Account
Please wait, authorizing ...
Not a member? Sign up now
×
28
Dim, Nov
117 Nouveaux Articles

Gwede Mantashe d’Afrique du Sud a raison : la transition énergétique doit être guidée par la raison, pas par la panique (par NJ Ayuk)

Gwede Mantashe d’Afrique du Sud a raison : la transition énergétique doit être guidée par la raison, pas par la panique (par NJ Ayuk)

Gwede Mantashe d’Afrique du Sud a raison : la transition énergétique doit être guidée par la raison, pas par la panique (par NJ Ayuk)

Développement durable
Outils
Vos reglages
  • Plus petit Petit Moyen Grand Plus grand
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times
JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 22 novembre 2021/ -- Par NJ Ayuk

De plus en plus cette année, on dit aux nations africaines productrices de pétrole et de gaz que la protection de la planète contre le changement climatique se fera au détriment de leurs industries pétrolières.

Le même message est transmis aux entreprises : les compagnies pétrolières internationales (IOC) ont été averties par des organisations environnementales, des groupes financiers et des dirigeants occidentaux qu’investir dans de nouveaux projets d’exploration et de production en Afrique pourrait avoir de graves répercussions, allant du boycott aux sanctions juridiques.

Mais même face à des appels de plus en plus forts et insistants pour que les pays africains laissent leurs actifs pétroliers bloqués, les dirigeants africains reculent. Ils citent le rôle important que jouent le charbon, le pétrole et le gaz dans leur développement économique, la réduction de la pauvreté énergétique et la promotion de la stabilité à long terme.

L’un de ces dirigeants est Gwede Mantashe, ministre des Ressources minérales et de l’Énergie de l’Afrique du Sud, un ardent défenseur de la poursuite de la production de gaz naturel dans son pays. J’étais aux premières loges pour écouter Mantashe, l’orateur principal de la Semaine africaine de l’énergie (AEW) 2021 au Cap la semaine dernière. Je suis également surpris par les attaques contre son discours qui, je pense, était une défense brillante et un appel à l’action sur le développement de nos ressources naturelles au profit des Sud-Africains, des Africains et des investisseurs. Son discours a en fait appelé à une approche stratégique raisonnée de la transition vers les énergies renouvelables dans son pays et en Afrique.

L’avenir de l’industrie énergétique sud-africaine est devenu un sujet chargé d’émotion. Les inquiétudes concernant le changement climatique catastrophique conduisent à des appels irréfléchis et parfois irrationnels à l’Afrique du Sud pour qu’elle mette fin brutalement à la production et à l’utilisation de combustibles fossiles, quelles que soient les conséquences pour notre sécurité énergétique ou notre économie.

L’Afrique du Sud s’est engagée à se joindre aux efforts mondiaux pour prévenir le changement climatique, mais nous devons avancer systématiquement. Mais au lieu d’être guidés par la panique, nos actions doivent être guidées par une évaluation honnête des capacités, des ressources et des besoins de l’Afrique du Sud. Il serait bien plus judicieux de prendre des mesures délibérées et bien planifiées vers l’objectif de zéro émission nette – et d’y parvenir – que de se précipiter malencontreusement vers les énergies renouvelables qui feraient plus de mal que de bien.

Parce que nous reconnaissons les avantages considérables des investissements étrangers dans notre industrie énergétique, notamment la création d’emplois, les opportunités entrepreneuriales, le renforcement des capacités et les transferts de connaissances, l’Afrique du Sud a consacré beaucoup de temps et de ressources à la création d’un environnement propice à l’investissement. Nous commençons tout juste à voir les fruits de ces efforts. Ce n’est pas le moment de hausser les épaules et de dire « ça ne fait rien ».

Considérez nos développements offshore Brulpadda et Luiperd, estimés à contenir chacun plus d’un milliard de barils de condensats de gaz. Ces projets représentent une formidable opportunité pour l’Afrique du Sud de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations de pétrole et de gaz. Ils permettront à l’Afrique du Sud d’établir son propre marché du gaz naturel, d’accroître sa sécurité énergétique et de produire de l’électricité fiable pendant des années.

