Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
08
Jeu, Déc
118 Nouveaux Articles

Filière riz dans l’espace CEDEAO : Le tarif extérieur commun freine la production

Marchés et Production
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Cette étude recommande entre autres, des mécanismes de défense commerciale souples et des mesures de soutien direct aux producteurs afin d’améliorer les investissements, la structuration et le circuit de commercialisation. «Les résultats de ces travaux indiquent clairement que le tarif extérieur commun de la Cedeao, tel qu’il se décline actuellement aura un impact très limité sur le secteur agricole de façon générale et le secteur rizicole en particulier. Parce que certains pays vont s’en sortir avec une légère augmentation tandis que d’autres avec une légère baisse de la production», a fait remarquer Souleymane Sadio Diallo, vice président du Réseau de la recherche pour l’appui au développement en Afrique (Repad),  chercheur au Centre Ivoirien de recherche économique et social. Selon ses explications «le dispositif mis en place ne permet pas de protéger de façon très forte le secteur agricole“. “Mais aussi, on note de faibles capacités de production suffisantes pour réagir aux incitations…», a t-il souligné.

Pour le Béninois Benou Pascal, producteur et président du conseil de concertation des organisations des producteurs de riz de l’Afrique de l’ouest, «les importations de riz pénalisent la production du riz locale en ce sens que ces producteurs bénéficient d’un important soutien de leurs Etats. Tout le contraire de la part de nos Etats. Donc les riziculteurs africains se retrouvent dans une situation de concurrence déloyale et qui fait qu’ils n’arrivent pas à améliorer les conditions pour rendre le riz plus disponible. Et mieux, nos chefs d’Etats ont adopté un tarif extérieur commun pour le riz à 10%. Un taux de taxation le plus faible au monde. Or, nous pouvons produire du riz de qualité qui sera pas stocké pendant des années contrairement aux pays producteurs».
 
Selon Aliou Diagne, chef du programme politique et évaluation d’impact, «En dépit du faible taux de production du riz paddy qui est 20% de la consommation nationale en riz, des progrès remarquables sont notés ces dernières années. Il s’y ajoute l’absence de crédit à même d’accompagner les initiatives des producteurs africains».
 
source:http://www.sudonline.sn/le-tarif-exterieur-commun-freine-la-production--_a_19875.html

 

 

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?