Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
27
Dim, Nov
96 Nouveaux Articles

Ébola ruine l'économie

ÉCONOMIE
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 


Au plan économique, l’épidémie, avec ses modes de transmissions divers et vicieux, pourrait peser sur les finances de l’Etat si la nécessité de débloquer des fonds pour endiguer le fléau s’imposait en cas de révélation d’autres cas. La réalité est simple à ce niveau : "plus il y aura des cas, plus l’économie en pâtit."

En termes plus simples, les autorités doivent sécuriser les environnements et quartiers suspectés...D’autre part, indique Hassane Touré, "devant cette psychose, la population active risque d’avoir l’esprit tourné vers Ébola. Il y a alors de fortes chances que ce virus impacte sur sa productivité."

De son côté, l’économiste Moubarack Lô milite pour une stratégie de "mobilisation nationale" par le déclenchement d’un plan national de sécurité sanitaire. "Il faut mobiliser toute l’administration, l’armée, la gendarmerie, tous les segments de la société doivent être mis en appoint pour circonscrire le mal en un seul cas", plaide l’ex-Dircab adjoint du chef de l’Etat.

"Cette catastrophe dépasse le ministère de la santé" et notre pays se trouve exposé au plan économique. Le potentiel d’impact négatif "est très sérieux car cela risque de freiner nos échanges. Plus de la moitié de nos exportations sont tournées vers la sous région. Si chaque pays ferme ses frontières, la situation risque d’être critique. Le ralentissement des échanges sous régionaux aurait des incidences sur notre production, notamment sur le produit intérieur brut."

Le mal frapperait aussi un autre secteur. "Avec la saison touristique qui approche, ajoute Moubarack Lô, il faut craindre des annulations de réservation de voyage, les tours opérateurs peuvent décommander. L’image désastreuse dépasse la réalité, les conséquences de cette catastrophe risquent d’être fâcheuses."

Selon Moubarack Lô, "il ne faut pas perdre de vue qu’une bonne partie des investisseurs craignent beaucoup plus les risques sanitaires que les risques politiques." C’est pourquoi, en lieu et place d’une politique des frontières closes, "le gouvernement sénégalais devrait mettre l’accent sur un contrôle sanitaire strict aux frontières" car, dit-il, "la fermeture est encore plus dangereuse."

Source:EnQuete

 

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?