Et, en attirant les investissements de majors comme TotalEnergies et Shell, ces développements sont susceptibles d’avoir des impacts positifs à long terme sur notre pays. Les projets pétroliers et gaziers à grande échelle continuent d’avancer en Amérique du Nord et en Europe. Pourquoi pas l’Afrique du Sud ? Pourquoi diable les Sud-Africains ne devraient-ils pas profiter de ces opportunités ?

Mantashe n’a guère fait preuve de complaisance dans ses efforts pour développer le mix énergétique de l’Afrique du Sud. En effet, l’Afrique du Sud est le 1er marché éolien sur notre continent et au Moyen-Orient avec 2,5 GW de capacité installée cumulée.

Ils ont créé une feuille de route pour diversifier le secteur énergétique de l’Afrique du Sud et élargir le bouquet énergétique sous la forme d’un plan de ressources intégré (IRP) 2019. Ce plan de développement des infrastructures électriques est conçu pour garantir que les besoins de production actuels et futurs seront satisfaits.

L’Afrique du Sud récolte également les bénéfices de notre programme d’approvisionnement indépendant en énergie renouvelable (REIPPP), créé pour augmenter notre capacité nationale d’énergie renouvelable en encourageant la participation du secteur privé. Le mois dernier, l’Afrique du Sud a donné son feu vert à 25 projets privés d’énergie éolienne et solaire. Ces projets, représentant environ 50 milliards de rands d’investissement, ajouteront 2 583 MW de capacité à son réseau et créeront 13 900 emplois. Une fenêtre de candidature pour davantage de projets d’énergie propre s’ouvrira d’ici la fin janvier 2022 et j’adorerai voir certains des gagnants participer à la Semaine africaine de l’énergie au Cap.

Et l’Afrique du Sud ne se concentre pas uniquement sur ses propres besoins et ambitions : nous avons constaté un engagement à établir des partenariats avec d’autres pays africains pour développer diverses opportunités commerciales et aider à répondre aux besoins énergétiques régionaux. Lors de la Semaine africaine de l’énergie, le ministre Mantashe n’a pas seulement évoqué la valeur de la coopération régionale. Il a rencontré diverses délégations ministérielles et le secteur privé et a appelé à davantage d’action sur le commerce interafricain et la conclusion d’accords.

Personne en Afrique du Sud ne devrait manquer l’ironie du fait que, alors que la communauté mondiale appelle l’Afrique du Sud à accélérer sa transition vers les sources d’énergie renouvelables, d’autres régions plus développées sont aux prises avec des objectifs similaires. La Chine, par exemple, a annoncé des mesures ambitieuses de réduction des émissions. Aujourd’hui, elle peine à satisfaire ses besoins énergétiques domestiques. Les importations chinoises de charbon ont augmenté de 76% rien qu’en septembre. Le gouvernement s’efforce de stimuler la production nationale de charbon et, en raison de la demande croissante, les centrales au charbon ont été autorisées à augmenter leurs prix de l’électricité, ce qui aura certainement un impact supplémentaire sur l’économie chinoise.

Nous sommes également tout à fait conscients de la crise énergétique en Europe, qui a été causée au moins en partie par la précipitation à remplacer des sources d’énergie fiables comme le gaz et le charbon par une production d’énergie renouvelable, mais intermittente. Aujourd’hui, nous voyons les pays européens revenir au charbon pour produire de l’électricité.

Je ne reproche à personne de faire le nécessaire pour répondre aux besoins énergétiques de sa population ; Je souhaite simplement que la communauté mondiale accorde à l’Afrique du Sud la même considération. Atteindre zéro émission est un objectif sérieux pour l’Afrique du Sud et toute l’Afrique, mais nous devons le poursuivre selon notre propre calendrier – et d’une manière qui donne la priorité aux besoins des Sud-Africains et des Africains.
Distribué par APO Group pour African Energy Chamber.

SOURCE
African Energy Chamber

Commentaires (0)

Voté 0 sur 5 basé sur 0 voteurs
Il n'y a pas encore de commentaires postés ici

Ajouter vos commentaires

  1. Poster en tant qu'invité. S'inscrire' ou connectez-vous à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair?