Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
04
Mer, Aoû
0 Nouveaux Articles

 Serigne Mboup

iGFM- Le président du conseil d’administration (Pc) de la société africiane de raffinage (Sar) préconise la privatisation de la production de la Sénélec. M. Mboup pense qu’il faut faut donner aux privés la capacité de production et restructurer l’organisation interne, pour accélérer les processus sur le plan administratif. Il l’a déclaré ce dimanche à l’émission Grand Jury de la RFM.

iGFM

Cairn Energy a annoncé la découverte de pétrole à 100 kilomètres des côtes du Sénégal. C’est une première dans ce pays pour l’entreprise pétrolière britannique et ses partenaires l’américain ConocoPhillips, l’australien FAR et la société pétrolière nationale du Sénégal Petrosen.

Dans un communiqué publié ce mardi 07 octobre, l’entreprise pétrolière britannique Cairn Energy a annoncé la découverte de pétrole à 1 427 mètres de profondeur sur le puits FAN-1, situé sur le bloc Sangomar profond (« Sangomar deep ») à 100 kilomètres des côtes sénégalaises.

Freiner la boulimie  foncière dans la zone des Niayes qui assure 60% de la production horticole du Sénégal et fournit 80% des exportations horticoles de notre pays, préserverait une masse salariale distribuée en termes d'emplois rémunérateurs. C'est ce qu'à défendu, hier jeudi, à Dakar Macoumba Diouf, directeur de l'horticulture, lors d'un atelier de validation du schéma directeur d'aménagement et de développement territorial.

 

La gestion du foncier national s’avère plus qu’urgente et nécessaire notamment dans la zone des Niayes. En effet, l’exploitation du foncier de ce littoral génère des emplois et des économies considérables.
Le directeur national de l’horticulture, Macoumba Diouf, a relevé hier jeudi, à Dakar, les potentialités horticoles tirées chaque année dans cette berge. 

René Capain Bassène, journaliste, observateur de la crise en Casamance et auteur du premier livre sur l’Abbé Augustin Diamacoune Senghor vient jeter un coup de projecteur sur la polémique entretenue depuis quelques semaines, dans ce qui est convenu d’appeler : «César Atoute Badiate et les pistes de production de la Casamance.» Pour cet observateur, très au fait du conflit casamançais, les vraies raisons du refus catégorique de César Atoute Badiate, de laisser construire des pistes de production et de laisser poursuivre les opérations de déminage en Casamance ne sont pas dites. Lui, qui dit bien connaître ces raisons, nous les livre dans cet entretien, qu’il a accordé au journal Le Quotidien, hier. 

Le Pdg de Tracto Service Équipement, Cheikh Amar est l’invité de marque de «vision of the futur» organisé du 18 au 29 août 2014 à Beauvais (France) par Massey Fergusson. Une marque de reconnaissance et d’encouragement que le numéro 1 mondial du machinisme agricole lui voue. M. Amar a profité de sa visite dans les installations de Massey Fergusson en marge de la journée du 28 août 2014 dédiée à la presse internationale pour présenter la nouvelle gamme du futur qui selon lui va révolutionner le secteur de l’agriculture.

La Société d’aménagement et d’exploitation  des terres du Delta et de la Falémé (Saed) est prête à lever toutes les contraintes pour la campagne hivernale. Samba Kanté, le directeur général l’a affirmé mardi, à Matam, au cours d’une tournée dans les zones concernées.

 

Les contraintes des producteurs de riz local dans le nord du Sénégal seront bientôt de mauvais souvenir. En effet, la Société d’aménagement et d’exploitation des terres du Delta et de la Falémé (SAED) est prête à lever toutes équivoques. «Nous sommes prêts à lever toutes les contraintes identifiées par les producteurs afin de leur permettre de faire une bonne campagne hivernale», a déclaré Samba Kanté, directeur général de la Société d’aménagement des terres du delta et de la Falémé (Saed), en assurant que toutes les dispositions ont été prises pour le doublement de la production. 

iGFM – (Dakar) Ce chiffre est jugé très important et d’ailleurs le 24 juin prochain les producteurs vont accueillir le Président Macky Sall Potou. L’année prochaine Une journée nationale de l’oignon sera instaurée. Dans le cadre de l’amélioration de la productivité et de la compétitive à travers la qualité, l’Etat compte satisfaire les besoins en engrais des producteurs, la dotation de matériels agricoles et l’amélioration du matériel végétal avec la mise en place d’infrastructures de conservation.

