Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
29
Dim, Mai
0 Nouveaux Articles

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

  La demande d'évacuation pour raisons médicales, en France, de Bibo Bourgi rejetée par la Crei, les avocats conseils du présumé témoin-clé dans l'affaire Karim Wade ont fini par solliciter l'arbitrage du Chef de l'Etat Macky Sall pour permettre à leur client d'aller se faire soigner hors du Sénégal. En conférence de presse tenue, ce samedi 23 août,  ils ont en effet lancé un magistral SOS au chef de l'Exécutif, tout en exigeant le renvoi du procès de Karim Wade.  

 

Le niet catégorique de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) de permettre à Ibrahim Aboukhalil dit Bibo Bourgi d’aller se soigner en France a bien fini de faire sortir de ses gonds la défense de celui qui est perçu comme le témoin-clé dans l’affaire Karim Wade ou du moins présumé le complice de l’ancien ministre d’Etat libéral, dans le feuilleton de la traque des biens dits mal acquis. En conférence de presse organisée avant-hier, samedi 23 août, les avocats de Bibo Bourgi ont ainsi dénoncé avec fermeté la décision du juge Henry Grégoire Diop et de la Crei de laisser Bibo Bourgi aller se faire soigner en France, une décision qualifiée  tout au plus de « scandaleuse ».
 

 

 
Tour à tour, Mes Corinne Dreyfus Schmidt, Papa Leïty Ndiaye et cie se sont insurgés contre un avis dit assez voisin de la « non-assistance à personne en danger » avant de plaider, encore une autre fois, pour l’évacuation immédiate de leur client vers la France. Et cela est d’autant plus motivé, selon eux, que quatre médecins ont confirmé l’urgence d’aller faire soigner Bibo Bourgi hors du pays avec trois rapports qui attestent de la gravité de son état.
 
Pour remédier à une telle situation, la défense de Bibo Bourgi a fini par exiger le renvoi pur et simple du procès de Karim Wade pour laisser à son client le temps de se soigner, lançant au passage un appel à l’Ordre des Médecins et de l’organisation « Médecins sans frontières ». Qui pus est, face à la détermination de la Crei de maintenir Bibo Bourgi au Sénégal, ces avocats se sont dits prêts à rencontrer Macky Sall pour le sensibiliser sur la situation de leur client, actuellement dans l’impossibilité de comparaître. 
 
Pour autant, la défense n’a pas manqué de lancer un SOS à l’endroit du président de la République, Macky Sall, pour sauver la vie de leur client, quitte à faire fi de la séparation des pouvoirs. « Nous ne demandons qu’une chose, le renvoi du procès quelques semaines pour permettre à Bourgi de se soigner », a dit avec fermeté Me Corinne Dreyfus Schmidt.
 
AFFAIRE BIBO BOURGI - LA RADDHO EXIGE LE RESPECT DU «DROIT A LA VIE ET  A LA SANTE»
 
La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) a tenu, par le biais d’un communiqué en date, de ce samedi 23 août, à exprimer sa   vive  préoccupation  face  au  refus  « catégorique »  des  autorités  judiciaires  de  la  Cour  de  répression  de  l’enrichissement  illicite  (Crei)  d’accorder  l’autorisation  à Bibo Bourgi pour aller se soigner en Europe « où le plateau médical est plus élevé ».

Réagissant à ce nouveau développement dans le procès Karim Wade qui défraie actuellement la chronique, Aboubacry Mbodji et cie  se sont démarqués de la décision de la Cour chargée de mener la traque des biens dits mal acquis, relativement au cas Bourgi, témoin dit de premier ordre dans le jugement de l’ancien ministre d’Etat libéral Karim Wade.  Et le texte de la Raddho d’établir : «   Malgré les rapports présentés par les autorités médicales et les nombreux appels lancés par  les  avocats  de …  Bourgi,  les  autorités  judiciaires  de  la  Crei  persistent  et  signent  qu’elles ne pourraient autoriser l’évacuation du malade vers d’autres services mieux outillés  pour lui assurer des soins appropriés ».  

Or, considérant que  la vie d’une personne prime sur les raisons évoquées par les  autorités judiciaires de la Crei, l’organisation droit-de-l’hommiste a demandé, par conséquent, à l’Etat du Sénégal de veiller « au strict respect du droit à la vie et à la santé, consacré par la Constitution nationale et les instruments juridiques régionaux et internationaux qu’il a signés et ratifiés ».  

source:http://www.sudonline.sn/la-defense-sen-remet-amacky_a_20505.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?