Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
29
Dim, Jan
5 Nouveaux Articles

Gouvernance des industries extractives du Sénégal les rapports 2012 et 2013, bientôt…

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Pour réussir cette première expérience prévue en octobre prochain, le comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives a organisé hier mardi, à Dakar, un atelier de mise à niveau de l’administration sénégalaise sur les normes de l’Itie, ainsi que les différentes étapes de sa mise en œuvre. Les parties prenantes conviées à cet exercice sont entre autres le ministère de l’Industrie et des mines, le ministère de l’Economie, des finances et du plan, le ministère de l’Environnement et du développement durable, les collectivités locales, la cour des comptes, l’Inspection générale d’Etat, en vu de passer en revue les étapes pratiques de la procédure de déclaration et de susciter son engagement dans le processus de l’Itie et particulièrement dans la production des rapports 2012 et 2013.
 
Pour Ismaïla Madior Fall, président du comité national pour l’Itie, et conseiller à la présidence de la République, «la production des rapports exige l’inclusion de l’administration. Parce que les données qui y figurent sont des données produites et fournies par l’administration. Par conséquent, elle est un pilier essentiel dans la mise en œuvre du processus de l’Itie. Et c’est tout le sens de cet atelier de deux jours qui déclinera une feuille de route prévoyant le recrutement d’un administrateur indépendant en charge de produire les rapports 2012 et 2013. Ce, après une observation nette des exigences des normes de l’Itie».
 
Selon Amadou Ba, ministre de l’Economie, des finances et du plan, «La publication régulière des paiements déclarés par les entreprises pétrolières et minières et des revenus perçus par l’Etat est désormais devenue une pratique communément admise par les sociétés privées et les Etats». A l’en croire, «elle est aussi devenue une exigence croissante de la part de la société civile et des populations des pays dotés en ressources naturelles. Et c’est dans cette dynamique que s’inscrit l’action de gouvernement, à savoir la clarté des rôles et des responsabilités au sein de l’administration, la disponibilité de l’information pour le public et la fiabilité des données et leurs assurances (qualité)», a –t-il soutenu. 
 
 
source: http://www.sudonline.sn/les-rapports-2012-et-2013-bientot_a_20539.html

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?