La répartition des quotas de sucre à importer pour cette année a tenu compte des dérapages de l’année dernière, qui ont failli avoir des effets dramatiques pour la Compagnie sucrière sénégalaise. En conséquence de quoi la quotité de chaque négociant va connaître une baisse notable. Au grand dam de certains d’entre eux.

La répartition du marché du sucre pour l’année entre les importateurs privés et la Compagnie sucrière sénégalaise (Css) a été faite par la direction du Commerce intérieur. Pour cet exercice, il est noté une baisse importante du volume des importations qui passent de 62 mille tonnes à 25 mille. Ousmane Mbaye, le directeur du Commerce inté­rieur, explique : «L’année dernière, nous avions eu à attribuer des quotas aux importateurs et la surestimation de ces quotas nous a valu une mévente du sucre de la Css.  

Selon Cheikh Ngane, président de la coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal, 20 à 30% de la production de mangue est perdue chaque année à cause des attaques de la mouche blanche. Il a fait cette déclaration hier, mercredi 16 juillet, au cours de la rencontre de suivi de l’environnement des pesticides et de partage du bilan de la contre saison export, organisée par la direction de la protection des végétaux (Dpv).

 

La perte annuelle de 20 à 30% de la production de mangue peut être estimée à des centaines de millions de francs Cfa, si l’on en croit Cheikh Ngane, président de la coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal.  A son avis, sur les 90000 à 120.000 tonnes de production annuelle de mangue, seule une dizaine de milliers de tonnes sont exportés et le reste de la production n’ayant pas été commercialisée, est perdue du fait de la courte durée de la campagne (3 mois), et de la saison des pluies.   

Dans un premier discours adressé pour le compte de cette campagne en perspective des locales du 29 Juin prochain, le candidat de l’Union des forces nouvelles (UFN), le docteur Pape Galla Sow, a estimé que les municipalités de manière générale, ne doivent plus se suffire de la production des pièces d’Etat civil. Elles doivent aussi s’ouvrir aux autres compétences qui leur sont transférées.

 

D’ailleurs, a-t-elle précisé, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des municipalités du pays qui ont tendance à perdre ces prérogatives fondamentales pour la bonne marche des mécanismes de développement au plan local.

Alors que l'exploration en Afrique est à son niveau d'activité le plus élevé, ce continent reste encore largement inexploré

 

LE CAP, Afrique du Sud, 30 juillet 2014-- Tandis que l'activité pétrolière et gazière en Afrique de l'Ouest est déjà bien établie, c'est cette même activité en Afrique de l'Est qui réveille actuellement l'appétit des entreprises de prospection et, bien entendu, celui de leurs fournisseurs.

 

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/dhl_logo2.jpg

 

Photo: http://www.photos.apo-opa.com/index.php?level=picture&id=1266 (Steve Harley, le président du secteur de l'énergie de DHL)

L’absence de subvention aux politiques agricoles par les Etats africains, celle des politiques de crédit et du tarif extérieur commun constituent sans doute un frein à la promotion de la filière rizicole en Afrique. Ce sont les grands manquements relevés lors de l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de l’impact du tarif extérieur commun du riz, dans l’espace Cedeao,  qui a pris fin hier mardi, à Dakar. 

Le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’ouest (Roppa) a procédé hier mardi, à Dakar, à la restitution des résultats de l’évaluation de l’impact du tarif extérieur commun du riz dans l’espace géographique Cedeao ( Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ).

 

COMMUNIQUÉ : 21e Semaine du pétrole en Afrique consacrée aux nouvelles tendances et aux questions cruciales en amont

 

La 21e édition de la Semaine du pétrole en Afrique se tiendra au Cap du 3 au 7 novembre

 

LE CAP, Afrique du Sud, 11 juin 2014/ -- La 21e édition de la Semaine du pétrole en Afrique qui se tiendra au Cap du 3 au 7 novembre portera notamment sur les volets suivants : principaux acteurs du secteur privé en Afrique, enjeux et opportunités clés de l’Afrique, nouveaux horizons, compagnies pétrolières d’État étrangères, potentiel d’exploration de l’Afrique. Elle comprendra des tournées de présentation et des exposés de gouvernements.