Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

16
Mar, Avr
0 Nouveaux Articles

Afficher les éléments par tag : Karim Wade

Revoilà la vieille question sur « la «nationalité exclusive du candidat à la présidence de la République » à quelques encablures d’un scrutin présidentiel.  Et pour cause, la récente sortie de Me Moussa Diop, candidat déclaré de la coalition And Gor Yi Jotna sur l’invalidité de la candidature de Karim Wade, du fait de sa nationalité sénégalaise et française suivie de la réplique de l’ancien président du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie, Doudou Wade, redonne souffle à ce serpent de mer de la politique sénégalaise. En effet, en 2016, cette question avait été au centre du débat public.

Publié dans POLITIQUE

La réintégration dans le jeu politique de Karim Wade et Khalifa Sall, respectivement candidat déclaré du Pds et de Taxawu Sénégal, est en bonne voie. Après la grâce présidentielle et la participation de leur formation politique respective au dialogue national, le Conseil des ministres d’hier a examiné et adopté le projet de loi portant révision de la constitution, le projet de loi modifiant le code électoral et enfin le projet de loi modifiant le code pénal. Ces modifications permettront à Karim Wade et Khalifa Sall, jusque-là inéligibles en raison de leur condamnation à des peines de prison ferme, de pouvoir briguer le suffrage universel lors de l’élection présidentielle du 25 février 2024.

Publié dans POLITIQUE

Karim Wade qui est sur le point de sortir d’un long coma politique grâce au dialogue et qui s’est constitué un trésor de guerre, est présenté au niveau de certains cercles politiques, comme le candidat de Macky Sall à la prochaine présidentielle.

Le fils de Wade qui se remet sur les rails de la politique grâce au dialogue, va rentrer au Sénégal sous peu. Karim ne revient pas au bercail pour faire de la figuration. Nous apprenons d’une source que le fils de Me Abdoulaye Wade, qui s’est constitué un trésor de guerre, est le candidat de Macky Sall. Pour se refaire une santé politique, le fils de Me Wade va remobiliser ses troupes à coups de financements. Karim Wade, qui se remet de son coma politique, sera de retour au Sénégal sous peu.

Publié dans POLITIQUE
Dans ses observations finales sur le cinquième rapport périodique du Sénégal, le Comité des Droits de l’homme de l’ONU se plaint de la non applicabilité du Pacte dans l’ordre juridique interne et suites données aux constatations du Comité 4.

"Le Comité prend note de l’article 98 de la Constitution du Sénégal, qui consacre la primauté des traités internationaux sur la législation interne et de l’attachement affiché par l’Etat partie à ce principe", lit-on dans le document. Il regrette toutefois l’absence d’exemples concrets d’application du Pacte par des juridictions internes et les messages contradictoires envoyés par l’Etat partie, notamment s’agissant des constatations du Comité dans des affaires individuelles.
Publié dans POLITIQUE

Tout comme Karim Wade, l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, a vu le Conseil constitutionnel rejeter définitivement sa candidature à la présidentielle. Il vient de saisir la Cour de justice de la Cedeao dans le cadre d’une procédure en urgence contre l’État du Sénégal.

Publié dans POLITIQUE
Karim Wade poursuivi, jugé, condamné puis expulsé du Sénégal se réjouit d’une énième victoire devant la justice sénégalaise. ‘’La Cour d’appel de Monaco a rejeté, ce lundi 7 janvier, l’appel formé par l’État du Sénégal contre le jugement du 10 juillet 2018 du tribunal correctionnel de Monaco qui a refusé de confisquer les sommes saisies dans les comptes bancaires, dont l’un appartient à Karim Wade et les autres à ceux qui ont été condamnés avec lui par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei)’’, a informé le collectif des avocats de Karim Wade. 
Publié dans POLITIQUE

Karim Wade a présenté ses voeux pour le nouvel an et a annoncé une importante déclaration dans les prochains jours. Voici l'intégralité de son post sur Facebook: 

"A l'aube de la nouvelle année, je voudrais formuler pour chaque sénégalaise et chaque sénégalais des voeux de paix, de santé, de prospérité et de réussite dans vos projets.

Que l'année 2019 marque la fin du régime anti-démocratique, corrompu et incompétent de Macky Sall qui a érigé la manipulation, le mensonge et le complot en mode de gouvernance.

Publié dans POLITIQUE

Sénégal

 Oumar Sarr,  le Secrétaire national adjoint du Pds, est formel. Malgré la ferme conviction de son parti que Karim Wade peut valablement briguer les suffrages des Sénégalais lors de la prochaine présidentielle, il ne faudra pas trop compter sur le Conseil Constitutionnel au vu de ce que cette institution a montré lors des dernières élections législatives. Le coordonnateur en second du premier parti de l’opposition qui était l’invité de l’émission Grand Jury de la Radio futurs médias (Rfm) d’hier, dimanche 23 décembre 2018, a tenu à faire d’ailleurs savoir qu’il ne servira à rien de rêver et qu’il faudra surtout se préparer à un combat  éminemment politique pour imposer la candidature de Karim Wade. Non sans revenir sur la disposition du Pds à bloquer l’organisation de l’élection présidentielle si le fils de Wade n’est pas candidat et sur la problématique du Plan B dans le parti libéral. 

Publié dans La Une de la Presse
Dans un entretien accordé au journal l’Observateur, l’ancien bras droit de Me Wade, Madické Niang déclare: « J’ai dit à Abdoulaye Wade le jour où la candidature de Karim Wade sera déclarée recevable, je suis prêt à retirer la mienne en discutant sur les conditions. Parce que j’ai des gens d’autres partis qui m’ont rejoint. Donc en ce moment, il faut essayer de voir comment faire de sorte que ceux-là puissent être toujours à nos côtés.
Publié dans POLITIQUE

''Ce qui se passe au Pds ne nous surprend pas. C'était prévisible. Nous avions compris depuis 2015 qu'on ne devrait pas participer à un suicide collectif. Et nous l'avions dit en son temps.  Nous avions aussi compris depuis 2015 que si on a une ambition politique, il faut l'avoir en dehors du Pds '' .... Ces mots sont de Modou Diagne Fada, ancien ministre de Wade et ancien responsable politique libéral. 

Le nouveau membre de la mouvance présidentielle était en meeting à Darou Moukhty pour échanger autour du parrainage et de la présidentielle de 2019 lors de laquelle il compte battre campagne pour le candidat Macky Sall qu'il voudra réélire dès le premier tour avec un pourcentage de plus de 80% au moins au Darou Moukhty. 

Publié dans POLITIQUE