Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×

Sidebar

05
Mar, Mar
34 Nouveaux Articles

Affaire des 20 milliards de Sudatel : Latif Coulibaly et Thierno Ousmane Sy à la barre le 07 octobre

DÉPÊCHES
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Fast backlinks and Guest-post hosting

Latif coulibalyAbdou Latif Coulibaly contre Thierno Ousmane Sy, ce sera pour le 07 octobre 2011. Il s'agit de cette fameuse ‘affaire des 20 milliards de Sudatel’ qui atterrit en appel.Le premier round s'était soldé par le triomphe du conseiller du président Wade en Ntic.
L'affaire des 20 milliards de Sudatel revient au-devant de l'actualité. L'ouverture du procès en appel est prévue le 07 octobre 2011, devant la Cour d'appel de Dakar. Le dossier vient d'atterrir sur la table du juge qui a reporté l'audience à cette date.Plusieurs raisons concourent au renvoi.
 Naturellement, il est de tradition que toute affaire nouvelle qui atterrit devant la Cour d'appel est systématiquement renvoyée à une date ultérieure, dans l'intérêt des deux parties. Le mouvement d'humeur des travailleurs de la justice est aussi passé par-là, avec ces greffiers qui ont observé une présence passive durant la journée de vendredi. Ils ont été présents dans les juridictions sans prendre aucun acte judiciaire. Ils n’ont pas aussi assisté aux audiences et n'ont pas pris non plus les actes déclaratifs de recours tels que les appels, les pourvois en cassation, les désaveux, entre autres.Les autres travailleurs que sont les secrétaires et les secrétaires d’administration n'ont également exécuté aucune de leurs tâches.Directeur de publication du magazine La Gazette, Abdou Latif Coulibaly et ses deux reporters Aliou Niane et Alioune Badara Coulibaly ont été prévenus du délit de diffamation. Le conseiller du chef de l’Etat en Technologies de l’information et de la communication (Tic), Thierno Ousmane Sy, reproche aux journalistes d’avoir prétendu qu'il a touché sa part de la commission qui aurait été versée dans le cadre de la vente de la licence de Sudatel. La confrontation ente les deux parties au premier procès s'était soldée par le triomphe du conseiller du président en Tic. Ses protagonistes ont été condamnés à un mois avec sursis et à lui payer, solidairement, 20 millions de nos francs.Le résultat révélait que Latif avait buté sur le degré d'implication de Thierno Ousmane Sy dans le scandale. ‘Je n'ai jamais écrit que Thierno Ousmane Sy a empoché de l'argent dans le cadre de l'affaire Sudatel. Je me suis simplement limité à écrire qu'il est impliqué dans le scandale, parce qu'il était chargé de piloter le projet ayant conduit à la délivrance de la troisième licence de téléphonie mobile au Sénégal’, déclarait-il lors du premier round.
Cette histoire s'est déroulée avec beaucoup d'incidences. Elle avait défrayé la chronique avec la fameuse pétition de la société civile pour que lumière soit faite sur les 20 milliards de Sudatel.Bien avant l'ouverture du procès, donc en prélude à la bataille judiciaire, on avait assisté à l'audition de Latif Coulibaly par un jury populaire. Alors, les avocats de Thierno Ousmane Sy dénonçaient cette ‘offense à la magistrature’ et fustigeaient l’attitude du Cadre de concertation et d’action de la société civile. Celui-ci était accusé de s'être érigé en juge et d'instaurer un tribunal parallèle pour trancher en faveur de Latif.La réplique de la partie adverse était de dire que l’audition de Latif n’était pas dirigée contre Thierno Ousmane Sy.En outre, la neutralité du procureur de la République au procès était perçue, par certains observateurs, comme une directive du ministère de la Justice.‘Le parquet ne voulait pas gêner la Chancellerie, à la tête de laquelle se trouve Cheikh Tidiane Sy, père de la partie civile.Si le parquet est resté aussi silencieux, c'est qu'il n'a pas été véritablement convaincu de la pertinence de la commission d'une infraction’, justifiaient les avocats des deux parties. ’Thierno Ousmane Sy est le fils du Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy. Par conséquent, tout jugement rendu qui lui serait favorable pourrait être perçu comme étant de la complaisance’. Aussi, exigeait-on la démission du ministre d'Etat, Cheikh Tidiane Sy, de son poste de ministre de la Justice.
SOURCE: Walfadjri