Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
07
Mer, Déc
118 Nouveaux Articles

Retour des Chinois dans la filière arachide : Le pacte colonial de Papa Abdoulaye Seck

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

On se rappelle qu’il y a deux ans presque, quand les spéculateurs chinois s’étaient élancés dans nos campagnes pour acquérir des graines d’arachide à tout prix, tout le monde ou presque avait estimé que c’était une bonne chose, à commencer par le chef de l’Etat Macky Sall, qui s’était vanté de ce que les paysans avaient pu vendre le kilo de leur arachide jusqu’à 250 francs Cfa, pour un prix homologué de 190 francs, et cela sans que l’Etat n’y mette un seul franc de subvention. Mais cela déjà n’était pas viable et les services de l’Etat eux-mêmes l’avaient souligné. Les paysans, enthousiasmés par un prix au producteur des plus incitatifs, n’hésitaient pas à brader leurs stocks, allant jusqu’à vendre leurs semences. Ils ne se rendaient pas compte qu’ils se privaient des moyens de cultiver la saison suivante. Les plus malheureux dans l’affaire se trouvaient être les industriels de l’arachide, à savoir la Ciat, la Novasen et la Suneor.
Ces trois entreprises avaient pendant longtemps écarté l’idée d’acheter des graines à un prix supérieur à celui fixé par le Comité national interprofessionnel de l’arachide, le Cnia, à savoir 190 francs Cfa le kg. En conséquence, beaucoup de cultivateurs avaient refusé de leur livrer leur arachide, d’autant plus, avançaient certains, que les huiliers ne payaient pas cash, contrairement aux Chinois. C’est devant le risque de devoir rester sans produire pendant une saison que les huiliers se sont résolus à s’aligner sur les prix des spéculateurs. Mais cela, c’était il y a deux ans. 
La campagne écoulée a été fortement différente. D’abord, le prix de l’huile d’arachide sur le marché international a connu une chute drastique d’environ quatre fois ce qu’il était l’année d’avant, ce qui faisait que l’arachide n’était plus aussi recherchée. De plus, les Chinois se sont rendu compte que l’aflatoxine ne facilitait pas l’utilisation rapide et sans risque de l’arachide sénégalaise, et cela les a fortement refroidis.
Mais les dirigeants sénégalais ne semblent pas apprendre les leçons du passé. Au lieu de faire confiance à l’expertise sénégalaise, qui a permis à la Suneor d’éliminer l’aflatoxine dans l’huile que cette dernière vend depuis des décennies à l’étranger, au lieu de permettre à l’industrie locale de trouver des alternatives à l’exportation qui ne crée pas de la valeur ajoutée, en créant au niveau local des produits dérivés de l’arachide, les différents ministres ne trouvent rien à proposer aux paysans et aux industriels sénégalais que la concurrence la plus pernicieuse qui soit, celle de riches étrangers.
Les industriels sont convaincus que le gouvernement a pris l’option de démanteler le tissu industriel de ce pays. Alors que l’existence d’une industrie de trituration de l’arachide a permis à des institutions comme l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra) et l’Institut de technologie alimentaire (Ita) de développer en amont des espèces de graines à croissance rapide et moins exigeantes en eaux, facilitant de ce fait la tâche à nos paysans, et en aval, de mettre au point des produits dérivés que les transformateurs locaux commencent un tant soit peu à vulgariser. C’est tout cela que l’arrivée des spéculateurs étrangers va réduire à néant.
Dès lors, la question est de savoir quelle émergence le gouvernement de Macky Sall, en particulier son ministre de l’Agriculture, réserve-t-il au secteur agricole de ce pays ? En Côte d’Ivoire, Palmindustrie, que l’on pourrait considérer comme le pendant de la Suneor dans ce pays, est la première unité industrielle de ce pays, et ses besoins font loi. Le Gabon est en train de suivre le même chemin, dont le chef de l’Etat a interdit l’exportation brute des ressources de ce pays, avant création de valeur ajoutée. 
Le Sénégal, 54 ans après son indépendance, se vante de vendre à l’étranger l’arachide de ses paysans, alors que cette dernière a fait l’objet d’une forte subvention. A qui profite donc le nouveau pacte colonial ?

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

source:http://www.lequotidien.sn/index.php/la-une2/7293-retour-des-chinois-dans-la-filiere-arachide--le-pacte-colonial-de-papa-abdoulaye-seck

 

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?