait parti de ceux qui ont mangé avec les deux mains et bloqué des pieds se qui passent. A l’en croire, ce dernier ne détient pas la fortune qu’on lui prête, et même ce qu’il prétend détenir. A Mamadou Pouye, il a estimé que c’est à cause de ses qualités de «bidouilleur des comptes», qu’il lui a été remis les 10 % dans les différents Ahs. 
 
Au vu de leur culpabilité avérée, Me Yérim Thiam a demandé des réquisitions sévères  de la part du parquet, chargée d’apporter la preuve des poursuites enclenchées. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il a sollicité une condamnation solidaire de tous les prévenus. Il a dans le même sillage demandé au parquet de faire un réquisitoire sévère pour démontrer la culpabilité de Karim et cie.
 
source: http://www.sudonline.sn/me-yerim-thiam-y-voit-du-leurre_a_23168.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?